Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

CAK – Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques

Charlotte Bigg
p. 592-593

Texte intégral

Charlotte Bigg, chargée de recherche au CNRS

Voir/savoir. Images et visualisations scientifiques

1Ce séminaire propose une introduction aux études visuelles des sciences. Partant d’un large éventail d’exemples tirés de l’histoire des sciences, des techniques et de la médecine ainsi que des STS (Science and technology studies), il constitue une initiation théorique et pratique aux approches visuelles à travers la lecture de textes fondateurs, d’interventions d’experts, de visites de collections et de travaux pratiques d’analyse d’images.

2Le séminaire a cette année intégré le groupe des séminaires fondamentaux de la mention « Histoire des sciences, technologies, sociétés » du master de l’EHESS, mais il a également accueilli des étudiants d’autres mentions de master, ainsi que des doctorants de l’EHESS et des chercheurs d’horizons divers. Dans cette perspective on s’est particulièrement attaché à développer la dimension pédagogique du séminaire, pour permettre aux nouveaux venus dans ce domaine d’acquérir une vision d’ensemble du champ (panorama historique et historiographique, discussion de textes fondateurs dans la première séance), à situer les enjeux historiographiques des interventions d’experts (au début de chaque journée thématique) et à promouvoir l’acquisition de compétences pratiques dans l’analyse des sources visuelles (visite guidée du Musée des moulages de l’Hôpital St.-Louis avec Mechthild Fend de University College London ; séance consacrée aux sources auxquelles les participants sont confrontés dans leurs propres projets).

3La présentation et la discussion de travaux de recherche n’ont pas pour autant été négligées. Dans le cadre du séminaire ont eu lieu trois journées d’études, chacune focalisée sur une thématique spécifique et organisée avec le concours de collègues du Centre Alexandre-Koyré spécialistes de ces questions : l’histoire de l’observation et des médiations instrumentates ; les théories de la connaissance, fabrication des images et pratiques du regard (Rafael Mandressi) ; techniques et théories de représentations de l’espace (Pascal Dubourg Glatigny), Ce format intensif a permis d’approfondir chaque thème abordé par une approche multiple, combinant une introduction et synthèse didactique, des interventions d’experts extérieurs, des présentations par les étudiants et les discussions. À chaque occasion, une perspective diachronique et interdisciplinaire de chaque thématique a été présentée : avec, par exemple dans le cas de la troisième journée, un panorama large couvrant les techniques et théories de représentations de l’espace depuis l’invention de la perspective et ses usages pratiques par les architectes et géographes à l’époque moderne (Pascal Dubourg-Glatigny) jusqu’aux théories et outils numériques contemporains de conceptualisation de l’espace (Philippe Morel, École d’architecture Paris Malaquais), Chaque journée a également été l’occasion de prendre connaissance des différentes approches qui existent dans les études visuelles des sciences à travers les lectures et les interventions de travaux de recherche classiques ou en cours, et de saisir leurs enjeux historiographiques et leurs spécificités méthodologiques. Dans tous les cas, une attention particulière a été portée aux sources sur lesquelles les études visuelles des sciences s’appuient et sur leur exploitation dans le travail de l’historien. La question de l’articulation entre texte et image est par exemple apparue de manière récurrente et ce, pour toutes les thématiques et les époques, notamment lors de la deuxième journée, avec les interventions d’Isabelle Pantin (ENS), de Carl Havelange (Université de Liège), et de Christian Jacob (EHESS), La nécessité de prendre en compte les spécificités matérielles des sources a été soulignée (histoire du livre et de la publication, des techniques d’impression, de gravure) ainsi que l’histoire de leurs circulations et réceptions. De manière complémentaire, les journées d’études, notamment la première avec les interventions d’Ilana Löwy (Cermes3), Thierry Lefebvre (Université Paris-Diderot) et Harro Maas (Université d’Utrecht) ont démontré dans les différents domaines abordés que l’étude des cultures visuelles comme cultures situées historiquement implique la prise en compte de sources diverses relevant non seulement des champs scientifiques et des techniques matérielles de visualisation et de représentation mais aussi des théories contemporaines de la connaissance, des conceptions de la représentation artistique, ou du statut culturel de l’image dans des contextes et à des époques donnés.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Charlotte Bigg, « CAK – Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 592-593.

Référence électronique

Charlotte Bigg, « CAK – Centre Alexandre-Koyré. Histoire des sciences et des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22114

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org