Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Données biologiques : imaginaire et identité

Mary Picone
p. 350-351

Texte intégral

Mary Picone, maîtresse de conférences

Formes et figures de la disparition (renoncements à l’identité, suicides, corps non identifiés et autres anonymes « invisibles »)

1La période d’octobre à décembre a été passée sur le terrain au Japon (Kyoto et Osaka/Kamagasaki), J’ai recueilli des données sur l’action concrète de plusieurs organisations religieuses (bouddhistes, chrétiennes et Nouveaux mouvements religieux) face à l’augmentation récente de la pauvreté, ainsi que leurs interprétations des causes de ce phénomène. Les entretiens réalisés ont concerné également les explications religieuses du désastre de Fukushima.

2Mon séminaire « Formes et figures de la disparition » concernait d’abord une prise en compte d’une catégorie peu étudiée par les anthropologues : les disparus. À mon sens ils forment un groupe hétérogène comprenant tant ceux qui changent volontairement d’identité que les cadavres perdus ou non identifiés ou encore des personnes imaginaires créées ou effacées par des erreurs statistiques. De nombreux migrants et SDF peuvent être également considérés comme disparus, notamment ceux qui habitent des espaces incertainsé ou non répertoriés. La seconde partie du séminaire a été dédiée à ces lieux et à leurs habitants tels que les mole people de New York ou ceux qui se réfugient dans les sous-sols de La Défense. Nous avons examiné en outre des espaces désertés tels des îles japonaises (intervention de Julien Morello), Enfin nous avons effectué un rapprochement avec le séminaire de Xavier Papaïs (ENS/EHESS) autour des représentations des ruines modernes. Cette thématique a été explorée au cours d’une journée d’études sous le titre « Ruines : translations, scories, disparitions » (avec les interventions des deux enseignants ainsi que celles de Nadia Barrientos et de Diane Scott).

3Mes activités de cette année incluent l’organisation d’une session du 4e congrès du Réseau Asie et Pacifique « Morts invisibles et cadavres cachés au Japon et à Taiwan » (septembre 2011, participants Élisabeth Kenney, Mark Hollstein et Douglas Gildow) ainsi que d’une journée d’études à l’EHESS intitulée « Les insectes imaginaires au Japon et en Chine », (janvier 2012, participants Vincent Durand-Dastès, Élisabeth Kenney et Matthias Hayek), J’ai présenté une communication au congrès de l’Association for Asian studies (Toronto, mars 2012) « How Japanese religious organisations have responded to the rise of poverty ».

Publications

  • « Oubliés de leur vivant, invisibles après leur mort : les cadavres des SDF et la muen shakai », consultable en ligne www.reseau-asie.com/colloque/organisation-sociale-rituels/.
  • « Suicide and the afterlife : Popular religion and the standardisation of “Culture” in Japan », Culture, Medicine and Psychiatry, vol. 36, n° 2, 2012, p. 391-408.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 350-351.

Référence électronique

Mary Picone, « Données biologiques : imaginaire et identité », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 19 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21876

Haut de page

Auteur

Mary Picone

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org