Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie sociale, ethnographie et ethnologie

La parenté politique

Enric Porqueres i Gené et Alejandro Bilbao
p. 340-342

Texte intégral

Enric Porqueres i Gené, directeur d’études

Parenté et contemporanéité

1Depuis une quarantaine d’années, l’analyse de la parenté se décentre par rapport à la grille généalogique traditionnellement privilégiée dans ce champ d’études. Dans le cadre du séminaire, nous avons exploré la place du politique et du cosmologique dans les études contemporaines sur la parenté. Ceci a permis d’aborder des contextes ethnologiques divers. D’une part, nous avons travaillé sur la plasticité de l’ego parental, des transformations dans le propre corps de celui-ci et l’incidence de cette plasticité sur le réseau de parenté. En l’espèce, nous avons donné un contenu précis à ces considérations à travers les groupes tupi étudiés par Susana de Viegas Matos, invitée de l’EHESS. De la main de Saskia Walentowitz c’est l’ontologie qui sous-tend la parenté touareg qui a centré notre réflexion, ce qui a suscité des débats vifs sur le besoin de séparer avec netteté les catégories de parenté, filiation et consanguinité, trop souvent utilisées comme synonymes dans les textes. D’autre part, nous avons abordé les contextes de la parenté au sein des sociétés technologico-scientifiques contemporaines. Le statut de l’embryon congelé et la gestion de cette entité par les pouvoirs publics, les familles homosexuelles et les défis qu’elles sont à même de lancer – par leurs demandes de reconnaissance et par les réalités sociologiques innovantes sur la configuration familiale qui sont les leurs – ont centré notre intérêt tout comme les enjeux de l’avortement ou les familles recomposées. Justement autour de cette dernière question, nous avons accueilli la chercheuse argentine Sonia Kleiman, qui fait partie d’un programme PREFALC sur la parenté contemporaine auquel participe également le responsable du séminaire. Les thèmes abordés dans le séminaire ont fait l’objet, à l’Université du Pays basque, de cours de doctorat et d’une conférence sur l’importance de la notion de personne dans les études actuelles sur la parenté.

Enric Porqueres i Gené, directeur d’études
Alejandro Bilbao, professeur à l’Université de Valparaiso, Chili

Ethno-embryologies et individuation

2Poursuivant les travaux réalisés l’année précédente sur les ethno-embryologies de l’Afrique de l’Ouest, nous avons traité d’autres cas pour approfondir la mise en rapport entre ontogenèse et phylogenèse qui guide en grande partie nos réflexions. En ce sens, nous avons commencé par l’exploration d’un contexte proche des cas analysés l’année 2010-2011, celui des Touaregs d’Azawagh. Saskia Walentowitz nous a présenté ses matériaux sur l’évolution embryonnaire et a suscité tout un ensemble de questions sur les rapports entre les discours mythiques sur les origines des humains et ceux portant sur le développement embryonnaire. Par la suite, nous avons considéré le contexte mélanésien de la main d’un exposé de Stéphane Breton, dans lequel est apparu le thème important des discontinuités ontologiques propres à la vie in utero telle qu’elle est traitée dans différentes cultures de cette aire. Un exposé de Marika Moisseeff sur l’embryologie aranda a permis par ailleurs de mettre en relief l’importance des parallélismes entre les rites de passage et les phases d’humanisation de l’embryon. Voilà un thème qui apparaissait également avec clarté dans les ethnographies de l’Afrique de l’Ouest et qui, sans aucun doute, doit retenir notre attention dorénavant. Un travail sur des textes ayurvédiques, présentés par Noémie Merleau-Ponty, et la considération de la pensée aristotélicienne sur la question embryologique et sur l’animation ont clos nos travaux. Les discontinuités ontologiques jalonnant l’humanisation progressive de l’embryon marquent également l’émergence de l’individu. C’est surtout ce thème-là que nous entendons traiter dans les travaux de l’année prochaine. Ceci tout en essayant de comprendre qu’elle est la place de l’individuation dans les rites de passage qui font renaître les individus. Trop souvent décrits comme étant de simples mécanismes de création du collectif, ces rites permettent de mettre en évidence un groupe de correspondances, en rapport avec la création d’individus responsables, inexplorées jusqu’à présent.

Publications

  • Avec Pierre Bonte et Jérôme Wilgaux, L’argument de la filiation : aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes, Paris, Éditions de la Maison des sciences de l’homme, 2011.
  • « Parenté et théologie : la parentèle chrétienne », dans L’argument de la filiation : aux fondements des sociétés européennes et méditerranéennes, op. cit., p. 349-368.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Enric Porqueres i Gené et Alejandro Bilbao, « La parenté politique », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 340-342.

Référence électronique

Enric Porqueres i Gené et Alejandro Bilbao, « La parenté politique », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 25 avril 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21868

Haut de page

Auteurs

Enric Porqueres i Gené

Articles du même auteur

Alejandro Bilbao

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org