Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie de l’espace social

Klaus Hamberger et Véronique Hertrich
p. 430-431

Texte intégral

Klaus Hamberger, maître de conférences

Espaces sexués : métamorphoses de la maison des hommes

1Ce séminaire, le premier d’une série d’enseignements consacrés à la topologie sexuelle de l’espace social, avait pour objet la morphologie spatiale des sociétés amazoniennes. Partant des sociétés du Brésil central (Tupi centraux, Karajâ, Gé-Bororo, Haut Xingu) qui se caractérisent par une division sexuelle très marquée de l’espace – souvent manifeste dans la présence d’une « maison des hommes » – nous nous sommes penchés, dans la deuxième moitié du séminaire, sur d’autres sociétés (Pano, Tukano, Yanomami, Guyane) où cette division se présente de manière moins exclusive et moins permanente. Plutôt que de distinguer entre sociétés avec ou sans « maison des hommes » (critère peu pertinent compte tenu de l’hétérogénéité des institutions regroupées sous ce terme), nous avons considéré l’ensemble des sociétés étudiées comme autant de réalisations d’une même logique spatiale.

2Premier principe de cette logique, l’espace masculin se définit autant par la disjonction des sexes que par la conjonction de personnes par ailleurs séparées (affins, rivaux, visiteurs, ennemis, etc.). L’espace des hommes est aussi et surtout l’espace des autres. La topologie sociale des sociétés amazoniennes se caractérise ainsi par l’interaction entre l’opposition « hommes vs femmes » et l’opposition « nous vs autres ». Or, si celle-ci constitue une opposition relative et potentiellement réversible entre deux positions de l’espace social, celle-là se présente en revanche comme une opposition absolue et asymétrique entre deux orientations spatiales (les femmes sont invariablement associées « à l’intérieur », les hommes « à l’extérieur », orientés vers les autres). Combinées, ces oppositions se présentent comme les deux axes – diamétral et concentrique respectivement – d’un espace à la fois androcentré et allocentré, dont la topologie repose sur l’identification du centre avec l’extérieur.

3Cette topologie devient la plus manifeste lorsque la distance sociale entre les sexes est grande, et la distance entre affins petite – ainsi dans les villages circulaires du Brésil central, où le centre abrite une « maison des hommes », lieu d’accueil des visiteurs (humains et surnaturels) et/ou d’affrontement entre moitiés. Toutefois, la topologie reste intacte lorsqu’on augmente la distance entre affins (pour aboutir à l’espace segmentaire des malocas du Vaupés) ou lorsqu’on réduit la distance entre les sexes (pour arriver à l’espace clos de la maison ronde guyanaise) : toujours un centre masculin s’oppose à une périphérie féminine et sert de lieu d’accueil aux affins venant (réellement ou symboliquement) de l’extérieur. Afin d’explorer ce continuum, nous avons distingué plusieurs fonctions de l’espace masculin qui ne sont pas toujours réunies dans un seul et même lieu : la contiguïté des affins de même sexe (fonction d’atelier communal ou de dortoir des célibataires), l’accueil des étrangers (fonction d’hôtel des visiteurs ou de sanctuaire des esprits), et la transformation du rapport aux femmes (fonction d’enclos initiatique ou d’arène préconjugale). Cette analyse différentielle de l’espace masculin, complétée par une étude des rituels et des mythes concernant ses deux relations constitutives – aux femmes et aux « autres » – nous a permis de retracer ses transformations et d’identifier certains principes sous-jacents à sa construction.

Publications

  • La Parenté Vodou. Organisation sociale et logique symbolique en pays ouatchi (Togo), Paris, CNRS Éditions-Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011, 680 p.
  • « Espaces de la parenté. À propos de Figures de la parenté de François Héran », L’Homme, n° 195-196, 2010, p. 451-468.
  • « Matrimonial circuits in kinship networks : calculation, enumeration and census », Social Networks, vol. 33, n° 2, 2011, p. 113-128.
  • Avec Michael Houseman et Douglas R. White, « Kinship Network Analysis », dans The Sage handbook of social network analysis, sous la dir. de Peter Carrington et John Scott, Londres, Sage Publications, 2011, p. 533-549.

Klaus Hamberger, maître de conférences
Véronique Hertrich, chargée de recherche à l’INED

Migrations féminines en Afrique

4LE séminaire avait pour objectif d’explorer, à partir de différentes perspectives, l’organisation et la dynamique des migrations féminines qui, loin de constituer un phénomène « marginal », appartiennent au fondement de l’organisation sociale en Afrique.

