Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Anthropologie historique

Histoire intellectuelle des sociétés médiévales

Sylvain Piron, Emanuele Coccia et Gianluca Briguglia
p. 304-306

Entrées d’index

Index thématique :

Anthropologie historique
Haut de page

Texte intégral

Sylvain Piron, maître de conférences
Emanuele Coccia, maître de conférences (en cours de nomination)
Gianluca Briguglia, boursier « Marie-Curie »

Savants, poètes et artistes italiens de la génération de Dante (1285-1325)

1Le séminaire se donnait pour objectif de proposer une approche globale d’un moment d’histoire intellectuelle et culturelle de l’Italie centrale et septentrionale, marqué par des inflexions qui eurent des conséquences durables en plusieurs sphères. L’exigence de globalité visait à éviter les pièges d’un découpage a priori entre des genres littéraires ou des types d’activité correspondant à des domaines figé. Au contraire, il nous importait de respecter la polymorphie et fluidité des pratiques culturelles et savantes, en état notamment sensible au multilinguisme de penseurs qui emploient tour à tour la langue savante et les parlers vernaculaires. La région considérée n’a pas été prise comme un isolat. Il était au contraire nécessaire de l’inscrire dans un espace européen plus vaste. Si les communes italiennes, comme espace politique, textuel et cognitif, forment le milieu d’éclosion de ces œuvres, leur vie politique est scandée par des tensions avec les pouvoirs universels qui les enserrent (Église et empire) et des puissants royaumes qui les entourent (France, Aragon, Naples et Hongrie), Un même élargissement s’impose pour la circulation des savoirs, la réception des philosophies grecques et arabes élaborées à l’université parisienne jouant un rôle majeur dans le développement intellectuel autochtone. De la même façon, la production artistique se nourrit de l’importation de la sculpture gothique, de la peinture byzantine et de la redécouverte de modèles romains antiques.

2Le séminaire a lui même été un lieu de rencontre et d’échanges féconds entre historiens, philosophes, littéraires et historiens d’art. Après avoir posé la problématique d’ensemble, nous avons étudié certaines figures majeures de la génération précédente, comme Jean de Meun, étudiant à Bologne, ou Brunetto Latini, en exil à Paris, et son traducteur toscan le rhétoricien Bono Giamboni (Johannes Barthuschat, Zurich), Grâce à Antonio Montefusco (EHESS), nous avons perçu dans le Fiore, adaptation du Roman de la rose en sonnets (sans doute œuvre de jeunesse de Dante), produite dans le milieu des notaires bolonais vers 1285 un texte générationnel définissant un nouveau programme littéraire et intellectuel. Le poème se fait notamment l’écho de la venue de Siger de Brabant à la cour papale à Viterbe, en premier linéament d’un averroïsme italien cultivé à Bologne dans le milieu des médecins avec Taddeo Alderotti ou Antoine de Parme.

3Les croisements entre art et sciences ont fait l’objet de deux séances. Vicki-Marie Petrick (EHESS) a mis en relation l’emploi du jaune d’argent dans les vitraux de la chapelle de la Madeleine dans la basilique inférieure d’Assise avec la pratique de l’alchimie au sein du même couvent, dont témoigne Paul de Tarente. Pour sa part, Philippe Cordez (Kunsthistorische Institut, Florence) a présenté un Giotto minéraliste, renouvelant l’art de peindre les marbres dans la chapelle Scrovegni à Padoue. Synthétisant ses recherches sur le bannissement dans les communes italiennes, Giuliano Milani (Rome) a formulé des hypothèses suggestives sur les phases de l’exil de Dante, auxquelles a fait écho Elisa Brilli (EHESS) à partir d’une étude textuelle et doctrinale. L’épuisement d’un modèle politique a été étudié en observant tour à tour deux échecs. La descente en 1310 de l’empereur élu Henri VII (1310-1313) a suscité une attente messianique et une mobilisation des intellectuels bannis, sans résultat. Une décennie plus tard, Marsile de Padoue, issu de l’humanisme padouan et figure majeure de philosophie parisienne, a formulé une pensée politique gibelline comme programme pour le nouvel empereur, Louis de Bavière, sans rencontrer de soutiens solides dans la péninsule. La montée en puissance du royaume de Naples et de la papauté d’Avignon, à partir des années 1320, marque également la fin de ce moment culturel.

Publications

  • Emanuele Coccia et Sylvain Piron, « Cecco d’Ascoli à la croisée des savoirs », Bulletino d’italianistica, n° 1, 2011, p. 27-37.
  • Emanuele Coccia, La vita sensibile, Bologne, II Mulino, 2011.
  • « La legge della salvezza : Bernardo di Clairvaux e il diritto monastico », Viator, n° 41, 2010, p. 127-146.
  • « El mito de la biografía, o sobre la imposibilidad de toda teologia política », Pleiade, n° 8, 2011, p. 137-152.
  • Sylvain Piron, « Les studia franciscains de Provence et d’Aquitaine (1275-1335) », dans Philosophy and Theology in the Studia of the Religious Orders and at the Papal and Royal Court, sous la dir. de Kent Emery Jr, William J. Courtenay et Stephen M. Metzger, Leyde, Brill, 2012, p. 303-358.
  • « Les mouvements chrétiens de pauvreté au Moyen Âge central », dans Sobriété volontaire. En quête de nouveaux modes de vie, sous la dir. de Dominique Bourg et Philippe Roch, Genève, Fides et Iabor, 2012, p. 49-73.
  • « Allégories et dissidences médiévales », dans Allégorie et symboles. Voies de dissidence ? De l’Antiquité à la Renaissance, sous la dir. d’Anne Rolet, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2012, p. 243-268.
  • « Écrire en aveugle. Jean de Roquetaillade ou la dissidence par l’obéissance », dans Autorität und Wahrheit. Kirchliche Vorstellungen, Normen und Verfahren (XIII-XV Jahrhundert), sous la dir. de Gian Luca Potestà, Munich, Oldenbourg Verlag, 2012, p. 91-111.
  • « Philippe de Mézières et l’université », dans Philippe de Mézieres and his Age : Politics and Piety in the late 14th Century, sous la dir. de Renate Blumenfeld-Kosinski et Kiril Petkov, Leyde, Brill, 2012, p. 477-483.
  • « Le plan de l’évêque. Pour une critique interne de la condamnation du 7 mars 1277 », Recherches de théologie et philosophie médiévales, vol. 78, n° 2, 2011, p. 383-415.
  • « Jean XXII », dans Encyclopédie des Mystiques Rhénans d’Eckhart à Nicolas de Cues, Paris, Le Cerf, 2011, p. 649-654.
  • « Note sulla formazione di Francesco d’Appignano », dans Atti del V° convegno internazionale su Francesco d’Appignano, Appignano del Tronto, 2011, p. 21-33.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Sylvain Piron, Emanuele Coccia et Gianluca Briguglia, « Histoire intellectuelle des sociétés médiévales », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 304-306.

Référence électronique

Sylvain Piron, Emanuele Coccia et Gianluca Briguglia, « Histoire intellectuelle des sociétés médiévales », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21840

Haut de page

Auteurs

Sylvain Piron

Articles du même auteur

Emanuele Coccia

Articles du même auteur

Gianluca Briguglia

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org