Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe

François Pouillon
p. 372-374

Texte intégral

François Pouillon, directeur d’étude

Itinéraires d’Orient

1Dans le souci de croiser l’analyse de démarches savantes et de travaux d’art appliqués aux mondes de l’Islam méditerranéen, nous avons continué, suite à la publication de notre colloque Après l’orientalisme (Karthala, 2011), de convoquer des objets qui relèvent des différentes connotations du terme d’orientalisme. Connotation plastique d’abord, avec un retour inévitable sur le travail de Delacroix au Maroc dont Shaw Smith (Davidson College, NC) nous a donné une synthèse réfléchie, mettant en lumière ses dimensions doctrinales, celles d’une présentation pacifiée des rapports interethniques entre Juifs et Arabes. Roger Benjamin (Université de Sydney) a proposé un bilan d’étapes de l’enquête qu’il conduit sur le séjour en Tunisie de Wassily Kandinsky, où la recherche d’avant-garde et le travail de terrain font pour une fois bon ménage. À travers son expérience de la muséologie en pays arabes, Jean-Gabriel Leturcq (CHSIM) a proposé une synthèse sur les avatars de la constitution, au cours du XXe siècle, d’un objet culturel difficile à identifier, l’art « islamique ».

2L’orientalisme savant n’a pas été laissé à l’écart, avec un retour sur quelques figures majeures de ce domaine, dans leur relation aux contextes historiques de leurs productions et aussi, ce qui n’est pas la même chose, aux terrains de leurs enquêtes. Nous avons ainsi débattu avec Guy Barthèlemy (CHSIM) sur la période héroïque des premiers travaux sur le monde bédouin : Dom Raphaël, Fath-Allah Saghir, Jean-Louis Burckhardt. À propos du Maroc, Mustapha El Qaderi (Université de Rabat) a revisité le terrain des Béni Meskine, qui fut, en 1936, l’un des premiers lieux d’enquête rurale de Jacques Berque ; Ariel Planeix (IEDES, Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne) a remis en perspective la lecture que l’ethnologue colonial Auguste Mouliéras faisait de la « résistance à l’islamisation » d’un groupe de l’Atlas, et ce que les intéressés en disent aujourd’hui. Emmanuel Szurek (ENS, CETOBaC) a rendu compte de l’enquête de fond qu’il conduit dans les archives d’une véritable tribu de savants maghrébologues, les Basset. Léon Buskens (Université de Leyde) a donné une présentation approfondie de Snouck Hurgronje, l’un des premiers pèlerins occidentaux à visiter (et photographier) La Mecque, qui reste le plus grand orientaliste hollandais. C’est à un utile décalage exotique que l’on s’est finalement livré, en s’attachant à montrer la spécificité d’une école orientaliste espagnole, qui avait un rapport beaucoup plus intime avec l’islam : après une récapitulation critique par Mimoun Aziza (Université de Meknès), nous avons bénéficié des contributions sur ce thème de José Antonio Gonzalez Alcantud (Université de Grenade), à propos de l’héritage « andalous », partagé avec le Maroc, et de Sébastien Patacq (doctorant à l’EHESS) qui réfléchit aussi sur les « Banû Andalusi ».

3Élargissant la focale, nous avons continué à plaider pour une approche différente de la discipline orientaliste, analysée comme un processus d’ensemble, croisant en écho, entre le Sud et le Nord de la Méditerranée, une élaboration intellectuelle en même temps qu’une assignation identitaire. L’ouvrage que nous avions tiré du colloque « L’orientalisme et après », qui a bénéficié d’une édition marocaine (grâce à la Fondation Abd el-Aziz à Casablanca), et un nouveau recueil de contributions, centré cette fois sur le Maghreb, sorti à l’IRMC de Tunis, ont fait l’objet de plusieurs présentations : aux « Rendez-vous de l’histoire » de Blois et à l’IRMC de Tunis. Un bilan critique en a été dressé à l’occasion de la table-ronde « L’orientalisme à bâtons rompus », organisée à l’EHESS autour de Robert Irwin (Université de Londres).

4Le séminaire a été par ailleurs l’occasion de différentes formes de confrontation dont on rend compte par ailleurs, sur « Anthropologie et littérature » (avec Alban Bensa et Dominique Casajus) et sur « Archéologie et orientalisme » (avec François Lissarrague), L’essentiel de la démarche a néanmoins été résumé par François Georgeon (CNRS, CETOBaC) qui s’est demandé comment on pouvait « Rire dans l’empire ottoman ». C’est avec gravité cependant que nous avons cherché, à l’occasion de plusieurs brefs séjours, à suivre l’évolution d’une situation politique en Tunisie, pays où nous avions conduit nos premières enquêtes.

Publications

  • Avec Alban Bensa, Terrains d’écrivains. Littérature et ethnographie, Forcalquier, Anacharsis, 2012, 410 p.
  • « Monsieur de Lamartine au désert. Réécriture d’un récit de voyage », dans ibid., p. 157-186.
  • Dossier « Après l’orientalisme ? Médiations, appropriations, contestations », dans Maghreb et sciences sociales, Tunis, L’Harmattan/IRMC, 2012, p. 13-83.
  • « L’orientalisme, mort ou vif ? Une histoire française », dans ibid., p. 23-32.
  • Avec Guy Barthèlemy, « Quatre ans après ou le beau nom d’orientaliste... », préface à la réédition du Dictionnaire des orientalistes de langue française (3e éd. augmentée), Paris, IISMM/Karthala, 2012, p. 9-13.
  • « Abdelkader », « Auriant », « Boissonnet », avec Michel Levallois, « Daudet », avec Philippe Hamon, « Daumas », avec Alain Messaoudi, « Étienne », « Lawrence », avec Guy Barthèlemy, « Louÿs », « Marilhat », nouvelles entrées dans ibid, 2012.
  • « Le retour de l’orientalisme », La Revue, n° 19, 2012, p. 130-134.
  • « Du terrain aux archives et retour : divagations d’un anthropologue », dans Les Archives, la société et les sciences humaines, sous la dir. de Kmar Bendana et al., Tunis, CERES & Archives Nationales de Tunisie, 2012, p. 189-219.
  • « Du témoignage. À propos de quelques portraits d’Abd el-Kader en Oriental », Revue des Mondes Musulmans et de la Méditerranée (REMMM), n° 132, 2012, p. 199-228.
  • « Abd el-Kader, héros fondateur de la nation algérienne ? », dans Histoire de l’Algérie à la période coloniale, sous la dir. d’Abderrahmane Bouchène et al., Paris et Alger, La Découverte et Barzakh, 2012, p. 124-127.
  • « Étienne Nasreddine Dinet et la peinture orientaliste en Algérie », dans ibid., p. 293-296.
  • « Dumas, l’orientaliste », La Revue, n° 22, mai 2012, p. 126.
  • « Abstraction et révolution dans l’Algérie postcoloniale. Les écrits sur l’art de Mohammed Khadda », dans Les casbah ne s’assiègent pas. Hommage au peintre Mohammed Khadda (1930-1991), catalogue d’exposition, Shoeck/ musée de Belfort, 2012, p. 123-141.
  • « Marx, analyste de la révolution tunisienne ? », dans Maghreb et sciences sociales, op. cit, p. 297-303.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 372-374.

Référence électronique

François Pouillon, « Relations, représentations, confrontations : anthropologies du monde arabe », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 27 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21892

Haut de page

Auteur

François Pouillon

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org