Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CCJ-CECMC – Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine

Xavier Paulès et Frédéric Obringer
p. 597-599

Texte intégral

Xavier Paulès, maître de conférences

La Chine républicaine (1912-1949) : nouvelles approches historiques

1L’histoire chinoise ne manque pas d’épisodes de réformes profondes.

2Mais d’une façon générale, leurs promoteurs s’efforcent de les présenter comme des tentatives de retour à un âge d’or. Sur ce plan, on peut soutenir que la période républicaine fait exception. Par bien des aspects, elle manifeste en effet une volonté assumée de faire table rase du passé et de fonder un ordre nouveau. C’est cette originalité que le séminaire a entrepris d’interroger cette année.

3Le défi posé par la modernité occidentale constitue évidemment un arrière-plan de première importance. Les exposés de C. Vidal (Université Lille 3) sur les itinéraires intellectuels des principaux penseurs de la période et de Wang Xiaoling (Université Paris-Diderot) sur l’influence de Rousseau ont montré l’importance de l’onde de choc qui parcourt l’intelligentsia. Elle ne se limite pas au Mouvement du 4 mai 1919, même si ce dernier la manifeste de façon paroxysmique.

4En intervenant avec force dans la sphère économique et sociale, l’État s’affirme comme l’instrument privilégié d’un projet modernisateur. Mais lui-même, pour remplir ce nouveau rôle, se réinvente tout au long de la période et non durant la seule décennie de Nankin (1928-1937) à laquelle on identifie trop la modernisation de l’État chinois.

5L’exposé de Jérôme Bourgon (CNRS) a ainsi montré qu’un aspect crucial de l’entreprise de modernisation de l’État, la réforme du droit, se poursuit surtout durant les années 1910 et 1920. Il se traduit en particulier par la promulgation du Code civil de 1929-1931. À partir des années 1930, l’État se dote des instruments d’une intervention active dans le secteur de la production. Les recherches en cours de Xiaohong Xiao-Planès (INaLCO) montrent à quel point le Guomindang a su collaborer avec les entrepreneurs, et que l’influence de l’État dans la sphère économique ne passe pas forcément par la mise en place d’institutions bureaucratiques de grande envergure.

6L’État intervient également dans le domaine de la religion, soucieux de remodeler les pratiques selon des mots d’ordre modernisateurs. Le mouvement pour la Vie Nouvelle tout comme les campagnes lancées contre les « superstitions » traduisent l’ambition de remodeler la vie quotidienne, comme l’a montré V. Goossaert (CNRS).

7Si les travaux des dernières décennies ont eu tendance à surtout souligner les insuffisances, les abus et les dysfonctionnements de l’État républicain, on gagne cependant à ne pas perdre de vue qu’il a accompli une œuvre considérable.

8Le pouvoir politique n’est pas le seul levier du changement. Des transformations profondes affectent, en partie du fait de la grande ouverture aux influences étrangères qui caractérise la période, les modes de vie (mesure du temps, loisirs, alimentation et habillement), Grâce en particulier à l’essor de la presse, de nouveaux rapports de genre émergent, que Barbara Mittler (Université de Heidelberg) a analysé dans son exposé.

9Ce séminaire a été aussi l’occasion de présenter les recherches en cours de Dong Xiaoping (Université normale de Pékin) sur un entrepreneur pékinois.

Frédéric Obringer, chargé de recherche au CNRS

Médecine et corps en Chine. La pharmacopée sous les Qing

10Le principe du séminaire est de travailler sur des sources primaires que nous lisons, traduisons et commentons. Les textes qui ont retenu notre attention cette année datent de la dynastie des Qing (1644-1911) et sont relatifs à l’histoire des savoirs et des savoir-faire concernant les substances naturelles ou les produits manufacturés utilisés pour soigner les maladies, pour prolonger la vie ou encore pour agrémenter le quotidien. Dans la mesure où ces textes, pour être compréhensibles et pour que l’on puisse en saisir les particularités, doivent être confrontés à des textes plus anciens qui en sont souvent les matrices et auxquels ils font volontiers écho, nous avons consacré quelques séances à la présentation d’ouvrages antérieurs aux Qing. Après avoir abordé des extraits des manuscrits de Mawangdui (IIe siècle avant notre ère), nous avons lu des passages de la grande série de bencao (Traités de materia medica) pour finir par le Bencao gangmu (Matière médicale classifiée) de Li Shizhen (1596), C’est en effet à la suite de ce dernier ouvrage que se place le Bencao gangmu shiyi (Compléments de la matière médicale classifiée) de Zhao Xuemin. Ce texte fut achevé en 1803 mais ne fut publié qu’en 1871, ce qui en relativise bien sûr la diffusion et partant l’importance. Il est cependant représentatif d’une démarche critique, « rectifiant des erreurs » du Bencao gangmu, et d’une curiosité lettrée qui s’intéressait aussi bien aux produits pharmaceutiques venus de l’Europe qu’à diverses pratiques liées au corps. Nous y trouvons ainsi deux passages, que nous avons traduits, qui sont extraits d’ouvrages du XVIIIe siècle et qui exposent en détail les techniques de consommation de la fumée d’opium. Nous avons également abordé la question de la classification des plantes au XIXe siècle en Chine en nous penchant sur le Zhiwu mingshi tukao (Nomenclature et illustrations des plantes) de Wu Qixun, publié en 1848. Ce texte très remarquable par la qualité de ses illustrations se trouve à la charnière entre la « tradition botaniste » chinoise et la taxinomie d’obédience linnéenne.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Xavier Paulès et Frédéric Obringer, « CCJ-CECMC – Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 597-599.

Référence électronique

Xavier Paulès et Frédéric Obringer, « CCJ-CECMC – Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22121

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org