Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Signes, formes, représentations

Histoire des contes

Catherine Velay-Vallantin
p. 494-495

Entrées d’index

Haut de page

Texte intégral

Catherine Velay-Vallantin, maître de conférences

1Cette année, le séminaire s’est interrogé sur les rapports du conte avec le littéraire et le politique, et l’on a choisi d’opérer cette réflexion en étudiant des productions lettrées et politiques dans l’Angleterre du premier XXe siècle. J. R. R. Tolkien a prononcé à Oxford en mars 1939 une conférence, Du conte de fées, qui fut publiée en 1947. Ce texte, en hommage aux fairy books d’Andrew Lang, est un des plus stupéfiants qui soit donné à lire à un folkloriste ou à un ethnologue : tout d’abord, précisément, parce que Tolkien y ignore délibérément les recherches et les essais universitaires, tout comme les collectes ethnographiques et les catalogues muséologiques. Ensuite, parce qu’il y affirme que « l’association de l’enfant et du conte de fées est un accident de notre histoire nationale » et qu’il y fustige l’appauvrissement délibéré des éditions populaires de contes pour enfants : en fait, l’acquisition et la capitalisation des savoirs, la connaissance de soi, l’apprentissage et la maîtrise de son autonomie matérielle et intellectuelle, voilà ce que le conte devrait apporter à l’enfant, démuni et affaibli par sa dépendance à l’égard des adultes. Dans le même temps, Tolkien se livre à une charge véhémente contre les classifications qui décident du partage entre le bon et le mauvais goût, entre la grande et la petite littérature, démarche condescendante dont le conte est victime : « Ces derniers temps, en Europe, les contes de fées constituent une grande partie du bric-à-brac littéraire fourré au grenier. » Il réhabilite alors le conte dans sa « portée initiale », celle où, à l’aune de la fantasy et du rêve, il offre au lecteur et à l’auditeur l’opportunité de « faire l’expérience directe d’un Monde Secondaire, dans lequel un soleil vert serait crédible ». Il défend donc la « portée littéraire » du conte, « branche naturelle de la littérature », enjeu dont les conteurs seraient si conscients, dit-il, qu’ils l’éprouveraient délibérément à chacune de leurs performances. Ce texte d’éducateur lettré, parfaitement maître des théories psychanalytiques, dépouillé de tout sentimentalisme, et novateur à une époque où l’on parlait encore d’« instinct maternel », fut donc contextualisé au cours des premières séances du séminaire : les exigences académiques, pédagogiques et religieuses qui animaient Tolkien et ses proches, surtout l’auteur du Monde de Narnia, C. S. Lewis, y furent retracées. Ce manifeste fut ensuite analysé d’après les démarches antérieures qui ont pu affecter la réflexion de Tolkien : en effet, depuis la fin du XIXe siècle, en dépit de nombreuses collectes ethnographiques régionales, mais la plupart du temps délibérément minorées ou ignorées, l’Angleterre ne connaît qu’une seule définition du conte, celle d’une identité générique mise en rapport avec les identités littéraires les plus conventionnelles. Cette appréhension d’un conte justifié par le « littéraire », qui ne serait qu’écrit et édité, qui exclurait l’oralité populaire, et qui soumettrait le conteur à la domination du littéraire et du lettré, s’accompagne d’une autre légitimation : le conte est par essence politique. Dès le début du XXe siècle, les auteurs et illustrateurs de contes, proches du parti socialiste, tels que Walter Crane, sélectionnent des significations militantes pour les versions qu’ils éditent et dont la diffusion est élitiste. Et pendant la Seconde Guerre mondiale, le conte lettré est exploité par Churchill et la BBC pour soutenir l’effort de guerre. Des versions orales régionales (galloises par exemple), des motifs folkloriques propres à la légende arthurienne sont pervertis pour justifier des décisions militaires et construire une héroïsation nationale. Nous ne sommes plus ici dans la situation bien connue du réemploi soumis aux négociations, et du recyclage propre à toute circulation et à toute acculturation d’une oralité et d’un folklore « populaires », d’un registre à un autre, d’un contexte social à un autre : en fait, tout en maintenant les apparences d’un folklore polymorphe, l’Angleterre du premier XXe siècle a bel et bien prescrit et institué les conditions, durables, de l’émergence d’une identité littéraire d’un conte qui ne saurait exister sans l’aval du politique. C’est dans ce cadre qu’Anne Chassagnol (Université Paris-8/Vincennes-Saint-Denis) est venue donner une conférence sur la représentation des fées de l’époque victorienne aux comics nord-américains et que Sébastien Roffat est intervenu, quant à lui, sur l’invention d’une sorcière spécifiquement nord-américaine chez Walt Disney.

Publications

  • « Le roi Herla au pays de Galles : lectures nationalistes du voyage dans l’autre monde », Marvels and Taies. Journal of Fairy-Tale Studies, vol. 25, n° 2, 2011, p. 276-285.
  • « Le Chat Botté dans l’Angleterre du XVIIIe siècle : The infinite cat project des Lumières », Féeries. Études sur le conte merveilleux XVIIe-XIXe siècle, n° 8, 2011, p. 135-154.
  • « The eagle and child », La grande oreille, La revue des arts de la parole, n° 47, octobre 2011, p. 25-29.
  • « Claude Le Coz, itinéraire d’un conteur d’exception », La grande oreille, La revue des arts de la parole, n° 48, décembre 2011, p. 74-77.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 494-495.

Référence électronique

Catherine Velay-Vallantin, « Histoire des contes », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21994

Haut de page

Auteur

Catherine Velay-Vallantin

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org