Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Poétiques et politiques en Europe

Philippe Roger
p. 498-499

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Philippe Roger, directeur d’études

La littérature comme sacrifice (XIXe-XXe siècles)

1Le séminaire 2010-2011 avait exploré les représentations et modélisations du sacrifice par la littérature, de l’âge classique à la période révolutionnaire ; l’année 2011-2012 a été consacrée à étudier le renversement par lequel, au début du XIXe siècle, c’est la littérature elle-même qui se donne pour un sacrifice, tandis que se multiplient les mises en scènes du martyre de l’écrivain. À la charnière des deux époques, une œuvre s’imposait : celle de madame de Staël, où s’effectue très consciemment cette transition, en même temps que le passage à une « féminisation » du sacrifice elle-même liée aux événements révolutionnaires. Ont été lus dans cette perspective Réflexions sur le procès de la reine, De l’influence des passions sur le bonheur des individus et des nations, Réflexions sur le suicide et Corinne ou de l’Italie. Dans la riche galerie des textes romantiques, ce sont ceux de Vigny qui ont été retenus : Servitude et grandeur militaires pour son audacieuse assimilation du soldat à un bourreau-victime et le trop oublié Stello, pour sa galerie romanesque de poètes socialement assassinés. Au cœur du siècle et du propos, Baudelaire a été l’objet d’une attention particulière, à travers Les Fleurs du mal, Le Spleen de Paris et Fusées, sans oublier son étrange dévotion au « pauvre Edgar » (Poe), martyr de l’Amérique, ni ses références constantes au Joseph de Maistre du Traité des sacrifices. Autre piste baudelairienne, moins fréquentée : l’intérêt révélateur qu’il porta à Léon Cladel, dont Les Martyrs ridicules paraissent grâce à lui. Cladel y récrit La Vie de Bohème sur un mode impitoyable et dérisoire, avant d’être à son tour imité ou suivi, notamment par les Goncourt dans Manette Salomon. Le thème baudelairien du « vieux saltimbanque » irrigue plusieurs récits de Cladel et s’impose dans la seconde moitié du siècle comme un topos littéraire majeur unissant l’artiste au funambule et au clown dans une fraternité de tourments. Loin, en apparence, de ce courant baudelairien, le réalisme selon Flaubert impose pourtant, lui aussi, une mythologie tenace de l’écrivain martyr, « piochant » comme un bagnard son œuvre, condamné à la « prostitution » de la publication et voué aux gémonies par le Bourgeois, quand il n’est pas traîné devant les tribunaux. La fin de siècle mêle les héritiers du réalisme ou du naturalisme aux post-baudelairiens et aux néo-catholiques exagérés ou ironiques : Huysmans et Bloy en sont les incarnations les plus frappantes. Le thème du martyre chez Huysmans, esquissé sous les traits du dandysme désespéré de Des Esseintes, s’exalte dans les romans postérieurs à Là-Bas et dans les essais sur la peinture (Trois églises et trois primitifs), Non sans susciter la suspicion d’un Léon Bloy, seul « désespéré » légitime à ses propres yeux, flagellateur universel et victime perpétuelle (Le Désespéré, Quatre ans de captivité à Cochons-sur-Marne), Cette réflexion sur l’appropriation littéraire du sacrifice s’est achevée sur les réflexions esquissées par Barthes, dans La préparation du roman, sur la « sacralisation de soi-même » comme préalable nécessaire à l’entrée en littérature de l’écrivain moderne. Elle a bénéficié, en février, de la présence à l’EHESS en qualité de professeure invitée de Patrizia Lombardo (Université de Genève) qui a analysé les mises en scènes cinématographiques du sacrifice chez Tarkovski, Gus van Sant et Scorsese. Une invitation à l’Université de New York en qualité de Global Distinguished Visiting Professor a été l’occasion, dans un séminaire commun avec Emily Apter, d’analyser Stendhal romancier politique et réaliste « sans objets ».

Publications

  • « Scènes de la vie funèbre : l’Amérique de Georges Duhamel », Les Amériques des écrivains français, sous la dir. de Sylvain Menant, numéro spécial de Travaux de littérature, XXIV, 2011, p. 265-275.
  • « Le roman du populisme », Critique, nos 776-777, Les populismes, sous la dir. de Pierre Birnbaum, Laurent Jeanpierre et Philippe Roger, janvier-février 2012, p. 5-23.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 498-499.

Référence électronique

Philippe Roger, « Poétiques et politiques en Europe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21999

Haut de page

Auteur

Philippe Roger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org