Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CIRESC – Centre international de recherches sur les esclavages

Jean Hébrard, Myriam Cottias, Antonio De Almeida Mendes, Céline Flory, Marie-Jeanne Rossignol et Silvina Testa
p. 622-623

Texte intégral

Jean Hébrard, inspecteur général de l’Éducation nationale honoraire
Myriam Cottias, directrice de recherche au CNRS
Antonio De Almeida Mendes, maître de conférences à l’Université de Nantes
Céline Flory, postdoctorante au CIRESC
Marie-Jeanne Rossignol, professeur à l’Université Paris-Diderot
Silvina Testa, postdoctorante au CIRESC

Histoire sociale et culturelle des traites et des sociétés esclavagistes et post-esclavagistes (Argentine, Brésil, Caraïbes, Sénégambie, Europe)

1Ce séminaire, destiné aux étudiants mais aussi aux chercheurs, s’inscrit dans le parcours de master mention histoire intitulé « Histoire du fait colonial et impérial » de l’École. Cette année, l’équipe du séminaire se composait de Myriam Cottias (historienne), Antonio De Almeida Mendes (historien), Céline Flory (historienne), Jean Hébrard (historien), Odile Hoffman (géographe, directrice de recherche à l’IRD), Marie-Jeanne Rossignol (historienne et civilisationniste) et Silvina Testa (anthropologue), L’équipe a ainsi proposé aux étudiants une approche pluridisciplinaire s’inscrivant dans la longue durée, du XVe au XXIe siècle, et prenant en compte des aires géographiques variées (Afrique, Amérique du Nord, Centrale et Latine, Caraïbe et Europe), ce qui a permis un enseignement dépassant les frontières nationales et impériales.

2Le séminaire s’est articulé autour de quatre thématiques majeures.

3Dans le cadre de la première – « Littératures, musiques et esclavages » – nous avons accueilli le professeur Robert O’Meally de l’Université de Columbia (New York) qui est intervenu sur l’émergence et la présence du jazz à Paris au XXe siècle. Nous avons accueilli ensuite le professeur de lettres supérieures et philosophe Alain Ménil pour la présentation de son ouvrage Les voies de la créolisation. Essai sur Édouard Glissant paru en 2011 chez De l’incidence éditeur.

4Notre deuxième thématique – « Biographies, récits et voix d’esclaves » – a été étayée par quatre interventions. L’historien Jean-Pierre Le Glaunec de l’Université de Sherbrooke au Québec, a étudié les différentes mémoires afférentes à l’insurrection des esclaves de Louisiane en 1811. Marie-Jeanne Rossignol s’est intéressée au récit de la fuite du Missouri au Canada de l’esclave nord-américain William Wells Brown, Céline Flory a retracé le parcours migratoire de deux « engagées » africaines arrivées en Guyane et en Guadeloupe dans la décennie post-esclavagiste, et Myriam Cottias a présenté le parcours de vie de Mayotte Capétia : « Mayotte Capétia une femme des Antilles dans l’espace colonial français, 1914-1952 ».

5Pour la troisième thématique – « Statuts, droits et économie » – nous avons accueilli la juriste et historienne Ariela Gross de l’Université de Californie du Sud qui nous a présenté un travail intitulé Comparing the law and politic of race and the memory of slavery in the US and France today et Antonio De Almeida Mendes qui a mené une réflexion sur le droit et l’esclavage en s’interrogeant sur ce que signifiait être « libre » au Portugal avant le XIXe siècle.

6La quatrième et dernière thématique de l’année – « Aux marges des assignations identitaires » – s’est structurée autour de séances concernant essentiellement l’espace latino-américain. En guise d’introduction théorique, Silvina Testa et Odile Hoffman se sont interrogées sur le pourquoi des marges identitaires en étudiant le cas des migrations et des diversités diasporiques africaines et afro-latinoaméricaines. Puis Carlos Agudelo du Centre d’études mexicaines et centre américaines (CEMCA) a questionné les identités ethnique, raciale et/ou transnationale de la diaspora garifuna à la fois en Amérique centrale et aux États-Unis. La chercheuse argentine Marta Maffia de l’Université de La Plata-CONICET a étudié les références migratoires croisées en Argentine. Et enfin, Anaïs Fléchet de l’Université Saint-Quentin-en-Yvelines et Silvia Capanema de l’Université Paris-13/ Paris-Nord sont intervenues conjointement sur « La fabrique des identités : les catégories de race et de couleur dans le Brésil républicain (XIXe-XXIe siècle) ».

7L’année a été clôturée par une après-midi consacrée à un mini-colloque des étudiants durant laquelle chacun d’entre eux a pu présenter pendant une vingtaine de minutes un exposé de ses recherches.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Hébrard, Myriam Cottias, Antonio De Almeida Mendes, Céline Flory, Marie-Jeanne Rossignol et Silvina Testa, « CIRESC – Centre international de recherches sur les esclavages », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 622-623.

Référence électronique

Jean Hébrard, Myriam Cottias, Antonio De Almeida Mendes, Céline Flory, Marie-Jeanne Rossignol et Silvina Testa, « CIRESC – Centre international de recherches sur les esclavages », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22145

Haut de page

Auteurs

Jean Hébrard

Articles du même auteur

Myriam Cottias

Articles du même auteur

Antonio De Almeida Mendes

Céline Flory

Marie-Jeanne Rossignol

Silvina Testa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org