Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire

Catherine Clémentin-Ojha
p. 317-318

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Catherine Clémentin-Ojha, directrice d’études

Ascètes socialement engagés et laïcs détachés du monde : les conduites religieuses hybrides dans l’hindouisme moderne et contemporain

1Dans son célèbre essai sur le renoncement dans les religions de l’Inde (1959), l’anthropologue Louis Dumont, s’appuyant sur Max Weber, avait caractérisé l’hindouisme comme « dialogue entre le maître de maison et le renonçant » et analysé la relation mutuelle de complémentarité entre ces deux idéaux-types de la société hindoue. Il nous a paru intéressant pour notre part d’examiner les conduites religieuses qui relativisent la frontière entre ces deux idéaux-types (laïc semi-religieux, ascète-guerrier, renonçant engagé en politique), Sans renoncer à l’idée de complémentarité, nous avons mis en avant celle d’hybridité.

2Certes Dumont n’invente pas la polarité dont il traite. Il part de la théorie sociale brahmanique exposée dans la littérature normative. Il y a bien selon celle-ci deux modèles de conduite non conciliables entre eux : celui de « maître de maison », marié, père de famille, économiquement et rituellement actif d’une part, celui de « renonçant » observant la chasteté et coupé du monde d’autre part. À chacun d’eux correspondent des statuts juridiques et des droits distincts, dont on trouve encore la trace dans le droit personnel des hindous aujourd’hui. Il n’en demeure pas moins que la frontière entre « l’activité » (pravritti) et « l’inactivité » (nivritti) n’est pas toujours nettement marquée. On trouve ainsi des états hybrides (l’étudiant brahmanique, l’homme de la « retraite forestière ») dans la théorie des stades de vie (âshrama), Mais c’est surtout dans la Bhagavad-gitâ que se dessine une troisième voie permettant d’échapper à la bipartition de principe. Elle est associée à une théologie théiste selon laquelle Dieu (Krishna) – le modèle de toute activité – agit pour la préservation de l’univers dans son ordre (loka-samgraha), Par amour pour lui, l’homme avisé fait ce qu’il doit faire (il agit selon le dharma) de manière détachée (nishkâma karman) en transformant ses actes en offrande. Dès lors, la quête de la perfection spirituelle ne détourne plus du monde.

3Si on quitte le domaine de l’idéologie pour s’intéresser à des conduites effectives, on observe là aussi des individus dont le mode de vie sort de la polarité « maître de maison »/« renonçant », tout en supposant celle-ci. Ils introduisent dans le monde les valeurs du détachement et du non-agir (les laïcs initiés des sectes théistes, par exemple) et dans la voie du renoncement les valeurs de l’action (les ordres militaires, par exemple), Ce sont ces formes hybrides, mal déterminées sur le plan juridique (un supérieur de monastère marié transmet-il ses biens à son fils ou à son disciple ?) quoique historiquement attestées, que nous avons tenté de caractériser dans la deuxième partie du séminaire en partant de documents juridiques et administratifs relatifs au XIXe et XXe siècles. Pour finir, nous avons suivi la carrière d’individus qui ont vécu selon l’idéal de la Bhagavad-gitâ tel que reformulé dans le cadre colonial britannique. Les cas de Bal Gangadhar Tilak (1856-1920) et d’Arvind Ghose (1872-1950) ont plus particulièrement retenu notre attention. Le premier a donné de la Bhagavad-gîtâ une lecture nouvelle qui associait le détachement le plus profond avec l’activisme politique le plus engagé ; le second s’est efforcé d’incarner ce message, y compris en ayant recours à la violence (1905-1910), L’action que ces deux leaders nationalistes prônaient se voulait le miroir de l’enseignement de la Bhagavad-gîtâ : elle n’était pas accomplie au bénéfice du seul acteur, mais – cas notable de réinterprétation de la notion de loka-samgraha évoquée plus haut-au service du « monde », c’est-à-dire de la nation indienne toute entière.

4Tout au long de l’année, plusieurs collègues nous ont aidés à mettre en perspective ces tentatives de résolution de la tension entre « maître de maison » et « renonçant », soit en apportant d’autres exemples hindous (les yogî mariés de la secte des Nâtha, par exemple), soit à l’aide de cas comparables pris dans le bouddhisme (moine/laïc) et le christianisme (clerc/laïc), Cela nous a permis d’observer différents processus de dépolarisation du couple idéal-typique ou de brouillage de la frontière entre les deux états. Nous avons aussi constaté que la notion d’hybridité posait quelques problèmes parce qu’elle néglige les processus de singularisation en dehors des normes préétablies et ne rend pas compte de toutes les dynamiques à l’œuvre.

5Ont été invités à participer au séminaire : Céline Béraud (Université de Caen), Véronique Bouillier (CNRS), Bénédicte Brac de la Perrière (CNRS), Anthony Cerulli (Hobart and William Smith Colleges, New York ; directeur d’études invité à l’EHESS), Guillaume Rozenberg (Université de Toulouse), Brigitte Steinmann (Université de Lille), Maya Warrier (Lampeter, Royaume-Uni ; directrice d’études invitée à l’EHESS).

Publications

  • « Female ascetics », dans Brill’s Encyclopedia of Hinduism, sous la dir. de Knut A. Jacobsen, Helene Basu, Angelika Malinar et Vasudha Narayan, Leiden, Brill, 2011 vol. 3, p. 60-67.
  • « Travel regulations », dans Brill’s Encyclopedia of Hinduism, op. cit., p. 203-207.
  • « Nimbârka sampradâya », dans Brill’s Encyclopedia of Hinduism, op. cit., p. 429-443.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 317-318.

Référence électronique

Catherine Clémentin-Ojha, « Dynamique des mouvements religieux dans le monde indien. De l’anthropologie à l’histoire », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21846

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org