Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Anthropologie économique du monde chinois

Michel Cartier
p. 315-316

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Michel Cartier, directeur d’études (*)

Démographie et société

1L’année a été consacrée à l’étude des différences de parcours entre sexes dans tous les aspects de la vie en Extrême-Orient. Nous avons envisagé successivement l’éducation, le mariage, la vie active et la vieillesse et les formes de famille.

2En Chine, du fait de la mise en place tardive de l’éducation moderne, il existe encore de fortes différences entre les niveaux d’éducation des garçons et des filles. En 2005, on comptait respectivement 16 % de femmes illettrées contre seulement 5,6 % chez les hommes, 30 % des adolescents des deux sexes étaient scolarisés au niveau du lycée et 11 % dans l’enseignement supérieur. Pour ce qui est du mariage, il est demeuré universel pour les deux sexes et il se situait autour de 22,5 ans pour les femmes, et de 25,5 ans pour les hommes. En ce qui concerne la vie active, pour laquelle il avait existé jusqu’en 1949 une forte coupure entre les occupations réservées aux hommes et celles relatives aux femmes, des progrès considérables ont été réalisés. Toutefois, même si les taux d’emploi sont très élevés (plus de 80 %) pour les deux sexes, la structure de l’emploi demeure archaïque et les proportions de femmes restent inférieures à celles des hommes dans de nombreuses professions, à l’exception des activités agricoles. Par ailleurs, en raison de la très faible proportion des retraités, en grande majorité des hommes, la moitié des personnes âgées doivent compter sur l’assistance de leurs descendants, d’où le maintien des familles à trois générations et plus (17 % des familles et 25 % de la population).

3La situation de Taiwan avait été transformée à l’époque de la colonisation japonaise. La quasi-totalité des garçons et la majorité des filles étaient scolarisées et actuellement la quasi-totalité des adolescents des deux sexes termine le lycée et peut accéder à l’enseignement supérieur. Le mariage, encore universel pour les deux sexes vers 1980, ne concernait plus que les trois quarts des hommes et des femmes en 2005 et se contractait au-delà de 30 ans et la fécondité était tombée à 1,15 enfant par femme. Le taux d’emploi n’était que de 63 % mais la structure de l’emploi était celle d’un pays industrialisé (6 % d’agriculteurs, 36 % d’actifs du secteur secondaire et 58 % des services).

4La situation de la Corée du Sud, colonie japonaise jusqu’en 1945, ressemble beaucoup à celle de Taïwan, à cette différence près que l’enseignement y avait été moins développé. Seuls 47 % des garçons et 18 % des filles étaient scolarisés au niveau du primaire en 1940. De grands progrès furent réalisés après l’indépendance : 90 % des garçons et des filles fréquentaient l’école primaire dès 1970 et 67 % des garçons contre 50 % des filles les établissements d’enseignement secondaire. Actuellement, tous les adolescents sont scolarisés au niveau du secondaire, mais il existe deux filières du supérieur correspondant au technique et au supérieur classique. L’âge au mariage a reculé de 5 à 6 ans entre 1950 et 2000, lorsqu’il s’est établi à 27,5 ans pour les femmes et 30,6 ans pour les hommes. Les taux d’emploi étaient en 2005 de 73 % pour les hommes contre 51 % pour les femmes et la structure de l’emploi était celle d’un pays industrialisé (8 % d’agriculteurs, 19 % d’actifs du secteur secondaire et 73 % d’actifs des services), Le taux d’emploi féminin accusait une baisse de 20 % entre 30 et 34 ans, l’âge de la maternité. Les femmes étaient plus nombreuses que les hommes dans les secteurs du commerce, de la restauration et de l’hôtellerie. En ce qui concerne les formes de familles, celles de trois générations et plus qui représentaient 23 % du total en 1970 ne comptaient plus que pour 7 % en 2005, et ne recueillaient qu’un dixième des personnes âgées.

5Les taux de scolarisation japonais avoisinent la totalité au niveau du lycée et la majorité des jeunes entreprennent des études universitaires. Cependant les chances de réussir dépendent beaucoup du caractère des universités qui sélectionnent leurs étudiants par le biais de concours difficiles. Seules les grandes universités, qu’elles soient publiques ou privées, garantissent l’entrée dans une bonne carrière, qu’il s’agisse de l’administration ou des grands groupes privés. La minorité de ceux qui postulent à la sortie du lycée ne fait que très difficilement carrière. Alors que les hommes se mariaient en 1975 entre 25 et 29 ans et les femmes autour de 25 ans, les âges étaient passés en 2005 à 35 ans pour les hommes et plus de 30 ans pour les femmes, mais surtout le mariage avait cessé d’être universel. Les célibataires représentaient, au-delà de 40 ans, 22 % des hommes et 12 % des femmes, et les hommes vivant en couple n’étaient que 70 % contre 77 % des femmes en raison de l’augmentation des divorces. On comprend que le mariage soit devenu accessoire et qu’il n’interfère avec la vie professionnelle que dans le cas des femmes. En 1990, les trois quarts de celles-ci travaillaient entre 20 et 25 ans, mais cette proportion tombait un peu au-dessus de 50 % vers 30 ans après le mariage et la maternité pour culminer vers 70 % à 45 ans. Cette coupure de la vie professionnelle les empêchait souvent de poursuivre une carrière, à la différence des hommes dont beaucoup jouissaient alors de l’emploi à vie. Depuis les années 2000, en relation avec le vieillissement qui touche maintenant près du quart de la population, la vie active s’est prolongée et il n’est pas rare de voir des hommes et des femmes travailler ou reprendre un travail après l’âge de leur retraite. En revanche, les familles de trois générations, qui représentaient en 1975 environ 12 % des familles, n’étaient plus que 6 % en 2005 et de nombreux seniors vivaient seul ou en couple.

Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 315-316.

Référence électronique

Michel Cartier, « Anthropologie économique du monde chinois », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21845

Haut de page

Auteur

Michel Cartier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org