Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures

Jacques Leenhardt et Catherine Chomarat-Ruiz
p. 502-503

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Jacques Leenhardt, directeur d’études (*)
Catherine Chomarat-Ruiz, maître de conférences à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles

Paysage et société : les représentations du paysage

1Conjointement avec Catherine Chomarat-Ruiz, maître de conférences à l’École nationale supérieure du paysage de Versailles, nous avons consacré le séminaire de cette année à la question : qu’en est-il aujourd’hui de l’élaboration d’une esthétique du paysage contemporain ? Dans cet esprit, notre réflexion a porté sur le paysage entropique tel qu’il apparaît dans les textes de l’artiste américain Robert Smithson publiés entre 1960 et 1973. Un thème récurrent se développe tout au long de ces textes, par ailleurs très variés dans leur forme et dans les dispositifs narratifs et explicatifs qu’ils mettent en œuvre. Smithson concentre en effet son attention sur le thème de la dégradation « entropique ». Tout se dégrade, se transforme, les choses comme les pensées. La rationalité perd bon nombre de ses prétendus droits, que l’expérience toutefois, à certaines conditions, permet de restaurer. Il existe une dialectique du penser et du sentir à propos du paysage, ou bien, dit d’autre manière, le paysage apparaît à la jonction de cette dégradation et de son ressaisissement par un observateur artiste. L’entropie qui s’empare du paysage américain renvoie donc soit à des aspects proprement naturels (phénomènes d’érosion), soit à la dimension métaphorique de celle-ci, par exemple dans le cas du texte Visite à l’hôtel Palenque. Plutôt donc qu’un site, remarquable ou non, qu’un découpage dans l’espace naturel ou urbain, la notion contemporaine de « paysage » que tente d’établir Smithson apparaît ici comme le résultat d’une activité humaine (travailler, construire, mais aussi visiter, se promener, regarder), On voit bien comment cette notion-là de paysage repose sur une ambivalence : le faire humain, saisi par l’entropie, propose des objets que l’herméneutique du regard fait signifier dans un autre registre, sur un autre plan. Le paysage, site et non-site à la fois, résulte de ces activités contraires et conjointes.

2Par ailleurs, François Chomarat, philosophe des sciences, a présenté une analyse des usages que fait Robert Smithson des théories de la cristallographie. Envisagée comme une cartographie de la matière ordonnée, cette discipline participe d’une récusation des modèles organiques dominants de la nature.

3Interventions de Jacques Leenhard dans diverses conférences : « E. Glissant e a ideia do museo das Americas », conférence à l’ECA, Jornada da critica, Faculté de communication, Université de São Paulo, septembre 2011 ; « O papel das representações sociais na aproximação dos espaços naturais », conférence au congrès international d’histoire, ANPU, Maringa, Brésil, septembre 2011 ; « Bring the forest in the city », conférence au Centre d’architecture de Milan, octobre 2011 ; « L’émergence de l’Europe du roman », conférence au colloque international l’Atelier du roma, Université de Picardie/EHESS, novembre 2011.

Publications

  • « Natura », dans Atlante delle nature urbane, centuno voci per i paesaggi quotidiani, sous la dir. de Maurizio Corrado et Anna Lambertini, Bologne, Ed. Compositori, 2011, p. 162-164.
  • « Natura urbane », Atlante delle nature urbane, centuno voci per i paesaggi quotidiani, op. cit., p. 164-165.
  • « Teoria e pratica do património », dans Bens culturais, temas contemporâneos, sous la dir. de Zila Bernd et Nadia Maria Weber Santos, Ed. Movimento, 2011, p. 9-18.
  • Préface à Aragon, Louis. Écrits sur l’art moderne, nouvelle édition augmentée et refondue, Paris, Flammarion, 2011, p. 7-27.
  • « Actualité de Goldmann : l’anthropologie paradoxale », dans Lucien Goldmann, n° 6, 2010, de la revue Anamnèse, Paris, L’Harmattan, 2011.
  • « L’art et l’espace urbain », dans La ville et les arts, à partir de Philippe Cardinali, Paris, L’Harmattan, 2011, p. 197-208.
  • « Oswaldo Vigas », essai sur l’artiste venezuelin, catalogue de l’exposition Oswaldo Vigas, Villa Tamaris, Centre d’art, La Seyne-sur-Mer, Paris, Éditions du Félin, 2011.
  • « Du modernisme à l’écologie », dans catalogue de l’exposition Roberto Burle Marx, La modernité du paysage, Paris, La Cité de l’architecture éditions, 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jacques Leenhardt et Catherine Chomarat-Ruiz, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 502-503.

Référence électronique

Jacques Leenhardt et Catherine Chomarat-Ruiz, « Fonctions imaginaires et sociales des arts et des littératures », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/22002

Haut de page

Auteurs

Jacques Leenhardt

Articles du même auteur

Catherine Chomarat-Ruiz

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org