Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRLAO – Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale

Chrystelle Maréchal
p. 645-646

Texte intégral

Chrystelle Maréchal, chargée de recherche au CNRS

Écriture archaïque chinoise

1Au cours de ces deux dernières années, nous avons vu que pour les anciens Chinois, le cœur était le siège de la pensée et des émotions, ce que reflète la préférence notable de l’écriture chinoise pour le composant catégoriel « cœur » dans une large majorité des graphies servant à rendre compte des notions se rapportant à ces deux registres lexicaux. Les données épigraphiques mettent en évidence que les scribes chinois ont commencé par exploiter le composant catégoriel « cœur » pour couvrir des notions liées à l’intellect età la morale, comme niàn 念 « se souvenir », zhé 想 « perspicace » et 徬 « vertu », dont les premières attestations remontent respectivement aux XIe et Xe siècles avant notre ère. Par la suite, l’emploi du composant « cœur » s’est largement étendu, notamment au IVe siècle avant notre ère, au lexique des émotions. La perception que se faisaient les anciens Chinois des émotions étant notre centre d’intérêt, nous avons choisi, cette année, de confronter les informations fournies par les classiques chinois aux données épigraphiques et paléographiques datées pour l’essentiel du IVe siècle avant notre ère. Les anciens Chinois reconnaissant sept émotions, à savoir le plaisir (xi 喜 ), la colère ( 怒 ), la tristesse (ai 哀), la peur ( 懼 ), l’amour (ài 愛 ), la haine ( 惡 ) et les désirs ( 欲 ), l’étymologie graphique de chacune d’elles, ainsi que celle de qíng 情 « émotion », ont fait l’objet d’une analyse détaillée. Nos investigations ont ensuite permis de montrer que si le composant catégoriel « cœur » a incontestablement été privilégié pour représenter graphiquement le lexique des émotions, il n’en demeure pas moins que l’existence des graphies xi 喜 « joie, bonheur, félicité » et ai 哀 « tristesse ; affliction ; peine » notamment, illustrent que le composant catégoriel la « bouche » a également été exploité par les anciensChinois. Dans le domaine de l’intellect, il faut relever l’exemple de zhé 想 « perspicace » qui est un des rares où le composant « cœur » a finalement été évincé au profit de celui de « bouche » pour donner la graphie zhé 哲. Enfin, nous avons vu que les anciens Chinois avaient également pu faire appel à la dérivation sémantiquecomme dans le cas de 樂 « joie », dont l’une des autres lectures est yuè 樂 « musique », et ne comporte de trace ni de « coeur » ni de « bouche ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Chrystelle Maréchal, « CRLAO – Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 645-646.

Référence électronique

Chrystelle Maréchal, « CRLAO – Centre de recherches linguistiques sur l’Asie orientale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22187

Haut de page

Auteur

Chrystelle Maréchal

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org