Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie politique et morale

Didier Fassin, Richard Rechtman et Jean-Sébastien Eideliman
p. 346-348

Texte intégral

Didier Fassin, Richard Rechtman, directeurs d’études
Jean-Sébastien Eideliman, maître de conférences à l’Université Lille-III/Charles-de-Gaulle

Économies morales contemporaines

1Le séminaire a été consacré à un bilan des travaux produits dans le cadre du programme de recherche « Towards a critical moral anthropology », soutenu par l’European Research Council (ERC) et animé pour la troisième année par Didier Fassin qui, lors de la première séance, a discuté les apports et limites du concept d’économie morale. Nous nous sommes attachés cette année à le faire fonctionner pour analyser les transformations de l’État à travers la manière dont les institutions gèrent les populations vulnérables que sont les étrangers et les jeunes des quartiers populaires.

2Nous avons ainsi fait travailler la notion d’économie morale autour de trois opérations liées les unes aux autres, mais permettant d’aborder plusieurs missions centrales de l’État social et pénal. Premièrement, nous nous sommes intéressés aux pratiques de jugement touchant des populations en situation de précarité (sociale ou juridique), comme les étrangers en instance d’éloignement du territoire (Nicolas Fischer), les demandeurs d’asile faisant appel d’un premier jugement auprès de la Cour nationale du droit d’asile (Carolina Kobelinsky) et les personnes passant en comparution immédiate (Chowra Makaremi), Ces différentes interventions, et les discussions qui s’en sont suivies, ont notamment mis l’accent sur les supports sociaux de la crédibilité et les liens complexes entre les trajectoires professionnelles des membres de ces juridictions et leurs prises de position sur les situations qu’ils ont à évaluer. L’intervention de Tobias Kelly, maître de conférences à l’Université d’Édimbourg, sur les demandeurs d’asile en Grande-Bretagne a mis en perspective ces résultats montrant que les économies morales sont en partie transnationales et spécifiques à un contexte historique, politique et social donné. Deuxièmement, nous avons abordé les pratiques d’encadrement et de répression, en prison (Yasmine Bouagga et Fabrice Fernandez) et dans les quartiers difficiles (Didier Fassin), Si ces réflexions ont mis l’accent sur le versant punitif de l’action de l’État, elles n’ont pas négligé pour autant les ambivalences de cette action, qui se mêle toujours à des impératifs éthiques de traitement des populations concernées. L’étude des conseillers pénitentiaires d’insertion et de probation (Yasmine Bouagga) est à cet égard paradigmatique, même si le contrôle tend à prendre de plus en plus le pas sur la réinsertion dans leur activité. Troisièmement, nous avons traité des pratiques de soin et de réhabilitation de la jeunesse déviante, saisies à travers les activités d’une maison des adolescents (Isabelle Coutant et Jean-Sébastien Eideliman), de la Protection judiciaire de la jeunesse (Sébastien Roux) et des missions locales (Sarah Mazouz), Comme pour les pratiques d’encadrement et de répression, ces analyses ont mis en lumière les diverses modalités selon lesquelles ces institutions mêlent contrôle social et rôle émancipateur. Elles ont aussi souligné la façon dont des économies morales générales pèsent sur les pratiques professionnelles, à travers la valorisation de la responsabilisation des usagers.

3Ces différentes thématiques ont été reprises dans le cadre d’un colloque international, intitulé « Au cœur de l’État. Comment les institutions traitent leurs publics », qui s’est tenu à l’EHESS. Outre les membres du programme européen, y ont participé Fabienne Brion, de l’Université catholique de Bruxelles, Anthony Good, de l’Université d’Édimbourg, José Luis Moreno, de l’Université de Cadiz, Manuela Ivone Cunha, de l’Université de Minho, Marc-Henry Soulet, de l’Université de Fribourg, Benoît Dupont, de l’Université de Montréal, Bernard Harcourt, de l’Université de Chicago et Steven Lukes, de l’Université de New York. Cette confrontation de perspectives théoriques et de réalités nationales s’est avérée particulièrement heuristique.

4En marge du séminaire et du colloque, Didier Fassin a coordonné le programme annuel de l’École de sciences sociales de l’Institute for Advanced Study de Princeton, sur le thème « Morals and moralities ». Par ailleurs, il a donné une série de conférences sur le traumatisme dans les Universités de Rutgers et Pontificia de Sâo Paulo, sur la condition des réfugiés à l’Université de Hong Kong et au Centro Cultural Banco do Brasil, et sur les politiques de l’humanitaire dans les universités de Fordham, Chicago et Peking. Enfin, il a prononcé la Roger Allan Moore Lecture à l’Université de Harvard sur le ressentiment, la Walter Goldschmidt Lecture à l’Université de Californie à Los Angeles sur l’ethnographie et la démocratie, enfin la Distinguished Lecture de la Société états-unienne d’anthropologie politique et légale sur les marges de la justice.

Publications

Didier Fassin

  • Avec Jean-Sébastien Eideliman, Économies morales contemporaines, Paris, La Découverte, Bibliothèque de l’IRIS, 2012.
  • Moral Anthropology, Malden, Wiley-Blackwell, Companion series, 2012.
  • « The politics of conspiracy theories. On AIDS in Atrica and a few other global plots », The Brown Journal of World Affairs, 17 (2), 2011, p. 39-50.
  • « The trace. Violence, truth and the politics of the body », Social Research, n° spécial, The Body and the State, 2011, 78 (2), p. 281-298.
  • « Qu’il ne suffit pas d’être politiquement incorrect pour être scientifiquement fondé », Revue française de sociologie, 2011, 52 (4), p. 777-786.
  • « L’exception ou la règle ? De l’ethnographie de la police à l’anthropologie de l’État », La vie des idées, novembre 2011.
  • « Misère de la critique », Champ pénal, IX Varia, 2012, disponible en ligne : http://champpenal.revues.org.
  • « Des politiques de la vie à l’éthique de la survie. La pensée tragique à l’épreuve du sida », dans De la vie biologique à la vie sociale, sous la dir. de Joëlle Vailly, Janina Kehr et Jorg Niewöhner, Paris, La Découverte, 2011, p. 29-50.
  • « La médecine entre culture et culturalisme », dans Aux origines de la médecine, sous la dir. de Didier Sicard et Georges Vigarello, Paris, Fayard, 2011, p. 324-337.
  • « Ethnopsychiatry and the postcolonial encounter. A French psychopolitics of otherness », dans Unconscious Dominions. Psychoanatysis, Colonial Trauma, and Global Sovereignties, sous la dir. de Warwick Anderson, Richard Keller et Deborah Jenson, Durham, Duke University Press, 2011, p. 223-245.
  • « L’obsession des frontières », préface de Les nouvelles frontières de la société française, sous la dir. de Didier Fassin, Paris, La Découverte, 2012, 2e édition, p. 1-7.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Didier Fassin, Richard Rechtman et Jean-Sébastien Eideliman, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 346-348.

Référence électronique

Didier Fassin, Richard Rechtman et Jean-Sébastien Eideliman, « Anthropologie politique et morale », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21874

Haut de page

Auteurs

Didier Fassin

Articles du même auteur

Richard Rechtman

Articles du même auteur

Jean-Sébastien Eideliman

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org