Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Images du religieux en Afrique

Jean-Claude Penrad
p. 351-353

Texte intégral

Jean-Claude Penrad, maître de conférences

Anthropologie visuelle des pratiques rituelles

1Cette année, trois approches ont donné tout son sens à la dynamique du séminaire : un travail d’analyse critique sur mes tournages de terrain, les contributions des invités et la présentation des projets ou des réalisations visuels de certains étudiants ayant participé aux échanges.

2Ainsi deux de mes films, L’envol au sein du cercle et Souhait d’extase, réalisés à Zanzibar et traitant de cérémonies soufis, ont été déconstruits pour en faire émerger les limites imposées par l’écriture visuelle déployée pour toucher des publics différents, aux regards très contrastés. Mes travaux récents, non encore montés, sur la célébration chiite de ‘Achoura, à l’île de la Réunion, ont également été utilisés pour questionner la « matière brute », les rusches, dans la perspective d’une mise en récit de l’observation d’un rituel.

3Plusieurs invitations de collègues également intéressés par les questions soulevées par les images et par leur mise en récit ont permis d’élargir les débats. Joana Pereira Leite (professeure à l’Université de Lisbonne) est ainsi revenue sur son travail photographique réalisé en pays makwa, au Mozambique, et sur le film Retour à Nakala qu’elle a réalisé avec Brigitte Martinez. Valério Petrarca (professeur à l’Université de Naples Frederico II) a lui abordé les rites en tant que documents privilégiés pour l’élaboration d’une histoire anthropologique, en se référant notamment à l’expérience d’Ernesto de Martino, auteur de La terre du remords. C’est le travail de celui-ci qui a inspiré de film de Gianfranco Mingozzi, La Taranta, réalisé en 1961 dans les Pouilles, avec un commentaire de Salvatore Quasimodo. Nous avons présenté cette œuvre en appui de la même séance. Damien Mottier (docteur de l’EHESS-CEIFR), anthropologue et réalisateur de Prophète(s), un film qu’il avait adjoint à sa thèse de doctorat et sélectionné dans plusieurs festivals, est intervenu une nouvelle fois dans le séminaire pour aborder concrètement, film à l’appui, le thème de l’existence d’un observateur sur son terrain en milieu évangélique, caméra au point. Enfin, l’intervention de Sébastien Bariller et Charles Guerini, auteurs-réalisateurs de Donsoya, la confrérie du chasseur, nous a permis d’apprécier les points forts et les malentendus d’une collaboration entre un cinéaste et un anthropologue pour construire un récit visuel qui satisfasse à la fois le chercheur et le cinéaste avec en arrière-plan un public visé. Le sujet de leur film était la confrérie mandé des Donsow, en Afrique de l’Ouest.

4Deux séances ont été réservées pour la présentation critique des travaux de plusieurs étudiants. Nous avons notamment entendu Gabriela Chihuailaf à propos de la construction d’une maison de prières chez les guarani-mbya du Brésil, Yannick Bondol intéressé par un rituel de purification du corps et de l’esprit, Sonia Magliari dans sa tentative de considérer un « rituel intérieur » propre à un toxicomane et Eymen Sfaxi sur les enjeux de la mémoire de la ‘amara dans la confrérie ’Alawiyya contemporaine en Afrique du Nord et en Europe.

5Par ailleurs, il convient de signaler l’organisation à Paris d’une rencontre internationale, avec Sabrina Mervin (CNRS-CEIFR) et Agnès Devictor (Université Paris 1-Panthéon-Sorbonne), « Dégage ! On tourne ! Images cinématographiques » et « révolutions arabes » le 27 octobre 2011 et, avec Lisbet Holtedahl (professeure à l’Université de Tromsoe), d’un colloque franco-norvégien « Écritures visuelles des sciences sociales en miroirs », du 22 au 24 novembre 2011. Dans le cadre de la direction de l’audiovisuel de l’EHESS, dont j’ai la charge, plusieurs rencontres et manifestations centrées sur l’image cinématographique ont été coordonnées. Ainsi les « projections de l’IISMM » organisées avec Sabrina Mervin (CNRS-CEIFR), puis avec Cécile Boëx (postdoctorante EHESS-CEIFR), ont été poursuivies avec les présentations de Un Laurence d’Arabie russe. Karim Hakimov et les indépendances arabes de Radik Kudoyarov, de L’heure de la libération a sonné de Heiny Srour et de Sacrifices de Oussama Mohammad ; pour chacune de ces séances, les discutants étant respectivement Stéphane Dudoignon (CNRS), Franck Mermier (CNRS) et Cécile Boëx (EHESS), D’autres projections-débats ont associé la direction de l’audiovisuel de l’EHESS, aux éditions de l’EHESS, au Centre d’études sur la Chine moderne et contemporaine, au Centre d’études turques, ottomanes, balkaniques et centrasiatiques (CETOBaC), au Centre d’études africaines (CEAf), à l’Institut de l’islam et des sociétés du monde musulman (IISMM) et au séminaire « Éthique, finance et société ».

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 351-353.

Référence électronique

Jean-Claude Penrad, « Images du religieux en Afrique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 17 août 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21877

Haut de page

Auteur

Jean-Claude Penrad

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org