Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

IIAC-AdE – Anthropologie de l’écriture

Béatrice Fraenkel, Valérie Tesnière, Aïssatou Mbodj-Pouye et Claire Bustarret
p. 648-649

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Béatrice Fraenkel, Valérie Tesnière, directrices d’études
Aïssatou Mbodj-Pouye, chargée de recherche au CNRS
Claire Bustarret, ingénieure de recherche CNRS

Gouverner par l’écrit

1Le séminaire de l’équipe Anthropologie de l’écriture avait l’ambition d’assembler cette année trois opérations de recherches concernant trois réseaux de chercheurs différents mais qui traitent, chacune à leur façon, des usages de l’écrit comme techniques de gouvernement :

  1. Une enquête sur les affiches politiques réalisée dans le cadre de la préparation de l’exposition « Affiches Action », centrée sur les affiches de La Commune de Paris, (l’exposition menée en collaboration avec la BDIC sera inaugurée le 23 novembre 2012) ;
  2. Une réflexion sur les archives suscitée par les approches nouvelles qu’elles suscitent de la part d’ethnologues impliqués dans les postcolonial studies qui ne se contentent plus de les utiliser comme sources. Grâce à la collaboration engagée avec Ann Stoler, professeur à la New School University, invitée dans notre équipe pour l’année 2013, nous avons engagé autour de son ouvrage Along the Archivai Grain une discussion de son hypothèse que les archives coloniales témoignent de la faiblesse des états. Partant de l’exemple de l’empire hollandais qu’elle analyse, nous avons étendu la réflexion à plusieurs cas : celui de l’Angola et des analyses possibles des archives d’enquêtes ethnographiques sur l’esclavage africain, celui des archives médicales de l’Afrique postcoloniale et enfin sur les manières d’utiliser les usages d’archives privées par les historiens.
  3. Un projet collectif de manuel d’analyse des pratiques d’écriture qui accorde aux usages politiques de l’écrit une large place.

2Nous souhaitions confronter et mettre à l’épreuve plusieurs hypothèses et choix méthodologiques caractéristiques des travaux menés au Centre d’anthropologie de l’écriture.

3La priorité que nous accordons à l’analyse matérielle des écrits s’est avérée particulièrement pertinente. Le travail collectif réalisé autour de quelques affiches de La Commune lors de la journée du 21 novembre a été convaincant. C’est en nous appuyant sur une description fine de l’élaboration, de la fabrication et de la diffusion des affiches pendant La Commune de Paris que nous avons trouvé les ressources d’une analyse du gouvernement par l’écrit. Or, les affiches sont rarement considérées de ce point de vue, leur analyse graphique, codicologique, typographique et diplomatique est encore balbutiante sinon inexistante. L’exposition nous donne l’occasion d’ouvrir un nouveau champ de recherche associant anthropologie de l’écriture, muséographie, histoire des techniques et de l’imprimé. Sont intervenus : Claire Bustarret, Jean-Louis Estève (École Estienne), Béatrice Fraenkel, Magali Gouiran conservatrice (BDIC), P.-M. Grinewald (Imprimerie nationale), Nathalie Jakobowicz (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), Gwladys Longeard et Alan Marshall (Musée de l’imprimerie de Lyon), Valérie Tesnière (directrice BDIC), Emmanuelle Toulet (BHVP).

4La journée organisée le 2 décembre autour d’Ann Stoler a étendu le principe d’analyse matérielle aux lieux d’archivage des écrits, aux manières de les classer, de les ranger. Le dialogue entre historiens et ethnologues autour des formes de savoirs, savoirs d’État notamment, générés par l’accès aux documents, devrait se poursuivre. Participaient à cette journée : par Béatrice Fraenkel, Caterina Madeira Santos (EFIESS), Aïssatou Mbodj-Pouye, Yann Potin (Archives nationales), Ann Stoler (New School University), Emmanuel Szurek (CNRS), Guillaume Lachenal (Université Paris-Diderot).

5Enfin, nous avons réuni plusieurs chercheurs autour du projet de manuel d’analyse des pratiques d’écritures. Chaque intervenant a présenté l’état actuel de ses travaux en insistant sur les aspects méthodologiques. Un questionnaire commun a été proposé : comment travailler sur des écrits de gouvernement en restant au plus près des pratiques ? à partir de quelles archives ?, comment aborder les objets et les techniques ?, que pouvons nous attendre d’une étude des lieux de l’écrit ?, quelle place donner aux acteurs ?

6Un programme de travail pour l’année suivante a été décidé. Sont intervenus à cette journée : Marc Aymes (CETOBaC), Béatrice Fraenkel, Deborah Puccio (CNRS), Filippo Ronconi (EFIESS), Jingyue Xing (ENS).

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Béatrice Fraenkel, Valérie Tesnière, Aïssatou Mbodj-Pouye et Claire Bustarret, « IIAC-AdE – Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 648-649.

Référence électronique

Béatrice Fraenkel, Valérie Tesnière, Aïssatou Mbodj-Pouye et Claire Bustarret, « IIAC-AdE – Anthropologie de l’écriture », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22194

Haut de page

Auteurs

Béatrice Fraenkel

Articles du même auteur

Valérie Tesnière

Articles du même auteur

Aïssatou Mbodj-Pouye

Articles du même auteur

Claire Bustarret

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org