Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie du christianisme

Jean-Pierre Albert
p. 392-393

Texte intégral

Jean-Pierre Albert, directeur d’études

Le christianisme au pluriel. Innovations, divisions, syncrétismes

1L’objectif du séminaire était de réfléchir sur les facteurs qui, depuis les premiers temps du christianisme, ont conduit en son sein à des constructions institutionnelles et des doctrines différentes. Prise dans une perspective historique, la matière de l’étude est de toute évidence démesurée. Un préalable essentiel de l’enquête a donc été de construire un objet qui, tout en se nourrissant de données historiques, soit adapté à une étude socio-anthropologique. À cette fin ont été distingués (même si cela reste une approximation) des facteurs externes et des facteurs internes de différenciation. Les facteurs externes correspondent aux contingences historiques de la diffusion du christianisme, les facteurs internes à des contraintes liées en premier lieu à l’adaptation de l’offre des biens de salut à une demande plurielle et, en second lieu, aux modalités de constitution de l’autorité religieuse elle-même (dans ses discours comme dans ses actions).

2L’étude a donc reposé sur une hypothèse (déjà présentée dans des séminaires des années précédentes) concernant le « champ religieux chrétien », cette notion étant construite par référence à Max Weber (avec les distinctions entre prêtre, prophète et magicien) et Pierre Bourdieu (voir son article de 1971 dans la Revue française de sociologie « Genèse et structure du champ religieux »), Elle permet d’identifier des styles d’engagement, des fonctions et des rôles qui différencient de façon structurelle les manières dont s’ordonnent les représentations et les pratiques religieuses. Dans le cas chrétien, la double polarité prêtre/prophète (ce dernier, en l’occurrence, correspondant à la figure du saint porteur de charismes personnels) et magicien-sorcier/théologien réformateur connaît des expressions intégrées par les institutions en dépit de leur potentiel critique. Par exemple, un mouvement de type prophétique débouche souvent sur la création d’un nouvel ordre religieux. Mais à chacun des pôles est également possible une dissidence porteuse de renouveau ou de pluralisation institutionnelle : « hérésie » le plus souvent associée au pôle prophétique dès lors que les leaders s’autorisent des révélations inédites, schisme au pôle sacerdotal en référence aux obédiences et à leurs justifications légalistes, réforme conduisant à la naissance de nouvelles Eglises (comme dans le cas du XVIe siècle) du côté des théologiens férus d’érudition biblique et d’arguments métaphysiques. La situation la plus floue se situe du côté du sorcier-magicien, le plus souvent intégré de fait à la communauté ecclésiale sur le mode de la dévotion coutumière ou situé un peu plus à la marge à travers la dénonciation de pratiques – thérapeutiques, divinatoires – tenues pour superstitieuses. On peut aussi se demander si la construction démonologique du sorcier n’est pas l’invention d’un « autre » dissident en réalité absent du tableau.

3On avait d’abord envisagé d’accorder une place particulière à l’étude des formes extra-européennes d’expression du religieux chrétien aujourd’hui, en intégrant à l’étude des cas de syncrétisme ou de prise de distance plus ou moins accusées avec les dogmes a priori les plus centraux du christianisme. Ce thème a été abordé dans la dernière partie du séminaire à travers les exemples du vaudou haïtien et des prophétismes africains contemporains, l’étude permettant de mettre en question la possibilité de tracer une frontière nette entre le christianisme et ses « autres », l’altérité étant déjà présente tant dans le message que dans les pratiques qu’il promeut. En ce sens, ce dernier volet de l’étude a permis de relire l’histoire même de l’installation du/des christianisme(s) dès ses commencements : celle d’une religion en elle-même syncrétique précocement diversifiée, de surcroît, par le contact avec les attentes religieuses des populations évangélisées.

Publications

  • « Des mythes d’origine des cités en terre chrétienne ? Quelques remarques anthropologiques », dans Ab urbe condita... Fonder et refonder la ville : récits et représentations (second Moyen Âge-premier XVIe siècle), sous la dir. de Véronique Lamazou-Duplan, Pau, Presses universitaires de Pau et des pays de l’Adour, 2011, p. 17-26.
  • « Le cœur, en chair et en images », dans Morceaux exquis. Le corps dans les cultures populaires, sous la dir. de Gilles Boëtsch et Federica Tamarozzi, Paris, CNRS Éditions, 2011.
  • « Coprophagie mystique. Des immondices au corps du Christ », dans La souillure, sous la dir. de Danielle Bohler, Pessac, Presses universitaires de Bordeaux, collection « Eidôlon », 2011, p. 77-86.
  • « Une mythologie chrétienne des aromates », Arts sacrés, n° 15, janvier-février 2012, p. 46-53.
  • Avec Nicole Belayche, Corinne Bonnet et Philippe Borgeaud, « Conclusions », dans Les représentations des dieux des autres, sous la dir. de Corinne Bonnet, Amandine Decleroq et Iwo Slobodzianek, supplément à Mythos, Rivista di Storia delle Religioni, 2e semestre 2011.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 392-393.

Référence électronique

Jean-Pierre Albert, « Anthropologie du christianisme », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21909

Haut de page

Auteur

Jean-Pierre Albert

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org