Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CRH-GRHEn – Groupe de recherche sur l’histoire de l’environnement

Geneviève Massard-Guilbaud, Marc Élie, Frédéric Graber, Fabien Locher, Thomas Le Roux et Marie-Hélène Mandrillon
p. 642-644

Texte intégral

Geneviève Massard-Guilbaud, directrice d’étude
Marc Élie, Frédéric Graber, Fabien Locher, Thomas Le Roux, chargés de recherche au CNRS
Marie-Hélène Mandrillon

Séminaire RUCHE « Nouvelles recherches en histoire environnementale »

1Le RUCHE a poursuivi pour la troisième année consécutive son séminaire d’histoire environnementale. Alors que les interventions des deux années précédentes étaient de nature historiographique, celles du cycle 2011-2012 ont permis la présentation de recherches en cours ou récentes dans le domaine de l’histoire environnementale. Plusieurs axes de réflexion ont cependant guidé la construction du séminaire : l’étude des marqueurs des évolutions environnementales sur la longue durée, les transformations environnementales urbaines et rurales liées aux évolutions techniques et économiques, le rôle de la gestion de l’eau dans les processus environnementaux et les enjeux politiques de la transformation et de la protection de l’environnement. Ces axes ont été croisés à travers des objets d’étude variés et appliqués à des échelles différentes, avec un souci de maintenir une ouverture internationale (Angleterre, Espagne, Pays-Bas, Canada, Russie) et de penser des phénomènes globaux (guerre froide, grande hydraulique dans le monde).

2Si la ville constitue un cadre d’étude désormais bien intégré aux études environnementales (notamment les grandes métropoles comme Paris et Montréal qui ont fait l’objet d’analyses spécifiques au cours du séminaire), la majorité des interventions a porté sur des milieux spécifiques (prairies de Russie/URSS, fleuves et littoraux, zones industrialisées anglaises), Les grands enjeux de l’histoire environnementale ont donc été abordés, non plus à travers une succession de champs spécifiques de l’historiographique, mais avec l’ambition de montrer les interactions entre ces différents champs. La construction des représentations de l’environnement au cours du temps a été l’un des moyens de prendre en considération la façon dont les sociétés se sont emparées des contraintes de leur milieu de vie, s’y sont adaptées, et ont ainsi créé de nouveaux défis pour l’appropriation et l’aménagement des territoires. L’intérêt porté aux paysages urbains et ruraux (paysages industriels anglais et paysages agricoles) a notamment débouché sur une étude des conséquences de l’innovation agricole et industrielle (développement de nouvelles plantes, politiques pour réduire et maîtriser les pollutions industrielles).

3L’un des axes forts de ce séminaire a été l’attention portée à la façon dont les enjeux politiques ont été pris en compte par les historiens, avec des concepts partiellement empruntés à l’anthropologie et à la sociologie, dans une approche réflexive destinée à orienter les choix présents et futurs des aménageurs. La façon dont les États ont abordé les crises environnementales, qu’ils en soient en partie responsables où qu’ils aient été amenés à les combattre, est au coeur de nombreuses interrogations. Toutefois, les politiques publiques doivent être étudiées en prenant en compte la multiplicité des acteurs qui en sont partie prenante ou qui y sont confrontés. C’est pourquoi la gestion des littoraux, la lutte contre les inondations et les grands travaux hydrauliques nécessitent une analyse historique qui tienne compte de la façon dont les pouvoirs se sont construits à travers des pratiques sociales complexes depuis la période médiévale au moins, qui a fait l’objet de deux communications spécifiques. Ce séminaire a donc permis d’étudier comment l’environnement, loin d’être une donnée en soi, naît de la confrontation entre des intérêts divergents mais aussi de la recherche de solutions communes articulant différentes échelles de pouvoir. Cette démarche sera approfondie lors du prochain séminaire (2012-2013) qui sera décliné en journées d’étude thématiques consacrées à l’articulation entre ressources et gestion environnementale et aux relations entre savoirs, politiques et transformations environnementales.

4Le programme du séminaire est disponible sur le site du RUCHE (http://leruche.hypotheses.org/​), Les séminaires ont été enregistrés et peuvent être écoutés en podcast sur ce site.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Geneviève Massard-Guilbaud, Marc Élie, Frédéric Graber, Fabien Locher, Thomas Le Roux et Marie-Hélène Mandrillon, « CRH-GRHEn – Groupe de recherche sur l’histoire de l’environnement », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 642-644.

Référence électronique

Geneviève Massard-Guilbaud, Marc Élie, Frédéric Graber, Fabien Locher, Thomas Le Roux et Marie-Hélène Mandrillon, « CRH-GRHEn – Groupe de recherche sur l’histoire de l’environnement », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22180

Haut de page

Auteurs

Geneviève Massard-Guilbaud

Articles du même auteur

Marc Élie

Frédéric Graber

Articles du même auteur

Fabien Locher

Articles du même auteur

Thomas Le Roux

Marie-Hélène Mandrillon

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org