Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie du religieux

Danièle Hervieu-Léger
p. 441-442

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Danièle Hervieu-Léger, directrice d’études

Sociologie du monachisme contemporain

1Inscrit dans le programme de Sociologie du monachisme contemporain engagé depuis deux ans, le séminaire a poursuivi, en 2011-2012, la réflexion sur les logiques de transformation de la vie monastique, entre le moment des fondations et refondations du XIXe siècle et le moment présent. L’hypothèse générale qui organise cette enquête est que les reconfigurations du monachisme offrent, comme en laboratoire, un terrain d’élection pour l’étude des rapports du christianisme à la modernité, dans la séquence XIXe-XXIe siècle, entre protestation et utopie. On s’attache principalement, dans cette perspective, au terrain bénédictin et cistercien français, sans exclure des incursions comparatives sur d’autres terrains européens, ou dans d’autres ordres monastiques (chartreux notamment), Le questionnement s’est organisé cette année selon deux entrées qui engagent inséparablement la définition de la vocation individuelle du moine et celle de la communauté dans laquelle il est supposé réaliser cette vocation : la première entrée est celle de l’autorité (et donc aussi le sens donné à l’obéissance) au sein du monastère ; la seconde est celle du contenu donné à l’impératif de « retrait du monde ». Dans le premier registre, c’est la construction de la figure de l’abbé, entre théologie et politique, qui a retenu avant tout l’attention : on s’est attaché à établir les fondements de la montée en puissance de la « monarchie abbatiale » dans les monastères bénédictins et cisterciens du XIXe siècle et du début du XXe siècle, puis à repérer les moments typiques de la progressive déconstruction théologique, politique et culturelle de ce modèle, jusqu’à l’émergence de la figure de l’abbé « garant de l’unité de la communauté » qui prévaut largement aujourd’hui. Les témoignages d’Olivier du Roy et de Bernard Besret, tous deux anciens abbés ayant eu une part directe (et fortement conflictuelle) dans la mise en œuvre de pratiques innovantes en matière de gouvernement abbatial, ont offert une matière vivante au travail d’élaboration sociologique de ce dossier. On s’est ensuite appliqué – en l’éclairant des réflexions portant sur les mutations de l’autorité – à étudier les reconfigurations théoriques et pratiques de la problématique de la séparation du monde, associée par les refondateurs du XIXe siècle au rejet de la perdition induite par la conquête moderne des autonomies, et progressivement déplacée vers la valorisation utopique de la mise en suspens du temps du monde au bénéfice de l’accomplissement de l’individu : l’étude des changements concrets affectant la gestion de la clôture et la mise en œuvre de l’hospitalité ont fourni à l’analyse de la transformation des idéaux monastiques son principal support empirique. Enfin, suggéré par les réflexions sur la pratique du retrait du monde, un troisième temps du séminaire a été consacré à une réflexion sur les rapports entre le monachisme, la campagne et la ville. On a, dans cette direction, porté une attention particulière à la réhabilitation utopique de la ville mise en œuvre par les Fraternités monastiques de Jérusalem, congrégation monastique de fondation récente.

2Par ailleurs, le séminaire mensuel du Dictionnaire dynamique des faits religieux co-animé avec Régine Azria et Dominique logna-Prat a poursuivi son cours en 2011-2012. La notice « monachisme » a été redéployée en direction des monachismes non chrétiens. Des notices « économie et religion », « démographie et religion », « sciences cognitives et religion » ont été mises en chantier.

3La contribution au séminaire de master Approches classiques en sociologie des religions a complété, comme à l’accoutumée, les enseignements de recherche dispensés en 2011-2012.

Publications

  • Préface à Isabelle Jonveaux, Le monastère au travail, Paris, Bayard, 2011, p. 1-8.
  • « La poursuite de l’utopie », dans Cartographie de l’Utopie. L’œuvre indisciplinée de Michaël Löwy, sous la dir. de Vincent Delecroix et Erwan Dianteill, Paris, Éd. du Sandre, 2011, p. 90-105.
  • « Religion. Sociologie de la violence religieuse », dans Dictionnaire de la violence, sous la dir. de Maria Michela Marzano, Paris, PUF, 2011, p. 1116-1123.
  • Chap. 2 « Mapping the contemporary forms of Catholic religiosity », dans Church and People. Disjunctions in a Secular Age. Cultural Heritage and Contemporary Change, sous la dir. de Charles Taylor, José Casanova et Georges McLean, Washington, The council for research in values and philosophy, 2012, p. 28-39.
  • Préface à Céline Béraud, Frédéric Gugelot et Isabelle Saint-Martin (dir.), Catholicisme en tensions, Paris, Éditions de l’EHESS, p. 7-10.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Danièle Hervieu-Léger, « Sociologie du religieux », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 441-442.

Référence électronique

Danièle Hervieu-Léger, « Sociologie du religieux », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21946

Haut de page

Auteur

Danièle Hervieu-Léger

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org