Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Linguistique, sémantique

Argumentation et énonciation dans la langue

Marion Carel et Oswald Ducrot
p. 510-511

Entrées d’index

Index thématique :

Linguistique‚ sémantique
Haut de page

Texte intégral

Marion Carel, Oswald Ducrot (*), directeurs d’études

Temporalité et argumentation

1On admet généralement que les discours sont linguistiquement organisés de diverses manières, caractéristiques de divers genres textuels : la Temporalité organiserait les récits ; l’Argumentation organiserait les textes militants. C’est sur cette idée banale que le séminaire est revenu cette année en proposant une étude linguistique des marques temporelles. Après quelques développements sur la temporalité intérieure aux termes du lexique (le verbe confirmer par exemple indique un jugement advenant après un autre) et la temporalité propre aux conjonctions (à la question qu’as-tu fait après le cinéma ?, on répondra je suis rentrée ensuite je me suis couchée ou je suis rentrée puis je me suis couchée selon que le retour apparaît, ou non, comme une activité en soi), nous avons centré les exposés sur la temporalité grammaticale des verbes.

2L’étude des « Grammaires Générales » de Port Royal et de Beauzée, puis des propositions de Reichenbach, Kleiber, Benveniste et Weinrich, nous a conduits à distinguer deux approches de la temporalité grammaticale, l’une propositionnelle, l’autre au contraire textuelle. Certains auteurs considèrent en effet que les temps grammaticaux morphologiquement simples ont pour seule fonction de décrire en lui-même l’événement dépeint par le verbe, précisant par exemple sa durée, sa date par rapport au moment de l’énonciation, sa nature objective ou subjective ou encore les modalités de son déroulement. D’autres auteurs par contre admettent que certains temps grammaticaux morphologiquement simples ont un rôle au delà même de la proposition dans laquelle ils interviennent et voient ainsi en eux l’instruction de relier l’événement dépeint par le verbe modifié à d’autres événements évoqués par le contexte. Ce serait en particulier le cas de l’imparfait (tel que le décrit entre autres Port Royal), un des temps fondamentaux des récits du XIXe siècle français. C’est à l’étude de ce temps grammatical, et de sa possible fonction organisatrice, qu’a été consacrée la dernière partie du séminaire.

3Nous appuyant sur divers contrastes (comme par exemple le fait que seul le premier des deux discours suivants peut comporter du style indirect libre : Anne eut peur. La chose approchait versus Anne eut peur. La chose approcha), nous avons fait l’hypothèse intuitive que le locuteur d’un imparfait voit dans le sens du verbe modifié une description anecdotique de l’événement qu’il rapporte, un détail de la situation mais pas nécessairement sa nature. À l’inverse, le locuteur d’un passé simple voit dans le sens même du verbe modifié la nature de l’événement qu’il décrit. Plus techniquement, nous avons montré qu’un parallèle peut être effectué entre ces fonctions de l’imparfait et du passé simple et les rôles argumentatifs de termes comme redescendre avant l’orage et prudence dans cet alpiniste a eu la prudence de redescendre avant l’orage. Le groupe redescendre avant l’orage détaille en effet la situation en donnant l’instruction de paraphraser l’énoncé précédent par l’argumentation il allait y avoir de l’orage donc cet alpiniste est redescendu ; le terme prudence donne la nature de la situation en imposant de comprendre l’argumentation comme une illustration de ce qui est dangereux doit être évité. Les fonctions textuelles de l’imparfait et du passé simple, l’organisation qu’ils donnent aux textes dans lesquels ils interviennent, seraient ainsi de nature argumentative.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Marion Carel et Oswald Ducrot, « Argumentation et énonciation dans la langue », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 510-511.

Référence électronique

Marion Carel et Oswald Ducrot, « Argumentation et énonciation dans la langue », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22010

Haut de page

Auteurs

Marion Carel

Articles du même auteur

Oswald Ducrot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org