Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des techniques

Michel Tibon-Cornillot
p. 354-356

Texte intégral

Michel Tibon-Cornillot, maître de conférences (*)

En route vers la planète radieuse

1Les premières séances ont présenté le thème de la planète radieuse ainsi que ses implications symboliques, « la reconstruction et la transfiguration de la terre ». Ce thème se trouve déjà dans l’image sphérique de la planète Terre tournant autour du Soleil qui s’imposa dès l’origine des sciences modernes. Cette vision ne fut pas seulement l’incarnation de la raison spéculative moderne mais fut présentée en tant que plan de l’atelier et du laboratoire planétaire qui s’ouvraient devant les premières générations des bâtisseurs du monde moderne. Cette planète radieuse était aussi une planète-laboratoire.

2Icône et marque de fabrique des temps modernes, la planète Terre rassemblait et annonçait en une seule représentation le projet ultime, celui d’une planète reconstruite. Et ce travail de remodelage, commencé il y a cinq siècles, constitua et constitue encore le projet central des sociétés modernes vers lequel converge l’ensemble des performances scientifiques, techniques, industrielles et financières des sociétés industrielles.

3L’inauguration de ce projet « faustien » fut contemporain de la diffusion de cette image-princeps et se développa à partir de développements mathématiques très nouveaux fondés sur les progrès de la numération arabo-indienne en arithmétique et en algèbre. Ce nouveau statut des mathématiques est au cœur des spéculations théoriques des fondateurs des sciences modernes, Galilée, Marin Mersenne, Descartes, Pascal, Gassendi, et les a amenés à les considérer à la fois en tant que langage fondamental de la connaissance, mais surtout en tant que structure même du « réel ».

4Les séances suivantes ont explicité l’autre versant pratique de la rationalité moderne, celui de la raison militante. Les pères fondateurs n’en sont jamais restés à la description spéculative de la raison moderne. Galilée par exemple, qui fut l’un des plus actifs, fut assuré de posséder la clé mathématique du réel mais ne se contenta pas d’une reconstruction théorique du monde. Il lui fallait aussi rendre compte du monde sensible, le monde physique, rendre compte de la complexité de ses mouvements, de l’incroyable diversité de ses formes.

5Cet auteur fut le premier à introduire, dans un monde sensible et chaotique, une nouvelle lignée de phénomènes et d’êtres intelligibles, présentant les premières réalités transparentes aux intelligibilités mathématiques. Il inaugura une nouvelle histoire où se constitue et se développe un nouveau monde reconstruit à partir des débris de l’ancien. La formation de la raison scientifique comprend à la fois ce versant spéculatif déjà évoqué, la mise en place de nouvelles approches, l’importance accordée aux quantifications, et un versant pratique, celui que révèle l’expérimentation et à propos duquel se développent régulièrement de nombreux contresens. L’expérimentation n’est pas d’abord vérification mais institution, construction d’une nouvelle réalité.

6Il fut le premier qui tenta de substituer au monde de l’expérience sensible, un autre monde. Ce nouveau monde, en se développant, s’est complexifié, mais doit rester, en droit, perméable au travail de la raison. Galilée ouvre ainsi l’immense chantier des hommes d’Occident qui, des petits laboratoires soigneusement clôturés, passeront à d’autres espaces rationnels, ceux des usines par exemple, là où travail rationalisé et machines mécaniques réduiront et transformeront à grande échelle les matériaux naturels et diffuseront à l’échelle planétaire les objets techniques. Et cette circulation, en ronds concentriques toujours plus larges et plus serrés, formera à son tour une nouvelle nature reconstruite, artificielle, toujours plus rationnelle.

7Ce travail de remodelage, inauguré il y a cinq siècles, constitua et constitue encore le projet central des sociétés modernes et forme le cœur de leur histoire. Du reste, l’apparition de plus en plus fréquente de phénomènes à dimensions et vocations planétaires indique que la reconstruction de la planète selon les structures imaginaires des occidentaux modernes est en train de progresser et de s’incarner dans des pans de « réalité » de plus en plus fidèles au projet.

8Cette planétarisation des projets techniques et scientifiques qui déploient en arrière-plan une effervescence de type géo-ingénieurie révèle aussi la dimension stupéfiante du « progrès » des sciences, des techniques, de l’industrie et des finances, c’est-à-dire le nihilisme de cette histoire occidentale moderne en son entièreté scandé par les menaces grandissantes de bouleversements planétaires liés à l’efficacité des performances recherchée. Les changements d’échelle des applications de la techno-science, la reconnaissance de leurs impacts terrestres, peuvent être lus alors comme autant de traces d’un destin funeste. La reconstruction « réelle » du monde se confond peu à peu avec sa destruction et la planète radieuse s’effondre dans ses ordures et son obscénité. Nul n’ignore maintenant que les temps modernes font naufrage et chacun sait qu’il est embarqué dans un rafiot qui coule sous ses pieds.

Publications

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 354-356.

Référence électronique

Michel Tibon-Cornillot, « Anthropologie des techniques », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21879

Haut de page

Auteur

Michel Tibon-Cornillot

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org