5Alors que les recherches sur les migrations se sont considérablement développées au cours des vingt dernières années, la mobilité féminine reste mal connue. L’organisation institutionnalisée des déplacements des femmes en fonction du cycle de vie familial (confiage, mariage, veuvage…) dans la plupart des sociétés africaines a contribué à les considérer comme des « migrations passives », ou des migrations « par défaut », dont les logiques et dynamiques propres ont ainsi été minimisées. L’importance prise par les femmes dans les migrations contemporaines est cependant avérée : près de la moitié des migrants internationaux africains sont des femmes et leur poids dans les migrations internes est probablement plus élevé encore. Partant de ce constat, le séminaire a adopté un cadre pluridisciplinaire, réunissant des interventions d’une large gamme de disciplines différentes (anthropologie, sociologie, démographie, histoire et linguistique).

6Une partie des interventions, d’anthropologues comme de démographes, était consacrée au phénomène des migrations des jeunes filles villageoises vers la ville – qu’il s’agisse des « petites bonnes » à Abidjan (Mélanie Jacquemin), ou de la migration juvénile des femmes Dogon (Claudine Sauvain-Dugerdil) ou Bwa (Marie Lesclingand, Véronique Hertrich, Cécile Léguy). S’inscrivant tantôt dans une tradition ancienne de pratiques de circulation juvénile et de confiage d’enfants (Côte d’Ivoire), tantôt dans une transformation profonde des rapports de genre dans un domaine migratoire jusqu’à récemment exclusivement masculin (Mali), ces migrations féminines témoignent aussi d’une diversification des pratiques sous l’effet des changements socio-économiques, et de l’émergence d’une nouvelle forme de mobilité féminine qui, à différents égards, reste distincte de celle des hommes. Les logiques sous-jacentes aux migrations féminines et masculines étaient aussi au cœur de l’étude de cas de Nehara Feldman sur les mobilités géographiques au sein d’un segment de lignage de la région de Kayes.

7Également centré sur la région de Kayes, l’exposé de Marie Rodet a montré, d’un point de vue historique, l’ancienneté et l’importance numérique de la migration féminine au Mali et au Sénégal à l’époque coloniale. Dans l’intervention d’Odile Journet, les migrations de travail anciennes des femmes casamançaises vers Dakar ont été le point de départ pour aborder sous l’angle ethnographique un large éventail de formes de mobilité féminine, allant de la mobilité matrimoniale jusqu’à la mobilité imposée par le traitement rituel des femmes en mal d’enfant.

8Si la plupart des exposés s’est focalisé sur les migrations intra-africaines, deux interventions ont examiné de plus près les aspects genrés de la migration internationale. Ainsi, Nasima Moujoud s’est intéressée à la manière dont les femmes africaines sans papiers vivant à Paris conçoivent leurs engagements transnationaux et leurs relations avec les militantes-soutien nationales. Dans une perspective plus quantitative, Chris Beauchemin et Sorana Toma ont présenté un aperçu des résultats du projet MAFE (« Migrations entre l’Afrique et l’Europe ») avec un accent particulier sur la place des femmes dans les flux migratoires entre l’Afrique (Sénégal, Congo-Kinshasa et Ghana) et l’Europe (France, Espagne, Italie, Belgique, Grande-Bretagne, Pays-Bas), ainsi que sur l’impact différentiel des réseaux sociaux sur les choix et les orientations migratoires féminins et masculins. L’analyse des réseaux sociaux était également au cœur de l’exposé de Klaus Hamberger qui a présenté les résultats préliminaires d’une enquête sur les migrations féminines au Togo du Sud.

9Les résumés des exposés, dont la totalité a été enregistrée, sont disponibles sur le site web de l’enseignement. Le séminaire sera reconduit l’année prochaine.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Klaus Hamberger et Véronique Hertrich, « Anthropologie de l’espace social », Annuaire de l’EHESS,  | 2012, 430-431.

Référence électronique

Klaus Hamberger et Véronique Hertrich, « Anthropologie de l’espace social », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2012, mis en ligne le 01 juillet 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21247

Haut de page

Auteurs

Klaus Hamberger

Articles du même auteur

Véronique Hertrich

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org