Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

MASCIPO-CENA – Centre d’études nord-américaines

Nicolas Barreyre, Anath Ariel de Vidas, Gilles Havard, Nikita Harwich et Romain Huret
p. 706-707

Texte intégral

Nicolas Barreyre, maître de conférences
Nikita Harwich, professeur à l’Université Paris-Ouest La-Défense
Romain Huret, maître de conférences à l’Université Lyon-II/Lumière

État et société dans les Amériques

1Le séminaire a prolongé la réflexion autour de l’État dans les Amériques, en y incluant depuis cette année le Brésil. Nous avons organisé dix séances réunissant dix-huit collègues français et étrangers. Certaines séances étaient collectives, rapprochant systématiquement deux interventions sur un thème commun. Nous avons exploré les employés de l’État, les systèmes de santé, les formes de mobilisation politique et le rôle des acteurs judiciaires. Ensuite, des séances individuelles ont permis de faire le point sur l’historiographie de la fiscalité aux États-Unis et celle de l’État au Brésil, et d’analyser les formes juridiques de l’évasion fiscale aux États-Unis ou le rôle de la religion et du Vatican au Mexique. Enfin, une séance exceptionnelle a été organisée autour de la vaste enquête conduite par Daniel Carpenter (Université d’Harvard) autour de l’usage des pétitions dans la démocratie américaine au XIXe siècle. Fondé autour d’une archive peu utilisée par les chercheurs, ce séminaire a ouvert des pistes fécondes pour une lecture plus riche des formes de contact entre l’État et la société civile aux États-Unis.

2Le séminaire a ainsi continué le travail d’exploration thématique de l’État dans les pays des Amériques. Il a permis d’identifier comment les divergences historiographiques, notamment entre les États-Unis et l’Amérique latine, masquent souvent des convergences historiques, ou au moins des évolutions parallèles des formes étatiques dans le continent.

Anath Ariel de Vidas, Gilles Havard, chargés de recherche au CNRS

Mondes américains : sociétés, circulations, pouvoirs (XVe-XXe siècle)

3Le séminaire, cette année, a fonctionné, comme il y a deux ans, comme un cycle de communications illustrant les thématiques de recherche au sein du MASCIPO : elles ont porté sur l’ensemble des Amériques, les périodes coloniale et contemporaine, et ont cherché à croiser les perspectives historiques et anthropologiques. Raymond J. de Mallie (AISRI, Indiana University) est intervenu sur le thème suivant « Alex Adams (charging crow, Kangi Atakpe) : A mixed-biood life from warrior to cowboy ». Il s’agissait de la première intervention de R. de Mallie (professeur-invité de l’EHESS), sur une série de quatre, consacrées à l’étude d’autobiographies consignées en lakota. Thérèse Bouysse-Cassagne (directrice de recherche émérite au CNRS) a présenté « Une histoire des gens de langue pukina ». En se fondant sur la méthode de l’histoire régressive et en utilisant la linguistique, l’archéologie et l’histoire, elle a offert une interprétation de l’histoire des derniers gens de langue pukina ayant vécu dans le Colla-suyu sous la domination inca et sous celle des Espagnols. Marie-Jeanne Rossignol (Université Paris-Diderot) a délivré une communication intitulée « Les origines nord-américaines de l’antiesclavagisme français, 1781 – 1789 : réflexions sur une enquête », retraçant l’itinéraire qui avait conduit Jacques-Pierre Brissot à se passionner pour les quakers, premiers émancipateurs, puis s’intéressant à Crèvecœur, personnage complexe qui jouit surtout de la faveur des historiens de la littérature. Annick Lempérière (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne, Mascipo) a présenté une « Histoire de l’État en Amérique hispanique, entre monarchie et république », en abordant les problèmes historiographiques et les questions conceptuelles que pose l’histoire de la transition entre les institutions monarchiques et les gouvernements républicains, à partir de l’exemple chilien, de 1780 à 1840. Clément Thibault (Université de Nantes – CRHIA/Mascipo) est intervenu sur ce thème « La naissance du républicanisme en Terre-Ferme : hypothèses et enjeux », question qui a l’intérêt de se situer à la croisée de l’histoire politique, diplomatique, sociale, économique et intellectuelle. Enfin, Ulrike Zander (EHESS-CENA/Mascipo) a présenté une communication suivante « Noirs, Mulâtres et Békés en Martinique : une stratification socio-raciale entre rigidité et évolution ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nicolas Barreyre, Anath Ariel de Vidas, Gilles Havard, Nikita Harwich et Romain Huret, « MASCIPO-CENA – Centre d’études nord-américaines », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 706-707.

Référence électronique

Nicolas Barreyre, Anath Ariel de Vidas, Gilles Havard, Nikita Harwich et Romain Huret, « MASCIPO-CENA – Centre d’études nord-américaines », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22247

Haut de page

Auteurs

Nicolas Barreyre

Articles du même auteur

Anath Ariel de Vidas

Articles du même auteur

Gilles Havard

Articles du même auteur

Nikita Harwich

Articles du même auteur

Romain Huret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org