Navigation – Plan du site
Cycles de formation pluridisciplinaire

Controverses environnementales et anthropologies de la nature

Francis Chateauraynaud, Bernard Hubert, Valeria Siniscalchi, Suzanne de Cheveigné et Jean-Michel Fourniau
p. 547-548

Texte intégral

Francis Chateauraynaud, Bernard Hubert, directeurs d’études
Valeria Siniscalchi, maître de conférences
Suzanne de Cheveigné, directrice de recherche au CNRS
Jean-Michel Fourniau, directeur de recherche à l’IFSTTAR

1Ce nouveau séminaire a permis d’élargir la confrontation entre plusieurs approches disciplinaires autour des enjeux environnementaux. Un des avantages du point de vue pluridisciplinaire est de contraindre à l’explicitation de notions utilisées comme autant de passeurs ou de médiateurs conceptuels, alors même qu’elles recouvrent des conceptions différentes, voire antagoniques des rapports entre milieux vivants, sciences et sociétés. Dans ce but, nous avons abordé les notions de « nature », de « développement durable », de « biodiversité » et « service écosystémique » (cette dernière visant à donner une valeur marchande aux biens et services produits par les écosystèmes).

2Après des séances animées par les organisateurs, la clarification des différentes notions a pris appui sur la présentation de plusieurs terrains d’enquête : les mobilisations contre l’exploration et l’exploitation du gaz de schiste, qui ont conduit à l’examen de la tension entre droit de l’environnement et droit minier, avec l’intervention de Francis Chateauraynaud, Pierrick Cézanne-Bert et Josquin Debaz (GSPR) ; les services écosystémiques, avec Xavier Arnauld de Sartre (CNRS, UMR SET, Pau) ; l’hypersensibilité chimique et la manière dont des riverains s’en saisissent à travers des actions individuelles ou collectives, avec Aymeric Luneau (GSPR) ainsi que les dispositifs de concertation sur les risques industriels autour de l’étang de Berre avec Pierrick Cézanne-Bert (GSPR) et Stephan Castel (CESSA) ; la pluralité des interprétations de la biodiversité, abordée de manière généalogique lors de l’intervention de Jean Foyer (ISCC, CNRS) ; la « maritimisation » du Var et les stratégies d’acteurs dans le cadre des politiques qui accompagnent les aires marines protégées, avec Bernard Kalaora (Littocéan) et Yves Hénocque (IFREMER) ; le changement climatique dans les médias avec Jean-Baptiste Comby (CARISM, Université Pantheon-Assas) et le basculement interprétatif des événements extrêmes et des politiques d’adaptation aux vulnérabilités en régime de changement climatique par Francis Chateauraynaud. Nous avons également prêté attention aux différentes pratiques de la nature à travers l’analyse du rapport entre OGM et ontologies locales au Mexique avec Nicolas Ellison (LISST), ainsi que par l’étude du Réseau « Semences paysannes » avec Elise Demeulenaere (MNHN, CNRS, éco-anthropologie et ethnobiologie), ou l’examen de l’impact des mobilisations écologistes sur les pratiques agricoles avec Cristina Papa (Università di Perugia, enseignante invitée à l’EHESS).

3La double entrée proposée dans le séminaire, d’un côté par les controverses et les mobilisations, de l’autre par les activités pratiques dans les milieux et les territoires, permet de saisir les formes d’articulation entre principes ou doctrines et réalités pratiques, entre visions globales et constructions locales des enjeux écologiques. Une approche de réflexion critique, associant sciences sociales et sciences de la nature, permet d’étudier d’un point de vue interdisciplinaire la constitution de dispositifs globaux de gouvernement des sociétés au nom de la biodiversité, conçue comme une des pièces fondamentales des enjeux environnementaux. Si la « nature » et l’« environnement » fonctionnent comme autant de topiques du jugement dans les débats politiques et les discours médiatiques, le croisement d’enquêtes sur une multiplicité de dossiers et de sites conduit à modifier le regard sur les jeux d’acteurs et les ressorts pratiques à l’œuvre sur le terrain. La dernière séance a été consacrée à une synthèse des questions abordées au cours de l’année et a permis aux étudiants d’exposer leur travail à partir des cas présentés et des textes.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francis Chateauraynaud, Bernard Hubert, Valeria Siniscalchi, Suzanne de Cheveigné et Jean-Michel Fourniau, « Controverses environnementales et anthropologies de la nature », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 547-548.

Référence électronique

Francis Chateauraynaud, Bernard Hubert, Valeria Siniscalchi, Suzanne de Cheveigné et Jean-Michel Fourniau, « Controverses environnementales et anthropologies de la nature », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 29 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22051

Haut de page

Auteurs

Francis Chateauraynaud

Articles du même auteur

Bernard Hubert

Articles du même auteur

Valeria Siniscalchi

Articles du même auteur

Suzanne de Cheveigné

Articles du même auteur

Jean-Michel Fourniau

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org