Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CMH-ETT – Enquêtes, terrains, théorie

Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave et Erwan Le Méner
p. 625-627

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Alexandra Bidet, chargée de recherche au CNRS
Manuel Boutet, postdoctorant
Frédérique Chave, chargée de mission à la MIRE
Erwan Le Méner, doctorant

Ethnographie des engagements : travail, bénévolat, jeu, citoyenneté

1Au cours de cette première année, ont été examinées différentes conceptions possibles d’une ethnographie des engagements. Nous nous sommes demandés en quoi l’ethnographie peut apparaître nécessaire pour documenter les formes d’engagement à l’œuvre dans les pratiques les plus ordinaires, relevant notamment du travail, du bénévolat, du jeu ou de la citoyenneté.

2Après avoir fait le point sur les récentes synthèses disponibles sur l’engagement public de professionnels, la sociologie de l’engagement militant, et le travail militant, nous avons explicité le parti pris du séminaire : celui d’une approche plus large et générique de l’engagement. Il s’agit de saisir l’engagement de façon transversale, comme le fait de se lier volontairement, ce qui va souvent de pair avec une attention aux conséquences de ce pari, y « mettre du sien », qui affecte et transforme indissociablement les personnes et leur milieu.

3Qu’est-ce qu’ethnographier un engagement ? Parmi les apports de l’ethnographie, nous avons plus particulièrement examiné, à partir de l’analyse de deux terrains très différents (la pratique du jeu vidéo et la citoyenneté) sa capacité à documenter la part de passivité de nos engagements, leur caractère d’« engagements de circonstance », et leur inscription dans une durée que trame la « répétition » de gestes qui « valent la peine ». A contrario, nous nous sommes aussi penchés sur la lignée de travaux menés sur la « compétence politique », qui tend à évaluer l’engagement à l’aune d’un modèle qui privilégie, avec les figures de l’électeur ou du militant, les dimensions de choix, d’intensité, de délibération, etc.

4Le séminaire s’est poursuivi par l’examen, à partir d’articles et d’exposés de recherches en cours, de formes d’engagement situés à distance, tout à la fois, des espaces classiquement dévolus au « politique », à la « participation citoyenne », ou à l’engagement militant, et des milieux d’interconnaissance. Nous avons ainsi privilégié des formes d’engagement quasi occasionnel, hors de dispositifs apprêtés et d’injonctions, dans des lieux publics, comme la rue, où se côtoient des inconnus. Nous avons exploré les façons de documenter et de qualifier l’éventuelle portée morale et politique de ces interventions de passants dans l’espace public, où s’observent, de façon fugace et transitoire, l’esquisse d’intérêts partagés et un souci du commun. Cela nous a amenés à thématiser une ethnographie de la citoyenneté qui ne se limite pas à l’étude de milieux d’interconnaissance.

5Après avoir exploré, à travers les disputes de politesse, l’urgence médicale, et le signalement de sans-abri, des formes d’engagement prenant place dans la rue et s’appuyant sur ses rencontres, nous avons interrogé en retour le travail de l’ethnographe sur ces terrains précis. De quelle nature est l’engagement de l’ethnographe qui s’efforce de développer des façons de conduire l’enquête prenant au sérieux ce à quoi les personnes tiennent, et la manière dont elles le font valoir dans les situations ? Pour interroger la portée politique de l’ethnographie, nous avons mobilisé deux articles où Isaac Joseph thématise les enjeux politiques de son travail, et les avons mis en regard avec les formes d’engagement de l’ethnographe dans une enquête de longue durée actuellement menée sur une famille sans logement.

6Le séminaire s’est terminé, avant la séance conclusive consacrée aux travaux des étudiants, par une séance sur la question des publics de l’engagement : il s’est agi de se demander si l’on pouvait caractériser des « écologies » ou des « milieux » de l’engagement, en examinant des travaux empiriques récents qui relient les expériences les plus personnelles et sensibles que l’on peut faire d’un environnement aux dynamiques par lesquelles un concernement devient public. Cela fut l’occasion de préciser ce qu’est un « public », et l’apport décisif de la tradition pragmatiste pour leur étude.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave et Erwan Le Méner, « CMH-ETT – Enquêtes, terrains, théorie », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 625-627.

Référence électronique

Alexandra Bidet, Manuel Boutet, Frédérique Chave et Erwan Le Méner, « CMH-ETT – Enquêtes, terrains, théorie », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 19 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22153

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org