Navigation – Plan du site
Enseignements organisés par les centres de recherche de l’EHESS

AnHiMA – Histoire et anthropologie des mondes antiques

Cecilia D’Ercole, Jean-Michel Carrié et François Chausson
p. 591

Texte intégral

Cecilia D’Ercole, Jean-Michel Carrié (*), directeurs d’études
François Chausson, professeur à l’Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne

Fonder, refonder

1Le cycle thématique biannuel du séminaire du centre AnHiMA (Anthropologie et histoire des mondes anciens, UMR 8210), consacré à la notion de fondation et refondation, initié en 2011-2012, arrive à son terme. La thématique retenue privilégiait deux notions propres aux sociétés grecque et romaine, où l’acte de fonder se relie à l’histoire des cités, des dynasties, des pratiques politiques et culturelles, ainsi qu’aux représentations et aux discours, liés notamment aux notions de généalogie et d’origine mythique. Les séances ont confirmé la variété des champs d’application du concept. Elles ont également permis la comparaison avec d’autres civilisations, comme l’hébraïque et la védique. Dans les sociétés grecque et romaine, l’acte fondateur est évoqué pour expliquer l’origine de constructions matérielles (temples, cités) et immatérielles (institutions, pratiques, cultes, etc.), Les différents cas que nous avons débattus permettent de valider cette hypothèse de travail, que ce soit dans l’Athènes archaïque et classique (la fondation de l’Aréopage selon Eschyle, par Pierre Judet De La Combe), dans le corpus mythologique sur le sanctuaire de Delphes (Jean-Marc Luce) ou encore dans la Rome impériale (la fondation du temple de la gens Augusta, par Meriem Sebaï), Important en soi, l’acte fondateur reçoit souvent une légitimité ultérieure grâce à l’imbrication de facteurs politiques et religieux. Le droit aux auspices, que les patriciens romains gardent de manière exclusive même dans les moments les plus troubles de la république pourrait être, au moins en partie, justifié par le rôle que ces familles prétendent avoir eu dans la Rome des origines (Yann Berthelet).

2Dans une perspective comparatiste, quelques interventions ont permis de réfléchir au rôle de la fondation dans l’Inde védique (Silvia D’Intino) et dans la tradition hébraïque (Irad Malkin, Madalina Vartejanu-Joubert), Irad Malkin, directeur d’études invité, a présenté une comparaison originale entre les corpus textuels grec et hébraïque qui a fait ressortir plusieurs points de contact entre les deux traditions. Des aspects majeurs du processus de fondation se prêtent en effet à être comparés : l’origine étrangère des fondateurs, la construction du leadership de l’expédition fondatrice, les procédures de l’occupation et du partage des terres. Il s’agit là d’un nouveau terrain de l’enquête qui sera assurément fécond pour les recherches futures.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cecilia D’Ercole, Jean-Michel Carrié et François Chausson, « AnHiMA – Histoire et anthropologie des mondes antiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 591.

Référence électronique

Cecilia D’Ercole, Jean-Michel Carrié et François Chausson, « AnHiMA – Histoire et anthropologie des mondes antiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22111

Haut de page

Auteurs

Cecilia D’Ercole

Articles du même auteur

Jean-Michel Carrié

Articles du même auteur

François Chausson

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org