Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics

Daniel Cefaï
p. 452-454

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Daniel Cefaï, directeur d’études

Publics et problèmes publics

1Le séminaire s’est inscrit dans la continuité de celui de l’année précédente. Après une présentation générale, reprenant quelques-unes de ses conclusions, deux séances ont été consacrées à une relecture de l’histoire de la sociologie des problèmes sociaux aux États-Unis. Une série de perspectives ont ainsi été repérées depuis la fin du XIXe siècle (pathologie sociale, désorganisation sociale, conflit des valeurs), en particulier à Chicago, avant d’arriver aux théories de la déviance des années 1950 (dysfonction selon Merton et Nisbet, association selon Sutherland ou Cohen et opportunité selon Cloward et Ohlin), Deux autres séances ont également porté sur le tournant des années 1960, souvent réduit à l’avènement de la théorie de l’étiquetage. En nous appuyant sur une enquête menée en collaboration avec Howard Becker, nous avons insisté sur la multiplicité des enquêtes empiriques et des expérimentations théoriques qui ont émergé à ce moment-là, en particulier autour de la revue Social Problems (Beker, Matza, Goffman...), Cette généalogie a permis de mieux comprendre ce qui s’impose aujourd’hui comme la perspective de la « construction des problèmes sociaux » et d’introduire les débats qui s’efforcent de déconstruire ce constructivisme. Nous avons clos cette série historique en faisant le lien avec l’analyse pragmatiste des problèmes publics qui était au cœur du séminaire 2010-2011.

2La seconde moitié du séminaire s’est attachée à travailler sur un programme de recherche intitulé par Sheldon Messinger et Robert Emerson « Micropolitique du trouble ». Il s’agit d’enquêter sur des types de difficulté, de malaise, de choc, d’empêchement, d’interruption, de blocage qui prennent place dans des environnements proches, souvent de l’ordre de l’interaction. Si aucune solution satisfaisante n’est trouvée dans la relation de face à face, de faire appel à des tiers, professionnels ou institutionnels, pour définir et contrôler cette situation problématique. Cette perspective a été recroisée avec celle, héritée du pragmatisme, de l’expérience des problèmes publics, à laquelle une séance a été consacrée, en parallèle à l’édition d’un numéro de Raisons pratiques (EHESS), C’est le travail de l’enquête, selon John Dewey, de donner forme à des troubles et de les convertir en problèmes, qui puissent être décrits, expliqués, interprétés, évalués, et si possible régulés ou résolus. Puis, le questionnement micropolitique a été examiné à partir de la conception de l’ordre public d’Erving Goffman, telle qu’elle est exposée dans Behavior in Public Places (1963) et dans Relations in Public (1971), Ces deux séances ont été l’occasion d’extrapoler vers une interrogation sur les troubles psychiatriques, civils ou urbains, dont les fondements se trouvent chez Goffman. Et nous en avons donné un exemple d’application empirique en rendant compte d’une ethnographie de l’urgence sociale, comme mode de traiter un problème public, celui de la « grande exclusion », ressaisi également en termes de micropolitique des troubles que suscite la présence de personnes qui vivent à la rue. Le séminaire s’est clos sur une conférence de James Jasper, qui était invité par l’EHESS, sur la place des émotions et des sentiments moraux dans l’expérience publique.

Publications

  • Avec Cédric Terzi, L’expérience des problèmes publics, Paris, Éditions de l’EHESS, collection « Raisons pratiques », n° 22, 2012.
  • Avec Sandra Laugier et Laurent Perreau, Goffman et l’ordre de l’interaction, Paris, PUF, collection « CURAPP », 2012.
  • Avec Marion Carrel et Julien Talpin, Ethnographies de la participation, numéro spécial de la revue Participations, n° 3, automne 2012.
  • Traduction originale, édition et postface : Erving Goffman, Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Économica, collection « Études sociologiques », 2012.
  • Avec Edouard Gardella, « La morale de l’urgence sociale », Empan, vol. 4, n° 84, 2011, p. 18-24.
  • « Présentation », dans L’expérience des problèmes publics, op. cit., p. 9-47.
  • Avec Laurent Perreau, « Préface », dans Erving Goffman. L’ordre de l’interaction, op. cit, p. 5-11.
  • Avec Edouard Gardella, « Comment analyser une situation ? De Frame Analysis à Forms of Talk », dans Erving Goffman. L’ordre de l’interaction, op. cit., p. 233-263.
  • « Comment généralise-t-on ? Chronique d’une ethnographie de l’urgence sociale », dans Faire des sciences sociales, Généraliser, sous la dir. d’Emmanuel Desveaux et Michel de Fornel, Paris, Éditions de l’EHESS, 2012, p. 31-58.
  • « L’ordre public. Micropolitique de Goffman, postface de Erving Goffman », dans Comment se conduire dans les lieux publics. Notes sur l’organisation sociale des rassemblements, Paris, Économica, 2012, p. 217-303.
  • Avec Marion Carrel, Julien Talpin, Nina Eliasoph et Paul Lichterman, « Ethnographies de la participation », introduction au numéro spécial de Participations, 2012, p. 7-48.
  • « L’opinion publique existe bel et bien ! Un dialogue avec Louis Quéré et Jean Widmer autour de la sociologie des problèmes publics », EspacesTemps.net, 2012.
  • Avec Laurent Perreau et Erving Goffman, « Symbols of Class Status », The British Journal of Sociology, 2, 1951, p. 294-304 (« Les symboles du statut de classe », dans Goffman et Tordre de l’interaction, 2012, p. 15-29).
  • Avec Cédric Terzi, Robert Emerson, Sheldon Messinger, « Micropolitics of Trouble », Social Problems, vol. 25, n° 2, 1977, p. 121-134 (« Micro-politique du trouble », dans L’Expérience des problèmes publics, p. 57-85, avec « Note introductive », p. 51-55).
  • Malcolm Spector, John I. Kitsuse, « Social problems : A reformulation », Social Problems, vol. 21, n° 2, 1973, p. 145-159 (« Sociologie des problèmes sociaux », dans L’expérience des problèmes publics, p. 87-107, avec « Note introductive », p. 81-85).
  • Avec Cédric Terzi, Joseph Gusfield, « Cultural authority », chap. 2 de Contested Meanings : The Construction of Alcohol Problems, Madison, University of Wisconsin Press, 1996 (« Significations disputées », dans L’zxpérience des problèmes publics, p. 113-132, op. cit., avec « Note introductive », p. 109-112).
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Daniel Cefaï, « Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 452-454.

Référence électronique

Daniel Cefaï, « Sociologie des mobilisations collectives et des problèmes publics », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21959

Haut de page

Auteur

Daniel Cefaï

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org