Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

PRIIB – PRI Îles britanniques

Laura Lee Downs, Philippe Minard, Silvia Sebastiani, Clarisse Berthezène, Robert Mankin, Renaud Morieux et Julien Vincent
p. 711-712

Entrées d’index

Centres de recherche :

PRIIB – PRI Îles britanniques
Haut de page

Texte intégral

Laura Lee Downs, Philippe Minard, directeurs d’études
Silvia Sebastiani, maîtresse de conférences
Clarisse Berthezène, maîtresse de conférences à l’Université Paris-Diderot
Robert Mankin, professeur à l’Université Paris-Diderot
Renaud Morieux, maître de conférences à l’Université Lille-III/Charles-de-Gaulle
Julien Vincent, maître de conférences à l’Université de Franche-Comté

Qu’est-ce que la Britishness ? Impérialisme, État et société civile

1Ce séminaire, qui fonctionne depuis sept ans, s’interroge sur la nature de cet ensemble politique appelé « britannique ». Initialement (2005-2007), notre démarche avait été prioritairement réflexive, interrogeant les composantes variées de la « Britishness ». Ces réflexions nous avaient conduits, en 2007-2011, vers les thématiques de la société civile et du libéralisme, de l’État et de l’Empire. Cette année, nous nous sommes proposés de franchir une nouvelle étape, marquée par un nouvel intitulé, « Mondes britanniques », indiquant notre souci de bien afficher la prise en compte de la diversité de notre aire d’étude.

2Nous avons construit notre séminaire autour de trois axes : production et usage des savoirs ; historiographies et méthodologies comparées ; la nouvelle histoire politique britannique.

3L’année a commencé par un colloque international intitulé Circulation et coercition. Mobilités contraintes et captivité de guerre (XVIe-XXe siècle) organisé par Renaud Morieux et Jean-Paul Zuñiga (EHESS), Ce colloque s’est situé à la croisée de deux axes – production et usage des savoirs, et nouvelle histoire politique – puisqu’il a permis à la fois d’aborder quatre thématiques – les frontières des statuts ; la question des bannissements et des déportations ; les économies de la contrainte ; le contrôle des corps – tout en permettant d’affiner les catégories d’analyse utilisées par des spécialistes de l’Océan Indien au XVIe siècle, du Mexique du XIXe siècle ou aux Îles britanniques du XVIIe-XVIIIe siècles. L’ensemble va déboucher sur un volume publié en anglais, début 2013.

4Notre axe « production et usage des savoirs » s’est développé autour de cinq séances : Philippa Levine (Université du Texas, Austin), The Empire has no clothes : Nakedness, colonialism and spectacle. Discutantes : Myriam Bousshaba (Université Paris-Diderot) et Anne Hugon (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), Histoire et savoirs sur les populations vulnérables (séance organisée en collaboration avec le groupe ESOPP de l’EHESS), avec Alison Light (Université de Newcastle), Migrants and missing persons : Writing a family history of the english poor, et Philippa Levine (Université du Texas, Austin), The making of difference. Race, sex and science in the 19th century. Discutants : Caroline Douki (Université Paris-8/Vincennes-Saint-Denis) et Paul-André Rosental (Sciences Po), Julien Vincent (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), Le « climat » du libéralisme dans le monde britannique, 1750-1880. Discutants : Jean-François Dunyach (Université Paris-Sorbonne) et Emmanuelle de Champs (Université Paris-8/Vincennes-Saint-Denis), Karen O’Brien (Université de Birmingham), Malthus, overpopulation and the end of enlightenment. Discutante : Barbara Taylor (Université College de Londres), Séance en collaboration avec le séminaire franco-britannique de l’Université Paris-Sorbonne), Barbara Taylor (Université College de Londres), The death of the asylum in late-twentieth-century britain. Discutante : Karen O’Brien (Université de Birmingham), Séance en collaboration avec le séminaire franco-britannique de Paris-Sorbonne).

5Tandis que notre axe sur la nouvelle histoire politique britannique s’est articulé autour de quatre séances : Alex Cook (Université nationale d’Australie), The revolution in translation : Volney’s English reception and the comparative study of political culture. Discutant : Antoine Lilti (EHESS), Garthine Walker (Université de Cardiff), Rape, evidence and culpability in English trial reports, 1670-1750. Discutante : Marion Vaillant (Université Paris-8/Vincennes-Saint-Denis, IDHE), Robert Mason (Université d’Édimbourg), Transatlantic dimensions of electoral strategy : Republican party interpretations of UK politics, 1936-c. 1960. Discutante : Elli Schermer (St. John’s College, Université de Cambridge), William Ashworth (Université de Liverpool), Illiberalism and eighteenth century British society. Discutant : Jean-François Dunyach (Université Paris-Sorbonne).

6Dans le cadre de cet axe, et à la suite du colloque international sur les conservatismes France-Grande Bretagne-États-Unis au XXe siècle qu’a organisé le PRI en juin 2010, nous préparons un projet ANR intitulé « Conservatismes en mouvement » ainsi qu’un livre : Rethinking conservatism in the 20th century. A transnational history, à paraître chez University of Massachusetts Press en 2014.

7Enfin, nous avons clos l’année avec deux manifestations : d’abord, la première d’une série de journée d’études qui vont aborder l’historiographie au prisme des revues : Historiographies croisées franco-britanniques au prisme des revues, avec la participation de Barbara Taylor (History workshop), Steven Anthony Smith (Past & Present), et Eleanor Gordon (Gender & History), Discutants : Jacques Revel (Annales, HSS), et Rebecca Rogers (Clio).

8Puis deux journées de rencontres entre doctorants venant de Yale University et de l’EHESS, dans le cadre de l’échange EHESS-Yale né du PRI. D’autres doctoriales auront lieu avec Queen Mary London en 2013.

9Pour l’année 2012-2013, nous prévoyons de poursuivre les chantiers commencés cette année, avec, notamment, des séances autour de John Robertson (Université de Cambridge), Julian Hoppitt (Université College de Londres), Colin Jones (Queen Mar, Londres), Julie Gottlieb (Université de Sheffield) et Richard Drayton (Kings College de Londres), À cela se rajoutera une deuxième journée « historiographies comparées au prisme des revues » et, surtout, des journées d’études célébrant le cinquantenaire du grand livre d’Edward Thompson The making of the English working class.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Laura Lee Downs, Philippe Minard, Silvia Sebastiani, Clarisse Berthezène, Robert Mankin, Renaud Morieux et Julien Vincent, « PRIIB – PRI Îles britanniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 711-712.

Référence électronique

Laura Lee Downs, Philippe Minard, Silvia Sebastiani, Clarisse Berthezène, Robert Mankin, Renaud Morieux et Julien Vincent, « PRIIB – PRI Îles britanniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22260

Haut de page

Auteurs

Laura Lee Downs

Articles du même auteur

Philippe Minard

Articles du même auteur

Silvia Sebastiani

Articles du même auteur

Clarisse Berthezène

Articles du même auteur

Robert Mankin

Articles du même auteur

Renaud Morieux

Articles du même auteur

Julien Vincent

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org