Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie comparée des âges et des générations

Cécile Van De Velde
p. 431-433

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Cécile Van De Velde, maître de conférences

Solitudes contemporaines

1Ce séminaire s’est donné pour objectif d’explorer les parcours de vie à travers une dimension jusqu’ici peu exploitée : la solitude. Il participe ainsi de la construction d’un nouvel objet de recherche, centré sur les formes différenciées de solitude au fil de l’âge. La solitude est appréhendée comme une expérience sociale, subjective et multiforme, dissociée du seul isolement. Déployé au fil des parcours, le sentiment de solitude devient une clé de lecture de l’expérience du lien et du déroulement des existences contemporaines. Quelles solitudes les sociétés fabriquent-elles ? À quels moments de la vie, pour qui et sous quelle forme tend-elle à se manifester au sein de la société française ? Il s’agit de décloisonner la solitude des seuls âges auxquels elle est fréquemment associée, pour en visiter les figures émergentes et moins visibles. Le séminaire s’est appuyé sur une mise en perspective critique des principaux travaux existants – croisant différentes méthodes, échelles et disciplines – confrontés à une enquête collective sur les dimensions de la solitude au fil des âges.

2Une première approche transversale a permis de penser l’interrelation entre les dimensions relationnelle, sociale et existentielle de la solitude. Elle s’est d’abord appuyée sur un travail de clarification conceptuelle, visant à montrer la disjonction potentielle entre la solitude, l’isolement et la vie seule. Jean-Louis Pan Ké Shon (INSEE) a mis en articulation ces différentes dimensions pour dresser un panorama des formes de solitude au sein de la société française, à partir de données statistiques récentes : il insiste sur l’impact primordial de la configuration familiale sur le sentiment de solitude – touchant en priorité les divorcés ou les veufs – et secondairement des difficultés sociales, tels que le handicap ou le chômage. Cette mise en perspective a été l’occasion d’interroger le cadre durkheimien d’analyse du lien et du changement social, puis de le confronter aux travaux de Norbert Elias sur la « solitude des mourants » (Norbert Elias, La solitude des mourants, Paris, Christian Bourgeois éditeur, 1998 [édition originale 1982]), pour aboutir à un questionnement sur la place de l’individu contemporain dans la dialectique du lien. La façon dont cette dialectique est reconfigurée par les nouveaux médias a été interrogée dans une séance de travail sur l’impact des nouvelles technologies sur la solitude, montrant combien les travaux sociologiques sur la question restent aujourd’hui très polarisés.

3En explorant des formes plus ciblées de solitude, la seconde partie du séminaire a permis d’inscrire l’analyse sociologique des solitudes dans un rapport au lien, à l’espace et au temps. C’est tout le sens de l’intervention d’Erika Flahault (Université du Maine) sur les différentes formes féminines d’expérience de la vie solitaire, qui a montré comment elles font jouer différentes relations au temps quotidien, au domicile et à l’autonomie. Ces dimensions étaient également présentes dans l’exploration sociologique du sentiment de solitude chez les personnes âgées, autour d’un échange scientifique entre Arnaud Campéon (EHESP) sur la solitude des personnes âgées vivant à domicile et Valentine Trépied, doctorante à l’EHESS, sur la solitude en maison de retraite. Ces enquêtes croisées ont permis de montrer comment la solitude se construit fondamentalement dans le lien, et qu’elle peut même être réactivée par lui. Elles ont mis en lumière les micro-stratégies quotidiennes de lutte contre la solitude, et le rôle de la structuration du temps et de l’ouverture de l’environnement sur cet apprentissage. L’analyse des solitudes adolescentes a laissé apparaître des formes de solitude potentiellement plus profondes mais plus réversibles. Ce temps du séminaire a initié un dialogue entre psychologie et sociologie, à la fois sur le phénomène des hikokomori – ces jeunes japonais enfermés chez leurs parents pendant plusieurs mois voire années – analysée par la sociologue Maïa Fansten (Université Paris Descartes), et la solitude des adolescents en France, profondément inscrite dans un mode d’attachement propre à cet âge de la vie, telles qu’analysées par le psychologue Sébastien Dupont. Enfin, la dernière séance a été l’occasion de mettre à l’épreuve ces approches incarnées et microsociologiques de la solitude, et d’éclairer les ambivalences de l’autonomie contemporaine par une enquête collective sur les différentes facettes de la solitude au fil de l’âge.

Publications

  • « Comment quitter ses parents en France ? Les chemins de l’indépendance », Réalités familiales, nos 98-99, 2012, p. 45-50.
  • « Le sort des jeunesses européennes. Des chemins contrastés », Revue du CREMIS, vol. 5, n° 1, 2012, p. 4-9.
  • « Séparations. La part des femmes », note critique de l’ouvrage de François de Singly, Séparée. Vivre l’expérience de la rupture (Armand Colin, 2011), La vie des idées, 7 mai 2012.
  • « Les jeunesses européennes face à la crise », Conseil d’analyse de la société – « Politique de la jeunesse », cas.gouv.fr, transcription, corrigée et complétée, d’une conférence donnée le 10 octobre 2011 au Conseil d’analyse de la société.
  • « La fabrique des solitudes », dans Refaire société, sous la dir. de Pierre Rosanvallon, Le Seuil, collection « La République des idées », 2011.
  • « Diventare adulti in Europa. L’impronta delle società nazionali sui percorsi di emancipazione giovanile », La Revista delle Politiche Sociali, « Giovani senza », n° 3, 2011.
  • « Indignés. Les raisons de la colère », Cités, nos 47-48, octobre 2011, p. 293-297.
  • Avec Vincent Caradec, « Être jeune, être vieux dans la société française contemporaine », dans La nouvelle société française, sous la dir. d’Olivier Galland et Yannick Lemel, Paris, Armand Colin, 2011, p. 43-68.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Cécile Van De Velde, « Sociologie comparée des âges et des générations », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 431-433.

Référence électronique

Cécile Van De Velde, « Sociologie comparée des âges et des générations », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21940

Haut de page

Auteur

Cécile Van De Velde

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org