Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Sociologie et histoire des formes du politique en Amérique latine, XIXe-XXIe siècle

Gilles Bataillon
p. 419-420

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Gilles Bataillon, directeur d’études

Révolutions et contre-révolutions en Amérique centrale (1960-1996)

1Au regard de la plupart des médias internationaux comme de bon nombre de chercheurs en sciences sociales, la révolution nicaraguayenne du 19 juillet 1979 témoignerait d’une tentative de renouveau des idéaux révolutionnaires. Ses protagonistes, tant les guérilleros du Front sandiniste de libération national que leurs alliés au sein de l’Église ou de la bourgeoisie nicaraguayenne, auraient tenté de construire un modèle politique certes marqué par une double volonté d’égalisation des conditions et de promotion de la justice sociale, mais tout autant par le souhait de respecter le pluralisme politique et de mener une politique étrangère non alignée. La transformation durant les années 1980 du FSLN en un parti-État porteur d’un projet totalitaire et son alignement sur le bloc soviétique aurait tenu à l’hostilité résolue des États-Unis à une tentative politique originale susceptible de faire tache d’huile dans toute l’Amérique centrale et de mettre en cause sa domination sur l’isthme centroaméricain.

2On s’est interrogé sur la validité de cette thèse en examinant trois types de documents : 1) les discours des membres de la direction nationale du Front sandiniste dans les années 1979-1982, les textes de lois et d’autres documents officiels du FSLN (programmes et directives aux cadres politiques) ainsi que le quotidien du FSLN Barricada ; 2) les films documentaires sur les différents moments de l’actualité révolutionnaire produits par l’Institut nicaraguayen du cinéma et tout spécialement les films réalisés de 1979 à 1982 ; 3) les mémoires de différents responsables du FSLN (notamment Moises Hassan et Sergio Ramirez) comme celles de proches du Front ayant rompu avec le parti dans les années 1980.

3On a tout d’abord examiné comment s’était construite la prétention du FSLN à incarner au premier chef le renouveau politique nicaraguayen au lendemain de la dictature. Le Front s’est non seulement posé en seul héritier légitime de la geste de Augusto Cesar Sandino, figure par excellence de l’anti-impérialisme au Nicaragua, mais a mobilisé à son profit des schémas chrétiens de telle sorte qu’il puisse prétendre à une autorité morale et politique indiscutable du fait du sacrifice des jeunes guérilleros tombés lors de la lutte contre Somoza. On s’est tout particulièrement intéressé au rôle clé dans ce processus de certaines figures de proue de l’intelligentsia catholique. On a enfin souligné combien le contexte politique centraméricain où l’ordre et la violence forment un couple central, et où la mise en forme du social apparaît comme l’apanage du petit nombre, avait favorisé les prétentions du FSLN à s’instituer en acteur se pensant comme un indispensable pilier de l’ordre social.

4On a ensuite analysé la dynamique du processus révolutionnaire d’août 1979 à la fin 1981 en nous centrant plus particulièrement sur trois de ses moments clés : la remise en cause par le Front du programme politique originel du premier gouvernement révolutionnaire matérialisé par le « document des 72 h », les remaniements des organes du pouvoir révolutionnaires de décembre 1979 et d’avril 1980, la croisade d’alphabétisation (mars-août 1980), Apparaît non seulement un projet idéologique de refondation du social sous la direction d’un parti-État, inextricablement mêlé à celui-ci, mais-aussi l’apparition d’une nouvelle classe bureaucratique liée à ce parti et à ses organisations de masse. Ici encore si les prétentions totalitaires du FSLN ne font nul doute, on découvre comment les habitus politiques en vigueur depuis le XIXe siècle ont favorisé ses desseins. La politique est non seulement le fait du petit nombre, mais elle est aussi considérée comme une source d’enrichissement légitime. Nombre des membres des classes populaires et des classes moyennes voient dans la révolution l’opportunité d’acquérir un nouveau statut. Des membres des grandes familles en déshérence font de même. Pour la plupart, les membres des autres partis politiques partagent les mêmes points de vue sur la nature oligarchique de la politique et ses aspects prébendiers, mais ils ne saisissent ni le sens ni la radicalité du projet sandiniste. Aussi nont-ils ni su, ni pu, lui opposer des schèmes d’actions démocratiques. Parallèlement à ces réflexions sur l’expérience sandiniste, Marco Antonio Estrada Saavedra du Colegio de Mexico a présenté ses recherches sur le mouvement zapatiste dans le Chiapas (Mexique).

Publications

  • « Un maître d’école dans la révolution sandiniste », postface à Dionisio Melgara, Souvenirs d’un Indien des bords du fleuve, Paris, Vendemiaire, 2012, p. 271-301.
  • « Les enfants guérilleros du Nicaragua (1981-1987) », dans L’enfant soldat, XIXe-XXe siècle. Une lecture critique, sous la dir. de Manon Pignot, Paris, Armand Colin, collection « Le fait guerrier », 2012, p. 75-95.
  • « Ernesto Guevara, héroe revolucionario y apologista del poder del egocrata », dans Cruzadas seculares, sous la dir. de Marco Antonio Estrada Saavedra et Gilles Bataillon, Mexico, Colegio de Mexico, 2012, p. 161-193.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Gilles Bataillon, « Sociologie et histoire des formes du politique en Amérique latine, XIXe-XXIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 419-420.

Référence électronique

Gilles Bataillon, « Sociologie et histoire des formes du politique en Amérique latine, XIXe-XXIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21932

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org