Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Sociologie

Processus sociaux de construction de l’identité

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi
p. 416-418

Entrées d’index

Index thématique :

Sociologie
Haut de page

Texte intégral

Francine Muel-Dreyfus, directrice d’études (*)
Dominique Memmi, directrice de recherche au CNRS

1Poursuivant la réflexion engagée les années précédentes, nous avons consacré le séminaire à la présentation et à la discussion critique de recherches achevées ou en cours portant sur les constructions identitaires fondées sur, ou mobilisant, des processus de naturalisation et de biologisation du social. Les recherches qui ont nourri la réflexion collective ont permis d’approfondir l’analyse de la sociogenèse des représentations et des systèmes de classement, des relations entre classements savants et classements sociaux, des logiques de production des « mythes savants » – au sens de Pierre Bourdieu –, des médiations institutionnelles et politiques qui œuvrent à la légitimation de ces visions du monde social. Deux grands axes de recherche ont été privilégiés, la sociologie du genre et la sociologie de l’éducation.

2Chiara Quagliarello (doctorante à l’Université Paris 8/Vincennes-Saint-Denis/Université de Sienne) a présenté une recherche menée en Italie sur les représentations et les pratiques d’accouchement de femmes sénégalaises. L’enquête réalisée dans la région de Sienne et au Sénégal par entretiens et observations montre la complexité des relations qu’entretiennent ces patientes à l’hôpital public où plusieurs modèles de la « bonne » naissance coexistent. Loin de vivre une opposition « tradition/ modernité », ces femmes et leurs familles inventent un « bricolage créatif », l’hôpital acceptant des pratiques culturelles diversifiées autour de la naissance. Ces investissements variés, individuels et institutionnels, pouvant même aboutir parfois à des situations paradoxales, la demande d’une médicalisation de l’accouchement par ces patientes « décevant » les services hospitaliers qui défendent l’accouchement « naturel » et voient en elles des parturientes « idéales ».

3Odile Fillod (doctorante à l’EHESS) achève une thèse sur la naturalisation des différences psychiques entre hommes et femmes par les sciences biomédicales contemporaines, basée sur l’analyse de la production et de la diffusion des articles de neuroscience, de psychiatrie, de neurologie clinique et de psychologie concernant cette thématique, parus entre 1991 et 2007. À partir de cette recension, elle a étudié les processus de vulgarisation et les phénomènes de distorsion et de surinterprétation qui tendent à diffuser et à imposer la croyance en la preuve scientifique de ces différences, rendant invisibles les débats proprement scientifiques dont font l’objet les études mobilisées. Elle a développé l’exemple du mythe savant qui fonde l’existence de « l’instinct maternel » sur les mécanismes hormonaux et aboutit en bout de chaîne à une vaste production éditoriale semi-savante sur « les hormones de l’amour » permettant d’opposer « la Science » aux sciences sociales qui étudient historiquement et sociologiquement les constructions de la figure maternelle.

4Sara Garbagnoli (doctorante à l’EHESS) étudie la cartographie des controverses sur le mariage homosexuel dans l’espace public italien qui font apparaître les relations de concurrence et de collision entre l’Église et l’État dans un contexte historique de révolution symbolique qui voit, par exemple, entrer des homosexuels au Parlement en 2006. La construction de l’espace des propositions de lois et de leurs signataires (40 lois depuis 1986), les publications du Conseil pontifical de la famille, véritable traité de sexologie, les manifestations catholiques Piu familia réunissant un million de personnes, le Manifeste du Forum des associations familiales, constituent autant de terrains sur lesquels on peut étudier les luttes de classements, l’importance des catégories produites par les sciences sociales et la prégnance de l’idéologie d’un ordre naturel inscrit dans les corps.

5Delphine Naudier (chargée de recherche au CNRS) a présenté la lecture de l’œuvre de Colette Guillaumin La race, le sexe et les vertus de l’analogie qu’elle a publiée avec Éric Soriano (Cahiers du Genre, 48, 2010), Dès 1969, dans sa thèse dirigée par Roger Bastide, publiée en 1972 (L’idéologie raciste, Mouton), Colette Guillaumin a proposé une analyse pionnière de la naturalisation des phénomènes sociaux comme instrument de la domination du naturalisant sur le naturalisé, et de la compréhension du racisme comme relation sociale. Participant à la fondation de Questions féministes en 1977, elle y publie ses premières contributions majeures sur les rapports de sexe qui montrent, comme ses analyses du racisme, comment les constructions mentales, profanes et scientifiques, imposent une rhétorique de la différence.

6Deux séances ont été consacrées à la sociologie de l’éducation.

7Léonora Dugonjic (doctorante à l’EHESS/Université de Genève) achève une thèse sur le marché de l’éducation internationale centrée sur les écoles internationales de Genève et New York et l’Organisation du baccalauréat international (OBI), Elle a développé une analyse de la construction de l’« identité internationale » dans ces établissements d’élite à travers l’étude des programmes de lettres et d’histoire partagés par l’ensemble des établissements secondaires appartenant à l’OBI. La place des différents pays dans le programme comme les personnages qui y figurent, les périodisations retenues, tendent à proposer une histoire mondiale opposant pays démocratiques et pays « totalitaires », citoyen national et « citoyen du monde ».

8Wilfried Ligner (chargé de recherche au CNRS) a présenté son livre La petite noblesse de l’intelligence. Une sociologie des enfants surdoués (La Découverte, 2012), L’étude des conditions structurelles de l’invention de ce nouveau classement psychopédagogique dans les années 1970, puis de son intégration sous la désignation « enfants intellectuellement précoces » dans l’enseignement public en 2005, fait apparaître l’importance de l’action de familles et de militants entretenant un rapport de distance critique à l’École, favorisée dans les années 1990 par l’accent mis sur le médico-psychologique dans les politiques scolaires. Cette action privée et son développement comme cause publique offrent également des débouchés à la psychologie en charge de l’identification cognitive des enfants concernés. L’ensemble de ce processus contribue à revivifier l’idéologie du « don naturel » dans l’espace scolaire.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 416-418.

Référence électronique

Francine Muel-Dreyfus et Dominique Memmi, « Processus sociaux de construction de l’identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 30 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21930

Haut de page

Auteurs

Francine Muel-Dreyfus

Articles du même auteur

Dominique Memmi

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org