Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

Anthropologie des régulations économiques : formes, pratiques et théories

Valeria Siniscalchi et Birgit Müller
p. 346

Texte intégral

Valeria Siniscalchi, maître de conférences
Birgit Müller, chargée de recherche au CNRS

1Ce qu’on appelle la « globalisation néolibérale » s’accompagne d’une extension et de l’élaboration de nouveaux mécanismes de régulation. Cette deuxième année, nous avons poursuivi la réflexion sur la définition et la mise en œuvre de ces mécanismes en explorant le champ des régulations économiques dans leur diversité et dans leur mise en pratique. Le séminaire s’est déroulé sous la forme de deux journées, une à Marseille et une à Paris, hébergées dans les séminaires respectifs de Valeria Siniscalchi et de Birgit Müller. Lors de la première journée, les études de cas ont porté sur les certifications des productions biologiques, les indications géographiques et les labellisations de qualité comme formes de régulation, avec les interventions de Marie-France Garcia (INRA, CSE), Cristina Papa (Université de Perugia, enseignant invité à l’EHESS), Valérie Boisvert (IRD, GRED) et Valeria Siniscalchi. Les cas analysés nous ont permis de réfléchir aux relations entre les logiques de marché et la redéfinition des systèmes normatifs ainsi qu’aux rôles des différents acteurs et institutions et d’explorer les formes de régulation « intermédiaire » promues ou mises en places par des acteurs non institutionnels. La deuxième journée a abordé les rapports entre régulations gouvernementales et formes d’autorégulation dans les marchés de produits agricoles en gros (le blé, le coton, le lait), avec les interventions de Steven Kaplan (Cornell University), Jan Doewe van der Ploeg (Wageningen University, invité du LAIOS), Marie Phliponeau (ERASME) et Birgit Müller. Les analyses ont porté sur les enjeux politiques et la place des agriculteurs et sur les mécanismes par lesquels ces derniers producteurs agricoles cherchent la complicité de l’État pour créer et maintenir des structures collectives de commercialisation, pour assurer la qualité de leurs produits et se protéger contre la fraude et les abus des grandes entreprises agricoles.

2La confrontation de l’ensemble de ces terrains nous a permis d’aborder les tensions et les conflits de valeurs et d’intérêts entre les producteurs, l’État, les entreprises de l’agroalimentaire et des institutions intermédiaires quand de nouvelles régulations sont négociées, mises en place ou remises en question.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Valeria Siniscalchi et Birgit Müller, « Anthropologie des régulations économiques : formes, pratiques et théories », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 346.

Référence électronique

Valeria Siniscalchi et Birgit Müller, « Anthropologie des régulations économiques : formes, pratiques et théories », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21873

Haut de page

Auteurs

Valeria Siniscalchi

Articles du même auteur

Birgit Müller

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org