Navigation – Plan du site
Conférences complémentaires
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe

Le Malaise païen

Stéphane Ratti
p. 565-566

Texte intégral

Stéphane Ratti, professeur à l’Université de Bourgogne

1Nous nous sommes constamment, dans ce cours, posés la question suivante : la victoire du christianisme dans l’Empire romain tardif a-t-elle été aussi rapide et facile que les apologistes chrétiens se plaisent à le dire ? À la lumière des découvertes récentes on s’est intéressé aux formes sous lesquelles la résistance des derniers païens dans l’Antiquité tardive, sous le règne de Théodose (379-395), a pu s’exprimer : les polémiques entre païens et chrétiens autour des valeurs morales et de la « foi » ou encore les ultimes luttes menées par les païens pour obtenir la tolérance du paganisme.

2Il s’est agi de restituer le jeu antagoniste trop souvent ignoré, minimisé ou masqué du débat idéologique entre païens et chrétiens au tournant des IVe et Ve siècles par le moyen d’une contextualisation renouvelée des allusions voilées imposées à la résistance païenne par le nouveau pouvoir impérial christianisé. En redessinant la carte du conflit entre le paganisme et le christianisme on s’est efforcé de redonner force et vigueur à un paradigme négligé par les tendances les plus récentes de l’historiographie internationale contemporaine.

3Un certain nombre d’intellectuels païens avaient entrepris dans l’Antiquité tardive une guerre à mots couverts, comparable à celle que mène l’auteur de l’Histoire Auguste contre la pensée chrétienne en train de s’installer : « La communication publique de la vérité philosophique ou scientifique n’était pas seulement impossible à leur époque, mais en tous les temps ». Il leur fallait cacher leurs opinions à tous les non-philosophes, soit en les limitant à l’instruction orale d’un groupe de disciples soigneusement choisis, soit en n’écrivant sur les sujets les plus importants qu’au moyen de « brèves indications », écrivait Leo Strauss, La persécution et l’art d’écrire, Paris, 2003.

4La première séquence du cours s’est ainsi attachée à l’analyse des documents et témoignages (Symmaque, Libanios, Ammien Marcellin, saint Augustin) tendant à révéler l’existence d’une censure réelle et sévère, pratiquée pour des raisons souvent politico-religieuses et aboutissant dans les faits à une singulière restriction de la liberté d’expression en matière religieuse, dont sont victimes notamment les païens sous le règne de Théodose.

5Une seconde séquence a été consacrée à la mise en évidence des liens intellectuels, idéologiques, religieux et familiaux qui permettaient de relier des œuvres telles que l’Histoire Auguste, les Saturnales de Macrobe, le De reditu suo de Rutilius Namatianus. On a cherché à démontrer que le contexte politique dans lequel a été composé ce pseudo-récit de voyage est en réalité marqué par le climat de rivalité intellectuelle entre païens et chrétiens et que, au fond, le De reditu suo est au cœur d’un réseau d’influence tissé par les partisans de l’ancienne religion auquel appartiennent aussi les Symmachi, Servius et Macrobe. La troisième séquence a permis de réfléchir aux motifs qui ont poussé l’auteur de ce De Viris illustribus transmis dans le corpus du pseudo-Aurélius Victor à conserver l’anonymat. Ces raisons paraissent bien liées à la nature polémique d’un ouvrage qui, visiblement, comme on a cherché à le montrer, entrait en concurrence dans la définition du type même de l’Homme Illustre – le héros ou le saint ? – avec les projets alors naissants de l’arétalogie chrétienne, de saint Jérôme, lui-même auteur d’un De Viris illustribus en 392-393, ou de saint Ambroise dans le De Officiis.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Stéphane Ratti, « Le Malaise païen », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 565-566.

Référence électronique

Stéphane Ratti, « Le Malaise païen », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22077

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org