Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Signes, formes, représentations

Les images mouvantes

Sophie-Isabelle Dufour
p. 583-584

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Sophie-Isabelle Dufour

1En partant du constat que la mise en image du mouvement ne date pas de l’invention du cinématographe – car bien avant d’être reproduit par l’image mécanisée, il a été représenté dans les images fixes –, les participants au séminaire ont entrepris une réflexion sur le mouvement dans sa relation à l’image en remontant à l’Antiquité. L’analyse d’un passage du Timée, où Platon définit le temps comme « l’image mouvante de l’éternité », et d’un autre tiré du troisième livre de la Physique d’Aristote, a permis de dégager les fils conducteurs : le mouvement donne vie à l’image et celle-ci est mouvante dans le temps (comme dans l’espace).

2En un premier temps, le rapprochement entre les eidôla (humides et mouvants) de l’Odyssée et un film de Franco Rossi (puis certains travaux de Bill Viola et Gary Hill) a montré l’intérêt d’une approche relevant de l’anthropologie du visuel. Puis, à partir des travaux de Victor Stoichita, le mythe de Pygmalion a été mis en rapport avec le film Vertigo de Hitchcock afin d’explorer la dimension érotique de la « vie » que l’on entend donner à l’artefact. D’autres mythes ont été étudiés, ceux d’Orphée et de Narcisse dans leur moderne version cinématographique et vidéographique, Orphée de Cocteau et l’installation TV Buddha de Nam June Paik, afin d’étudier l’image en mouvement entre la vie et la mort, dans l’espace et dans le temps. Ce qui a conduit à interroger, sous la conduite de Daniel Arasse, l’« image mouvante » à la Renaissance, en particulier chez Léonard de Vinci. Au centre de la pensée (et des écrits) de Léonard se trouve le mouvement ; il faut pallier l’immobilité de la peinture avec le sfumato. L’analyse comparative entre La Visitation (1528-1529) du peintre maniériste Pontormo et l’installation vidéo The Greeting (1995) de Bill Viola a prolongé la réflexion sur la Renaissance et les images mouvantes.

3En un second temps, la question de la migration des images et des rapports entre images mouvantes et musique a fait surgir celle de la danse. Au début du XXe siècle, les mouvements « gracieux » du danseur russe Waslav Nijinsky ont été photographiés, jamais filmés ; des films expérimentaux tentent de reproduire les mouvements « aériens » du danseur en faisant défiler les photographies fixes. Notre étude du mouvement « gracieux » s’est enrichie d’une réflexion sur la grâce chez Alberti, puis d’une autre sur le mouvement chez les philosophes Bergson et Deleuze (par l’analyse du film Pas de deux de Norman McLaren), Le séminaire s’est achevé sur la question des rapports entre images mouvantes et histoire, notamment chez Aby Warburg et Walter Benjamin. Divers exposés d’étudiants inscrits en M2 (Gabriel Botzmeyer sur Godard et la mélancolie, Lara Sedbon sur la danse dans les arts numériques, Thaiana Asevedo sur Vilém Flusser et Fred Forest, Ioana Predescu sur la reproduction technique, Marcia Brandao sur les vidéos de Bob Wilson) sont venus enrichir le séminaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sophie-Isabelle Dufour, « Les images mouvantes », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 583-584.

Référence électronique

Sophie-Isabelle Dufour, « Les images mouvantes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22103

Haut de page

Auteur

Sophie-Isabelle Dufour

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org