Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie des formes de discrédit

Rose-Marie Lagrave
p. 442-443

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Rose-Marie Lagrave, directrice d’études

« Ce que célébrer les 40 ans du MLF veut dire »

1Cette année clôt une série de séminaires destinés à saisir les enjeux qui ont travaillé les célébrations des 40 ans du MLF, et à interpréter le sens des controverses qu’elles ont suscitées.

2Après avoir procédé à une relecture d’ouvrages sur les tensions entre mémoire, témoignages et histoire, en retenant notamment la distinction de Paul Ricœur entre la fonction de fidélité de la mémoire et la fonction véritative de l’histoire, plusieurs séances ont été consacrées à la question du croisement des sources et du recoupement entre archives orales et écrites. Constatant le déséquilibre entre la rareté des archives écrites des militantes des années 1970, non encore versées à l’Association des archives du féminisme, par rapport à l’abondance des mémoires et des témoignages, on a d’abord procédé au recoupement des témoignages. En mettant en relation ces témoignages avec la position des porteuses de mémoire au sein du MLF, et plus largement dans l’espace de la cause des femmes, et en reconstituant les trajectoires individuelles et collectives, on a pu ainsi objectiver des positions subjectives. On s’est ensuite interrogé sur les raisons d’une focalisation sur la thématique de la naissance et de la datation du mouvement qui a construit le cadrage des controverses. Les deux récits antagonistes concernant « les origines » du MLF ont fait l’objet d’une analyse mettant en évidence les modalités de renégociation du passé, la compétition entre deux versions pour détenir le monopole du récit légitime de l’histoire du MLF. Alors que cette lutte mémorielle est justifiée par le devoir de transmission de l’histoire du MLF aux jeunes générations, on a montré qu’hormis l’association Osez le féminisme, les collectifs féministes actuels étaient absents de ces manifestations mémorielles. Ces célébrations, portées par la génération des années 1970, ont assuré une fonction de fidélité et de réactivation des clivages passés dans le présent, sans toutefois parvenir à faire événement médiatique et politique. Elles ont eu toutefois le mérite de donner une lisibilité aux mémoires concurrentes dont l’analyse doit être intégrée à l’histoire du MLF.

Publications

  • « Lecture traversière », postface à l’ouvrage Penser la violence des femmes, sous la dir. de Coline Cardi et Geneviève Pruvost, Paris, La Découverte, 2012, p. 407-411.
  • « George Sand et la cause du peuple », dans Terrains d’écrivains, sous la dir. d’Alban Bensa et François Pouillon, Marseille, Anarcharsis, 2012, p. 103-131.
  • « Paysans de papier, paysans de métier », dans Littérature et culture paysanne, sous la dir. de Chantal Olivier, Saint-Fulgent-des-Ormes, Association des écrivains et artistes paysans, 2012, p. 48-55.
  • « L’impensé de la vieillesse : la sexualité », Genre, sexualité et société, n° 6, 2011, p. 1-9.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 442-443.

Référence électronique

Rose-Marie Lagrave, « Sociologie des formes de discrédit », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21948

Haut de page

Auteur

Rose-Marie Lagrave

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org