Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles

Jocelyne Dakhlia
p. 320-321

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Jocelyne Dakhlia, directrice d’études

Harems et despotisme

1Deux thématiques ont été approfondies au cours du séminaire 2011-2012. La première est la question du recrutement servile au sein des harems sultaniens, en comparant le cas du Harem marocain à celui du Harem ottoman (recrutement « mixte » dans le premier cas, à la fois local, et externe, et plus strictement servile dans le second cas, pour lequel on a exploité une bibliographie déjà abondante), L’enquête, pour le cas marocain, a concerné aussi bien les femmes (concubines et servantes) que les eunuques. Paradoxalement, ce sont souvent les écrits abolitionnistes européens du XIXe siècle qui procurent les informations les plus nourries sur les circuits marchands relatifs, notamment, aux esclaves noirs mais aussi aux « Circassiennes ».

2C’est donc dans la période où l’esclavage devient plus rare et plus restreint à la cour ou aux grandes familles qu’il acquiert le plus de visibilité et figure, de ce fait, un élément constitutif d’un modèle du despotisme. Une perspective historique plus ample permettrait de mieux détacher le phénomène servile de la question de l’appareil d’État et de lui redonner une inscription sociale plus large et, en un sens, plus banale.

3Le second thème mis en travail dans le séminaire a été la question du rapport entre médecins européens et Harem. Dans les dernières années du XVIIIe siècle, en effet, un médecin britannique, William Lempriere, prétend offrir la première description de l’intérieur du Sérail marocain et cette assertion est communément validée en Europe, l’ouvrage connaissant un succès éditorial remarquable (publié en tant que tel ou diffusé par des extraits repris dans les revues savantes).

4Le travail effectué en séminaire a permis de déconstruire cette fiction de la première découverte du Harem par un Européen. D’une part la description de Lempriere a été confrontée à d’autres témoignages contemporains, et notamment à une réfutation contemporaine de ses mémoires par un Espagnol au service de la cour marocaine. D’autre part, on s’est posé plus largement la question de la pénétration des médecins européens dans les Harems, en recourant à nouveau à une comparaison avec les études disponibles pour le cas ottoman. Comment, en effet, le caractère quasi institutionnel d’une présence de médecins européens dans les cours islamiques, depuis le Moyen Âge, peut-il déboucher sur le motif narratif d’une « première découverte » du Harem par un médecin à une date aussi tardive que la fin du XVIIIe siècle ? On s’est interrogé sur les autres mutations que ce motif pouvait recouvrir : mutation du rapport à la médecine occidentale et du statut du médecin, et, bien sûr, évolution du rapport aux Européens.

5Un dernier axe de réflexion prévu pour ce séminaire, autour des mémoires des femmes du Harem, a été moins exploré que prévu, en raison des développements des deux thématiques précédentes. Les mémoires d’Emily Ruete, cependant, ont été largement exploités à propos de la question de l’esclavage. Ce thème sera repris dans le cadre du séminaire de l’année 2012-2013.

Publications

  • « Une bibliothèque en filigrane ? Éléments de réflexion sur la circulation écrite des langues européennes au Maghreb (XVIe-XVIIIe siècle) », dans De los manuscritos medievales a Internet : la presencia del árabe vernáculo en las fuentes escritas, sous la dir. de Mohamed Meouak, Pablo Sanchez et Angeles Vicente, Saragosse, Université de Saragosse, 2012, p. 153-176.
  • « L’Impensable métis en Méditerranée », dans Construire la Méditerranée, penser les transferts culturels. Approches historiographiques et perspectives de recherche, sous la dir. de Rania Abdellatif, Yassir Benhima, Daniel König, et Élisabeth Ruchaud, Munich, Oldenbourg Verlag, 2012, p. 45-57.
  • « L’histoire en conflits. Compromis méditerranéens de l’époque moderne (XVIe-XVIIIe siècle) », dans Les figures du compromis dans les sociétés islamiques, sous la dir. de Mohamed Nachi, Paris, Karthala, 2012, p. 99-111.
  • « Hebenstreit et l’Europe de la limite », dans Savoirs d’Allemagne en Afrique du Nord, XVIIIe-XXe siècle, sous la dir. d’Ahcène Abdelfettah, Alain Messaoudi et Daniel Nordman, Paris, Bouchène, 2012, p. 55-72.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 320-321.

Référence électronique

Jocelyne Dakhlia, « Modèles politiques dans l’Islam méditerranéen, frontières culturelles », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 septembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21849

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org