Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des espaces politiques

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric
p. 361

Texte intégral

Jean-François Gossiaux, directeur d’études
Boris Pétric, chargé de recherche au CNRS

Espaces, pouvoirs et ressources

1L’ouverture du séminaire a été consacrée à une réflexion sur la notion de contemporain, en tant que paradigme du temps partagé, et sur les différents régimes de contemporanéité, c’est-à-dire sur les différents modes de partage du temps – la contemporanéité apparaissant ainsi comme un concept aidant à penser les rapports entre sociétés.

2Penser les rapports entre systèmes sociaux, c’est aussi penser les mutations nées de ces rapports. Dans un contexte de contacts généralisés (subsumés sous les notions de mondialisation ou de globalisation), un certain nombre d’espaces politiques ont ainsi été confrontés à de très importants changements depuis la fin des années 1980. Des pays en transition – post-socialiste, post-conflit, post-développement – ont réorganisé leur économie en abandonnant toute ambition productive. Les échanges économiques se caractérisent alors par des logiques de captation de ressources extérieures. Le Kirghizistan, ancienne république soviétique, illustre particulièrement ce nouveau type de configuration. Boris Pétric a présenté les résultats des recherches qu’il a menées dans ce pays et, à partir notamment de ce cas d’espèce, a proposé une réflexion plus générale sur les effets que peut avoir la globalisation des échanges sur certains espaces, sur la (re)construction de leur ordre interne, et éventuellement sur leur (re)définition.

3Le politico-religieux, l’idéologique, l’identitaire participent à (et de) ces redéfinitions. La façon dont les pasteurs bouriates d’un territoire autonome de Sibérie méridionale ont vécu la transition post-collectiviste a permis d’en analyser un exemple effectif. D’autres cas tirés de contextes totalement différents ont élargi la réflexion. Kyra Greco, doctorante, a en une séance exposé son travail sur un certain nombre de conflits miniers au Pérou, en insistant plus particulièrement sur la globalisation de la lutte et du litige, avec l’intervention d’institutions internationales et d’ONG. Thomas Pierre, postdoctorant, a réexaminé le triptyque culture-ethnie-nation à l’éclairage de la singularité basque, en pointant notamment les effets disqualifiants qu’a pu avoir l’ethnologisation du fait basque.

Publications

  • « Pourquoi changer d’ancêtres ? Le colonialisme français en échec (Corée, 1866) », L’Homme, n° 202, 2012, p. 141-166.
  • « Le contemporain : un paradigme du temps partagé », Mondes contemporains, n° 1, 2012, p. 57-72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 361.

Référence électronique

Jean-François Gossiaux et Boris Pétric, « Anthropologie des espaces politiques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21885

Haut de page

Auteurs

Jean-François Gossiaux

Articles du même auteur

Boris Pétric

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org