Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRPPM – Centre de recherche sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée

Jessie Cauliez, Catherine Commenge et Isabelle Sidéra
p. 646-647

Texte intégral

Jessie Cauliez, ATER à l’Université Toulouse II-Le Mirail

Réseaux d’échanges et de circulations, déplacements des biens, des idées et des personnes au néolithique

1Toutes les modifications caractérisant le Néolithique (essor des inégalités sociales, hiérarchisation et compétition entre les individus, réseaux d’échanges étoffés) traduisent un monde sous tension et régi aussi par la réciprocité. C’est précisément cette réciprocité qu’il s’est agi d’illustrer lors de ce séminaire au travers de six études de cas.

2Parmi elles, l’analyse des contextes de production et de diffusion des poignards lithiques du Midi de la France a été l’occasion de réfléchir sur les axes et modalités d’échanges de ces équipements techniques à haute valeur ajoutée et sur la spécialisation artisanale au Néolithique.

3L’analyse de deux cultures phares des Ve et IVe millénaires avant notre ère, le Chasséen en France et la culture de Gulmelnitsà en Roumanie, ont permis aussi d’aborder la question de la fonction des sites et de la mobilité des groupes humains, vues au travers de la caractérisation des pratiques agro-pastorales, des activités de subsistance et de la saisonnalité des occupations.

4Enfin, dernier exemple, par la caractérisation des procédés techniques de fabrication et de décoration des céramiques, une réflexion a été présentée sur les transferts de canons esthétiques ou techniques et donc sur la mobilité des groupes humains, sur leur isolement ou sur leur segmentation durant la fin du Néolithique dans le Centre-Ouest de la France.

Catherine Commenge, Isabelle Sidéra, chargées de recherche au CNRS

Transmission et transformation des techno-systèmes dans le contexte des avancées spatio-temporelles de la néolithisation

5Ce séminaire a été centré sur la genèse des milieux techniques, les adaptations des savoir-faire et les facteurs éventuels de l’innovation technique lors des déploiements et redéploiements du « Neolithic package » à partir des foyers orientaux initiateurs vers les environnements contrastés de la péninsule balkanique (Grèce, Macédoine, Bulgarie), Les approches analogiques, essentiellement typologiques, ne peuvent suffire à comprendre les modalités de la diffusion des cultures matérielles. Notre démarche fait valoir que « dès que l’on s’approche de la façon dont les choses sont faites, leur sociologie apparaît » (Lemonnier 1993), Les systèmes techniques renvoient à des comportements porteurs d’identité et s’avèrent des éléments fructueux pour l’appréhension des processus de transmission culturelle.

6À partir de recherches récentes et/ou en cours et s’appuyant sur leur propre expérience des milieux techniques proche – et moyen – orientaux, les intervenants ont mis en exergue : une analyse pionnière du développement des techniques d’élevage en perspective diachronique et transrégionale du PPNA à la fin du Néolithique ancien de la Syrie aux Balkans méridionaux (Lionel Gourichon) ; une géographie possible d’un ensemble de réseaux complexes (sources, approvisionnement, choix techniques) qui modifie très sensiblement la topographie des aires culturelles établies à partir des typologies céramiques régionales (Nicolas Tardy) ; l’apport des études ethnoarchéologiques pour bousculer nos raisonnements sur la gestion des systèmes techniques et leurs choix : l’importance de l’expertise tactile sur les matériaux (supports ou outils), la polyvalence des outillages dont la « typologie » est plus dépendante du degré d’usure que d’une utilisation mono-fonctionnelle mais aussi la production parallèle de produits à faible niveau d’expertise copiant les objets de prestige (Hara Procopiou) ; l’hybridation technique des vaisselles effigies en Macédoine (seule région à produire ce type de poterie d’origine anatolienne) interprétée comme vecteur du renforcement de la cohésion sociale. Leur montage concilie deux techniques de conception et de tradition différentes observées dans l’assemblage céramique. L’utilisation d’une ébauche végétale pour la partie anthropomorphe semble par ailleurs issue du PPNB levantin.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jessie Cauliez, Catherine Commenge et Isabelle Sidéra, « CRPPM – Centre de recherche sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 646-647.

Référence électronique

Jessie Cauliez, Catherine Commenge et Isabelle Sidéra, « CRPPM – Centre de recherche sur la pré- et protohistoire de la Méditerranée », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22188

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org