Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Économie

Économie publique et environnement global

Jean-Charles Hourcade
p. 531-532

Entrées d’index

Index thématique :

Économie
Haut de page

Texte intégral

Jean-Charles Hourcade, directeur d’études

Économie publique et incertitudes dans la prospective : économie, énergie et environnement

1Le séminaire part d’une rétrospective des liens entre énergie, environnement et croissance de 1945 à 2010 pour ne pas dissocier l’exercice du calcul économique et de la prospective d’une compréhension historique des déterminants économiques, politiques, technologiques et institutionnels de la question énergétique sur le temps long.

2La deuxième partie du séminaire revisite les fondamentaux du calcul économique dans la tradition des ingénieurs économistes, en faisant apparaître les questions spécifiques posées par le traitement de long terme, la maîtrise de l’incertitude dans un univers controversé et l’existence d’effets d’équilibre général qui introduisent des écarts importants entre optimum sectoriel et optimum collectif. Il montre :

  • les liens théoriques entre calcul économique et prospective des états du monde et en montre l’effet pratique en s’appuyant sur une comparaison des réponses des différents pays aux chocs et contre chocs pétroliers de même que les stratégies suivies en matière d’énergie nucléaire. On fait alors apparaître le rôle des modes de justification économiques des choix, des cadres institutionnels dans l’émergence de compromis technologiques différenciés, des mécanismes de dépendance aux sentiers des réponses technologiques et des politiques macroéconomiques qui accompagnent les stratégies énergétiques ;
  • le rôle des controverses environnementales en particulier celles concernant l’électro-nucléaire avec la question des risques technologiques majeurs réactivée par l’accident de Fukushima et celle des déchets nucléaires et du bouclage du cycle.

3Le séminaire aborde ensuite les principaux outils de modélisation prospective en vigueur du côté de l’offre et de la demande énergétiques en insistant d’un côté sur les conditions maîtrisées d’un dialogue entre économistes et ingénieurs (contraindre la prospective technologique par la prise en compte des effets des outils d’incitation sur les équilibres économiques et la croissance), de l’autre sur la nécessité de placer toute prospective sectorielle dans une vision cohérente des modes de développement, c’est-à-dire comme l’ensemble des liens techniques et écologiques entre style de consommation, mode d’occupation de l’espace et styles technologiques.

4Il développe ces points à partir de trois cas d’application fondés en partie sur l’étude d’articles publiés :

  • les enjeux de mise en œuvre et d’évolution d’une taxe carbone en France ; on travaille ici sur la taxe carbone comme dispositif de conciliation entre climat, croissance, emploi, distribution des revenus et compétitivité des entreprises. On montre le caractère décisif des modes de redistribution du produit de la taxe et la nécessité d’asseoir l’analyse sur une prospective des contraintes pesant sur l’économie française (dépendance énergétique, compétition internationale, financement des retraites), On revient sur l’histoire des échecs des réformes fiscales écologiques et l’importance de la dissociation, dans les argumentaires de justification de la taxe entre l’enjeu climatique et les éléments majeurs de la négociation sociale (réforme des retraites, du marché du travail etc.) ;
  • les liens entre sécurité énergétique et politiques climatiques en montrant comment une prospective intégrant les incertitudes sur les réserves d’hydrocarbures, sur les technologies alternatives, sur les dynamiques de demande et sur les stratégies de l’OPEP permet de faire apparaître les politiques climatiques comme ayant une forte valeur d’assurance vis-à-vis de la volatilité des marchés de l’énergie ;
  • les questions de liens entre solidarité intra-générationnelle et solidarité inter-générationnelle dans la gestion du climat comme bien public ; on fait apparaître que le raisonnement prospectif exige de prendre en compte un paramètre négligé jusqu’ici par l’analyse économique, à savoir l’évolution des rapports de forces économiques et de la distribution de la richesse mondiale entre nations dans les scénarios « sans politique climatique ». On montre la difficulté d’avoir un accord sur le climat sans une forme de compromis sur les futurs équilibres mondiaux.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 531-532.

Référence électronique

Jean-Charles Hourcade, « Économie publique et environnement global », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 30 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22032

Haut de page

Auteur

Jean-Charles Hourcade

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org