Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Mobilisations du droit et engagements des juristes, XXe siècle

Liora Israël
p. 428-429

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Liora Israël, maîtresse de conférences

Petits et grands procès. Usages du droit et légitimité de la justice

1Le séminaire de cette année proposait de s’intéresser au procès, moment paradigmatique du fonctionnement du droit et de la justice, mais paradoxalement relativement absent des travaux de sciences sociales et en particulier de sociologie du droit.

2Notre réflexion s’est donc inscrite au croisement d’une analyse des représentations sociales de ce moment particulier du processus judiciaire, notamment dans la presse et plus généralement dans l’espace médiatique, et des travaux de sciences sociales centrés sur le procès comme scène et comme espace.

3L’un des axes privilégiés de la réflexion a porté sur l’échelle et l’évaluation des procès, en s’intéressant notamment à des procès spontanément identifiés comme « grands », tout à la fois dans les espaces publics et scientifiques. Qu’il s’agisse de leur impact médiatique, de la gravité des faits, de leur longueur ou de leur public, voire de leur importance historique ou juridique, un certain nombre de dimensions ont été explorées et travaillées au fil des séances en relation avec ce qui, par défaut, caractérisait d’autres procès qui ne sont pas en général qualifiés de « grands ». Cette réflexion s’est appuyée à sur un examen critique de différents travaux, de Judith Shklar aux débats contemporains sur la forme « affaire » (Boltanski, Claverie) en passant par un retour sur les approches empiriques des tribunaux tel que celle de Nicolas Herpin dans les années 1970. Nous avons également bénéficié de l’intervention d’une praticienne, Caroline Mecary, avocate au barreau de Paris, qui a permis d’aborder la question de la « fabrique » du procès du point de vue de l’avocat.

4Après la séance d’introduction, les deuxième et troisième séances ont été animées avec Lisa Vanhala (University College London), professeure invitée à l’ENS, et ont porté respectivement d’une part sur les usages du droit et du procès par les ONG, et d’autre part sur les questions de méthodes, en particulier s’agissant d’enquêtes comparées sur le droit et la justice. La quatrième séance a été consacrée à l’analyse d’observations empiriques de procès conduites avec les étudiants au Palais de Justice de Paris. Toujours dans cette lignée méthodologique, les ouvrages de Bruno Latour sur le Conseil d’État et de Dominique Schnapper sur le Conseil constitutionnel ont été discutés lors de la sixième séance, en insistant sur l’articulation entre conception du droit et dispositif d’enquête. Plusieurs chercheurs, lors de séances suivantes, ont présenté leurs travaux relatifs aux procès : Patrick Michel sur un type bien particulier, les procès en canonisation ; Guillaume Mouralis sur le « grand procès » par excellence, le procès de Nuremberg ; Élisabeth Claverie sur les procès de la Cour pénale internationale ; Déborah Puccio-Den sur les maxi-procès de la Mafia. Enfin, Tanina Rostain (Georgetown University) a abordé dans l’une des dernières séances le cas des avocats d’affaire et de leurs stratégies d’évitement des procès. Une séance consacrée aux relations entre justice et medias à l’occasion des procès, ainsi que les présentations des travaux de validation d’étudiants, souvent constitués d’enquêtes empiriques sur archives ou par observation, ont complété le programme de cette année. Celle-ci s’est donc avérée riche en perspectives nouvelles et stimulantes, à la fois en direction d’un renouvellement des approches empiriques de la sphère judiciaire, et pour approfondir cette réflexion originale sur les modalités spontanées, juridiques et scientifiques de catégorisation des types de procès.

Publications

  • « Le rôle du droit dans la formation des élites. Retour sur une thématique centrale des analyses critiques du droit », Clio@Themis, n° 5, 2012.
  • « Retour sur le procès Eichmann. Critique de la “banalité du mal” », La vie des idées. fr, 1er mars 2012.
  • Avec Émilie Biland, « À l’école du droit. Les apports de la méthode ethnographique à l’analyse de l’enseignement du droit », Les cahiers de droit, vol. 52, n°s 3-4, 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Liora Israël, « Mobilisations du droit et engagements des juristes, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 428-429.

Référence électronique

Liora Israël, « Mobilisations du droit et engagements des juristes, XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21937

Haut de page

Auteur

Liora Israël

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org