Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Thessalonique, lieu d’élaboration d’une réflexion juridique, politique et sociale au XIVe siècle

Marie-Hélène Congourdeau
p. 566-567

Texte intégral

Marie-Hélène Congourdeau, chargée de recherche au CNRS

1Ce cours s’est situé dans la continuité de celui de l’année précédente qui avait étudié quelques œuvres profanes (juridiques, politiques, sociales) de Nicolas Cabasilas. Le semestre de cette année est revenu en arrière pour étudier le contexte dans lequel s’est élaborée la réflexion de cet auteur.

2La première séance a débuté par quelques notions générales sur le droit byzantin, héritier du droit romain, et sur la conception que les Byzantins se faisaient du droit, en se fondant sur les définitions qui ouvrent le Digeste de Justinien : ius (le droit) vient de iustitia (la justice) ; ius est ars boni et aequi (le droit est l’art du bien et de l’équité), Puis fut présentée la réforme judiciaire de l’empereur Andronic III (1296) qui forme le contexte de la réflexion des juristes thessaloniciens. Une analyse du discours de Nicéphore Choumnos Aux Thessaloniciens sur la justice a conclu cette séance et s’est poursuivie sur la séance suivante. Il est apparu que pour Choumnos, l’opposé de la justice (δικαιοσυυνη) est la rapacité (πλεονεξια : vouloir plus que ce à quoi l’on a droit), ce qui s’inscrit bien dans la tradition byzantine de la justice comme recherche de l’équité. Le second dossier a porté sur Théodore Métochite (qui fut très marqué par son bref séjour à Thessalonique) et l’État. Nous avons étudié les sources de sa réflexion dans la pensée politique antique (d’Hérodote à Polybe) sur les diverses formes d’État (monarchie, aristocratie, démocratie) et leurs perversions (tyrannie, oligarchie, anarchie), L’étude des opuscules 96, 97 et 98 de Théodore sur ces différents régimes a montré à quel point il est l’héritier de ces penseurs antiques. Ses opuscules 82 et 83 sur les revenus de l’État, thème capital pour celui qui fut responsable des finances d’Andronic II, ont révélé un côté beaucoup plus pragmatique de sa pensée.

3Un retour sur les textes de Nicolas Cabasilas sur le prêt à intérêt et sur les abus des autorités, déjà abordés l’année précédente, a permis de voir comment la pensée de Cabasilas s’intègre dans ce contexte intellectuel de réflexion sur l’État et la société.

4Les dernières séances ont été consacrées à Thomas Magistros, sans doute le plus original des penseurs thessaloniciens de cette époque. Après une présentation de sa biographie, entièrement renouvelée par les chercheurs ces dernières années, nous avons étudié la structure d’ensemble et des extraits significatifs de ses trois œuvres principales : le Περι βασιλειας (Sur la royauté), sorte de miroir des princes qui donne sa conception du pouvoir, le souci du bien commun étant la principale vertu du souverain ; le Περι πολιτειας (terme polyvalent que l’on traduit tantôt par État, tantôt par Politique, tantôt par République), qui analyse la naissance des cités, décrit la cité idéale et insiste sur l’harmonie entre les composantes de la société, tout en se focalisant sur quelques thèmes comme les métiers, la composition de l’armée, l’éducation pour tous et la défense des plus faibles ; le Περι ομονοιας (Sur la concorde) qui oppose la concorde à la sédition (στασις), mère de toutes les décadences, qui distingue entre bonne et mauvaise concorde (ainsi l’entente entre brigands) et qui reflète peut-être son effroi devant les révoltes urbaines qui agitèrent Thessalonique à son époque : la sédition de 1322 contre Andronic II, et surtout la crise zélote de 1342-1350. La question de la datation de ce discours (1322 ou 1346) reste controversée.

5Thessalonique fut véritablement à cette époque un creuset intellectuel où s’élaboraient, en continuité avec la pensée antique, des problématiques nouvelles qui annoncent la Renaissance européenne. La réflexion de Nicolas Cabasilas est pleinement fille de ce contexte.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marie-Hélène Congourdeau, « Thessalonique, lieu d’élaboration d’une réflexion juridique, politique et sociale au XIVe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 566-567.

Référence électronique

Marie-Hélène Congourdeau, « Thessalonique, lieu d’élaboration d’une réflexion juridique, politique et sociale au XIVe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22079

Haut de page

Auteur

Marie-Hélène Congourdeau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org