Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne

Giorgio Blundo et Boris Pétric
p. 365-367

Texte intégral

Giorgio Blundo, maître de conférences

L’État vu d’en bas : perspectives d’anthropologie politique

1Étroitement lié à mes enquêtes de terrain sur l’État et la délivrance des services publics en Afrique, ce séminaire de recherche a pour enjeu principal de redonner un contenu empirique à une anthropologie de l’État qui, tout en se renouvelant, a délaissé l’ethnographie de l’ordinaire bureaucratique. Depuis le début des années 1990, on assiste à l’émergence de travaux qui revendiquent la pertinence du regard anthropologique dans la mise à nu des arcanes de l’État contemporain. Après avoir souligné certaines limites de ces études qui s’arrêtent aux marges de l’État – anémie ethnographique, tendance à la surinterprétation, obsession théorique pour la globalisation néolibérale –, j’ai abordé les éléments théoriques et méthodologiques d’une enquête au cœur de l’État, visant à restituer le fonctionnement quotidien des appareils étatiques, à cerner les fonctionnaires dans leur environnement spécifique.

2Le séminaire a ensuite abordé différentes thématiques, en adoptant une démarche interdisciplinaire croisant anthropologie et sociologie politique, sociologie des organisations, histoire de l’État et des administrations publiques. En prenant comme objet d’analyse un service administratif peu étudié en dépit de l’ancienneté de son implantation en Afrique de l’Ouest, les services forestiers, j’ai discuté de la spécificité d’une étude anthropologique en milieu administratif, qui demande une enquête multi-située et de longues négociations avec les interlocuteurs locaux. Ensuite, l’analyse des dynamiques de recrutement et d’avancement, des relations avec les usagers de l’administration, de la corruption érigée en mode de gouvernance du service ont permis de revisiter des notions classiques des sciences sociales, comme le clientélisme – dont on a montré qu’il n’est pas incompatible avec des processus de gestion de type légal-rationnel –, la redevabilité, la privatisation et le pluralisme institutionnel et normatif. L’étude de la gouvernance « concrète » de cette administration a montré que leurs pratiques professionnelles sont déterminées par un contexte de pluralisme normatif, mêlant normes sociales, normes pratiques apprises sur le tas et normes officielles, véhiculées par les politiques mondiales de « bonne gouvernance ».

3Pendant cette période, j’ai eu l’occasion d’exposer mes travaux sur l’anthropologie de l’État et de la corruption dans le cadre du séminaire des anthropologues de l’EHESS (mars 2012), d’un colloque organisé à l’Université d’Avignon (novembre 2011), des journées d’études autour de Georges Balandier au musée du quai Branly en février 2012 et dans un atelier de recherche promu par l’Organisation mondiale des douanes à Alger en mars 2012.

4Après avoir animé pendant trois ans avec Boris Pétric (CNRS-LAIOS) un séminaire groupé en M2 intitulé « Dispositifs transnationaux d’appui à la bonne gouvernance : nouveau lieu du politique », nous avons inauguré cette année un séminaire portant sur les Nouveaux lieux et objets du politique. Pensé comme un espace de présentation et de discussion de recherches récentes en anthropologie politique, le séminaire a accueilli des contributions dont le fil conducteur était les transformations de la gouvernance dans un contexte de transnationalisation des processus politiques : Éric Wittersheim (EHESS, IRIS) a discuté de l’importation de l’État dans sociétés mélanésiennes au Vanuatu ; Cédric Parizot (CNRS, IREMAM) a présenté ses travaux sur les pratiques quotidiennes de l’espace-temps dans le contexte du conflit israélo-palestinien ; Thomas Cantens (OMD et Centre Norbert-Elias), à travers le cas des administrations fiscales et douanières en Afrique, a esquissé les grandes lignes d’une anthropologie des réformes ; Christian Culas (CNRS, Centre Norbert-Elias) a abordé les relations complexes entre État vietnamien et programmes de développement ; Daniel Cefaï (EHESS, CEMS) a discuté des enjeux épistémologiques et méthodologiques d’une enquête sur le travail de rue auprès des personnes sans domicile ; enfin, Giorgio Blundo et Boris Pétric ont présenté les principaux résultats d’une étude qu’ils ont coordonnée sur les dispositifs d’appui à la bonne gouvernance et la transnationalisation du politique.

Publications

  • « Le roi n’est pas un parent. Les multiples redevabilités au sein de l’État postcolonial en Afrique », dans Faire des sciences sociales, Critiquer, sous la dir. de Pascale Haag et Cyril Lemieux, Paris, Éditions de l’EHESS, collection « Cas de figure » vol. 1, 2012, p. 59-86.
  • « Du plaidoyer à l’engagement. État, ONG et politiques de bonne gouvernance au Sénégal », dans La fabrique de la démocratie. Organisations internationales, ONG et fondations politiques en action, sous la dir. de Boris Pétric, Paris, Éditions de la FMSH, 2012, p. 24-45.
  • « Glocal integrity. Good governance brokers and the appropriation of transnational anti-corruption policies in Senegal », dans Democracy at Large. NGOs, Political Foundations, Think Tanks and International Organizations, sous la dir. de Boris Pétric, Basingstoke, Palgrave Macmillan, 2012, p. 25-48.
  • Avec Boris Pétric, « Promotion de la démocratie et transnationalisation du pouvoir. perspectives locales », dans La fabrique de la démocratie. Organisations internationales, ONG et fondations politiques en action, op. cit., p. 5-23.
  • « Good governance and democracy promotion : Empirical perspectives on transnational powers », dans Democracy at large. NGOs, political foundations, think tanks and international organizations, op. cit., p. 1-23.

Giorgio Blundo, maître de conférences
Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS

Nouveaux lieux et objets du politique

5Après avoir animé pendant trois ans avec Boris Pétric (CNRS-LAIOS) un séminaire groupé en M2 intitulé Dispositifs transnationaux d’appui à la bonne gouvernance : nouveau lieu du politique, nous avons inauguré cette année un nouveau séminaire. Pensé comme un espace de présentation et de discussion de recherches récentes en anthropologie politique, le séminaire a accueilli des contributions dont le fil conducteur était les transformations de la gouvernance dans un contexte de transnationalisation des processus politiques : Éric Wittersheim (EHESS, IRIS) a discuté de l’importation de l’État dans les sociétés mélanésiennes au Vanuatu ; Cédric Parizot (CNRS, IREMAM) a présenté ses travaux sur les pratiques quotidiennes de l’espace-temps dans le contexte du conflit israélo-palestinien ; Thomas Cantens (OMD et Centre Norbert-Elias), à travers le cas des administrations fiscales et douanières en Afrique, a esquissé les grandes lignes d’une anthropologie des réformes ; Christian Culas (CNRS, Centre Norbert-Elias) a abordé les relations complexes entre État vietnamien et programmes de développement ; Daniel Cefaï (EHESS, CEMS) a discuté des enjeux épistémologiques et méthodologiques d’une enquête sur le travail de rue auprès des personnes sans domicile ; enfin, Giorgio Blundo et Boris Pétric ont présenté les principaux résultats d’une étude qu’ils ont coordonnée sur les dispositifs d’appui à la bonne gouvernance et la transnationalisation du politique.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Giorgio Blundo et Boris Pétric, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 365-367.

Référence électronique

Giorgio Blundo et Boris Pétric, « Anthropologie politique de l’État local en Afrique subsaharienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21888

Haut de page

Auteurs

Giorgio Blundo

Articles du même auteur

Boris Pétric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org