Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient

Hamit Bozarslan
p. 439-441

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Hamit Bozarslan, directeur d’études

Sociologie historique de la violence au Moyen-Orient

1Le séminaire de cette année a été consacré aux contestations dans le monde arabe. Il ne serait nullement exagéré de dire que comme les tournants de 1918, 1948 et 1979, celui de 2011-2012 constitue un repère historique majeur dans l’histoire du monde arabe. Certes, il nous est impossible de prendre « à chaud » toute la mesure des changements survenus depuis le renversement des présidents Ben Ali et Moubarak au début de l’année 2011. Les exemples de 1918, 1948 et 1979 nous montrent d’ailleurs que tout tournant historique dans la région est susceptible de déclencher des dynamiques puissantes, déterminant l’histoire régionale pour une période au moins décadaire. Ce simple rappel est en soi une invitation à la prudence méthodologique, nous interdisant toute projection dans l’avenir.

2D’où le pari de se limiter à un premier bilan provisoire, à commencer par le sens qu’on pourrait attribuer aux contestations révolutionnaires de 2011. Aussi inédites qu’inattendues, voire inespérées, celles-ci apparaissaient avant tout comme une réponse à la double domination d’un autoritarisme faisant fi de toute quête d’hégémonie politique et d’un islamisme radical dont le spectre, plus que la réalité, avait si longtemps bouché l’horizon des sociétés arabes. Elles constituaient ensuite un sursaut visant à briser une « fatigue sociale » généralisée, traduite par l’absence des mobilisations sociales transversales, et ce en dépit des inégalités socio-économiques extrêmes. En troisième lieu, elles marquaient, du moins partiellement, la sortie du régime de « 11 Septembre », événement fondateur d’une période qui avait permis aux régimes autoritaires de s’imposer comme des acteurs incontournables sur la scène internationale. Comme la puissante attente démocratique qui s’était fait sentir au tournant des années 1990 avant d’être réduite au silence par les conséquences de la guerre du Golfe, celle de 2000-2001 avait en effet débouché sur une violence généralisée à l’échelle régionale, ainsi que sur une nouvelle période de glaciation. Enfin, les contestations de 2011 présentaient, en Tunisie et en Égypte, des traits essentiellement pacifiques. En contraste avec les révolutions du type eschatologique se fixant la délivrance comme horizon d’attente, ou des révolutions partisanes produisant un nouveau pouvoir, et partant un ancien régime, par et dans la lutte armée, elles visaient à entrer dans la banalité de la cité bourgeoise pour la redéfinir à partir de la participation citoyenne.

3Mais comme certaines expériences du passé l’attestent, les révolutions démocratiques ne sont pas toujours des révolutions heureuses et n’autorisent pas nécessairement la sortie durable d’un système autoritaire. La dynamique de la rue, qui se constitue à la faveur de la configuration révolutionnaire, peut permettre la mobilisation d’impressionnantes forces politiques et sociales et provoquer la chute du prince, sans pour autant interdire la formation d’un nouveau parti de l’ordre ou d’un nouveau cartel de pouvoir, capable de se légitimer par une hégémonie politique offerte par les urnes. Ainsi, en France, la révolution de 1848 qui avait tant impressionné, mais aussi dérouté Marx, avait débouché sur la mise en place du régime autoritaire et extravagant de Louis Bonaparte, soutenu par les campagnes et une bourgeoisie dont il rognait pourtant passablement les ailes. Certes, l’épisode révolutionnaire de 1848 n’avait pas été « neutre » ; d’une portée structurelle, il avait permis le renversement de la monarchie de Juillet et déplacé les lignes de force au sein de la société française. Mais la dynamique révolutionnaire était allée de pair avec l’émergence d’un nouveau type de pouvoir autoritaire, que la littérature scientifique garde en mémoire comme le bonapartisme. Bien qu’issu de la révolution, ce nouveau régime avait placé la destruction des attentes et passions égalitaires, libertaires et dignitaires en tête de ses priorités. Et il avait fait montre d’efficacité et de durabilité.

Publications

  • Ortadogu’nun Siyasal Sosyolojoisi. Arap Isyanlarndan Önce ve Sonra, Istanbul, Iletişim, 2012, 184 p. (traduction).
  • Édition algérienne de Histoire de la Turquie contemporaine (2004), Alger, Éditions HIBR, 123 p.
  • « Düşman : définir les ennemis de l’intérieur sous le régime kémaliste (1922-1938) », Documents de travail du CETOBaC, http://cetobac.ehess.fr/​docannexe.php?id=589, 2012, p. 15-26.
  • « Regard sur les conséquences du “printemps arabe” au Moyen-Orient », entretien avec Guillaume Fourmont, Moyen-Orient, n° 12, 2011, p. 6-10.
  • « Des sociétés structurées par l’islam ? », entretien avec Ariane Matthieu et Séverine Nikel, Les collections de l’histoire, n° 52, 2011, p. 39-43.
  • « De la révolution aux restaurations ? », entretien avec Simon Leplâtre et Marc-Olivier Padis, Esprit, n° 5, 2011, p. 11-18.
  • « Les révolutions arabes », entretien avec Benoît Richard, Sciences humaines, n° 225, 2011, p. 19-21.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 439-441.

Référence électronique

Hamit Bozarslan, « Sociologie historique de la violence aux Proche et Moyen-Orient », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21945

Haut de page

Auteur

Hamit Bozarslan

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org