Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie de l’Iran contemporain

Farhad Khosrokhavar, Mohsen Mottaghi et Saeed Paivandi
p. 433-435

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études

L’islam réformiste en Europe et dans le monde méditerranéen : entre le fondamentalisme et le sécularisme

1En Europe, la production islamique oscille entre deux formes bien distinctes, le réformisme islamique et le fondamentalisme. L’islam extrémiste (le jihadisme) est dans une très grande mesure une spécialité arabe et plus généralement, du monde islamique majoritaire. En Occident, il n’y a pas de production intellectuelle radicale digne de ce nom : au mieux une reprise des thèmes développés dans le monde arabe sunnite dans les deux dernières décennies. L’islam réformiste versus l’islam fondamentaliste sont les deux versants de la pensée islamique, le premier se nourrissant de ses prédécesseurs de la fin du XIXe siècle, le second se ressourçant dans le wahhabisme et le salafisme ainsi que de manière plus ambivalente, dans la vision des Frères Musulmans.

2Mais l’originalité de l’islam européen est moins dans sa contribution théorique que dans sa prise en charge des mœurs au sein des pays séccularisés où l’islam est minoritaire. Le développement d’un droit musulman « minoritaire » (fiqh aqalliyah) est repris et actualisé en France et dans d’autres pays européens en liaison avec la culture et les mœurs d’une société marquée par la laïcité (ou dans d’autres pays européens, par la sécularisation), Le modèle du « protestantisme islamique » importé des autres pays (un peu partout dans le monde musulman cette notion a été la caractéristique des Musulmans réformistes au XXe siècle) et la volonté de construire une vision de l’islam en consonance avec les mœurs de l’Europe ont inspiré des idées et des attitudes qui n’innovent pas tant au niveau théologique ou jurisprudentiel qu’au niveau des attitudes et des comportements, au nom des intérêts des musulmans (maslihah) ou de leur nécessaire acceptation des normes dominantes en vigueur. Le réformisme islamique en Europe, contrairement aux États-Unis, a une teneur théorique moins importante et se trouve dans l’obligation de trouver des modes de conduite pour la minorité musulmane qui soient acceptables pour elle et pour la société globale.

3Le fondamentalisme religieux est en partie la conséquence de la marginalisation de l’islamisme radical et la quête d’un sens au sein d’un Islam qui serait celui des « origines ». Le Salafisme mais aussi les autres formes de fondamentalisme islamique entendent reproduire une religion sans compromission avec les formes sécularisées de pensée et d’action, celles de l’Occident sécularisé. Cette religiosité, sous l’influence de l’Arabie Saoudite à ses débuts, s’est autonomisée et désormais, une seconde génération trouve la possibilité de chercher des « réponses » à ses questions auprès de la première génération formée sur le tas, en contact avec le monde arabe.

4L’islam réformiste demeure, en grande partie, le lot des intellectuels et des classes moyennes sécularisées lors même que l’islam salafiste trouve ses adeptes principalement dans les banlieues, dans les quartiers d’exclusion, avec l’inclusion d’une partie marginale des petites classes moyennes.

Farhad Khosrokhavar, directeur d’études
Mohsen Mottaghi, docteur
Saeed Paivandi, maître de conférences

5L’Iran, depuis le début du XXe siècle, a vu l’émergence de mouvements sociaux nationalistes, islamistes et enfin, postislamistes. Les intellectuels qui ont dominé le monde iranien ont été au moins de trois types distincts : les intellectuels de gauche et d’extrême gauche, les intellectuels nationalistes et les intellectuels islamistes radicaux. Ce séminaire a pu analyser l’impact de ces trois types d’intellectuels sur les mouvements sociaux de l’Iran jusqu’au Mouvement Vert de 2009 inclus.

6Avec ce dernier mouvement, émerge un nouveau type d’intellectuel, qualifié d’« intellectuel intermédiaire », marqué par l’absence de vision totalisante, le rejet de la notion d’avant-garde et enfin, la volonté de trouver un sens en rapport avec une notion plus ou moins implicite de tolérance. Ce type d’intellectuel s’adonne à des activités en relation avec la musique, la littérature ou l’Internet, devient journaliste autoproclamé (diffusion des informations en l’absence de journaliste professionnel), défenseur des droits de l’homme et artiste engagé, se dotant d’une vision morale (et non idéologique) des rapports sociaux. Ce type d’intellectuel ne cherche pas à conquérir le pouvoir, mais à le critiquer et à le circonscrire dans un cadre éthique. D’où son inaptitude à se rehausser au niveau des acteurs politiques proprement dits dans le sens de la prise du pouvoir.

7Les mouvements sociaux iraniens du siècle dernier et du début de ce siècle ont été analysés en relation à cette typologie d’intellectuels, notamment en analysant le contenu de la pensée des intellectuels gauchistes, islamistes, nationalistes et enfin, « intermédiaires ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Farhad Khosrokhavar, Mohsen Mottaghi et Saeed Paivandi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 433-435.

Référence électronique

Farhad Khosrokhavar, Mohsen Mottaghi et Saeed Paivandi, « Sociologie de l’Iran contemporain », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21941

Haut de page

Auteurs

Farhad Khosrokhavar

Articles du même auteur

Mohsen Mottaghi

Articles du même auteur

Saeed Paivandi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org