Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux au XXe siècle

Larissa Zakharova
p. 291-293

Texte intégral

Larissa Zakharova, maîtresse de conférences

Réseaux de communication et rapports sociaux au XXe siècle

1Le séminaire a eu pour objectif d’interroger le statut et la place des outils de communication interpersonnels, à savoir la poste, le télégraphe et le téléphone, dans la société soviétique, en procédant à des comparaisons avec les sociétés européennes du XXe siècle. Nous nous sommes demandés en quoi consistait la spécificité des communications soviétiques à distance, et comment ces communications interindividuelles médiatisées en privé s’inscrivaient dans la vision de la société collectiviste. Ce type d’échanges, qui échappe au collectif, pouvait en effet paraître suspect aux yeux du régime en ce qu’il était susceptible de porter en lui un potentiel de jugement critique. Dans le cadre du séminaire, trois aspects ont été abordés : l’accès des individus aux outils de communication à des périodes différentes ; l’impact des politiques dans le domaine des développements technologiques sur la mise en communication de la société ; les communications à distance comme mode de sociabilité.

2Pour les dirigeants soviétiques, le développement de courroies de transmission de l’information, comme la poste et la radio, devait permettre l’essor de l’éducation politique de la population. La poste est donc devenue le relais principal de la transmission du discours officiel dans les centaines de milliers de villages dispersés sur l’immense territoire soviétique. Mais le développement du réseau postal devait également signifier la croissance des communications interindividuelles à distance et, ce faisant, la contraction de l’espace-temps. Pendant la première décennie du régime – période de reconstruction –, les autorités ont cherché à rapprocher la poste des villages, à dresser les bases d’un service public et à créer une société qui communique, tout en pratiquant la censure du courrier non seulement pour traquer des opposants politiques, mais aussi pour mieux connaître les états d’esprit de la population.

3Après l’arrivée de Staline au pouvoir, le projet soviétique de la société qui communique s’est révélé profondément inégalitaire, centré essentiellement sur les villes et les élites. Les outils de communication hiérarchisaient le territoire et la société soviétiques : le téléphone a été confiné essentiellement aux grandes villes, tandis que la poste peinait à atteindre les campagnes. Si le téléphone est souvent vu en Occident comme un outil de démocratisation de la société grâce à l’égalité des échanges qu’il suppose (contrairement au télégraphe vu comme un instrument pour envoyer des ordres), il est devenu en URSS un symbole de la stratification sociale, reflétant les hiérarchies sociales et géographiques. Les dirigeants tentaient de maintenir des asymétries mouvantes dans la société, en accordant à une catégorie restreinte d’individus l’accès au téléphone – objet rare qui est devenu un marqueur des inégalités sociales. L’accès restreint au téléphone permettait aux dirigeants de mettre les élites sous écoute.

4Le schéma radial des réseaux favorisait les communications entre la capitale et les provinces. La proximité géographique des régions ne facilitait pas la communication entre les habitants. La construction des réseaux de sociabilité à distance était tributaire des dimensions territoriales du pays, de la disponibilité inégale des outils de communication, de leur faible développement technologique et des dysfonctionnements bureaucratiques.

5La politique, qui se mêlait aux technologies, ralentissait le progrès technique dans le contexte répressif. L’intervention politique a compliqué les controverses techniques et privé les jugements de tout poids qui pouvait être associé au facteur d’expérience, d’expertise, de compétence ou de la position dans la hiérarchie. La vision du progrès technique dans l’URSS de l’entre-deux-guerres se présente comme absolument linéaire : aucun tâtonnement ou aucune erreur n’ont été admis dans la modernisation des techniques. À cause de cette vision, qui entraînait le risque d’accusation de sabotage, les acteurs impliqués dans les transferts, responsables du choix des techniques et des innovations en Occident, avaient peur de prendre l’initiative, de développer l’industrie nationale électrotechnique.

6À l’issue de la Seconde Guerre mondiale, l’Union soviétique profite de son statut de vainqueur pour piller l’Allemagne et ainsi moderniser ses outils de communication. La distribution de l’équipement téléphonique récupéré en guise de butin de guerre est guidée par une logique institutionnelle et non pas par l’idée de la mise en communication de la société. Le transfert de ces outils de communication de l’Allemagne vers l’URSS devait permettre la maîtrise de l’espace et la gestion administrative du pays. Après la formation du bloc socialiste, l’exploitation du potentiel industriel des démocraties populaires par l’Union soviétique a permis d’améliorer les réseaux téléphoniques. En 1969, en URSS la densité téléphonique a atteint 6 % (elle était de 2 % en 1940), Cependant, seulement un tiers des lignes téléphoniques urbaines était alloué aux usages privés. Ainsi, de tous les points de vue, le téléphone est resté avant tout un outil de gestion administrative du pays.

7Pour la majorité des Soviétiques, la lettre était le mode essentiel de communication à distance, de constitution et de maintien des liens sociaux. L’intervention de Malte Griesse (Université de Bielefeld) a été consacrée à la correspondance privée comme lieu de formation des jugements critiques dans l’entre-deux-guerres. S’intéressant aux communistes engagés, il a montré comment le tissu de leurs liens interpersonnels évoluait en rapport avec le développement des opérations réflexives lors des échanges épistolaires. Une autre séance, s’appuyant sur la correspondance menée par un membre de l’Union des écrivains de l’URSS Natalia Tchetounova (1901-1983) avec des prisonniers du droit commun pendant une vingtaine d’années, a proposé d’envisager la lettre comme un instrument du remodelage des individus, de l’éducation et du travail sur soi en vue de la réinsertion sociale des prisonniers sous Brejnev. Les lettres ont donné à voir les modèles différents de la société, du pouvoir disciplinaire et de la justice sociale véhiculés dans les cercles du pouvoir, chez les littéraires et dans les lieux de privation de liberté.

Publications

  • S’habiller à la soviétique. La mode et le Dégel en URSS, Paris, CNRS Éditions, collection « Mondes russes et est-européens », 2011, 400 p.
  • « “Le socialisme sans poste, télégraphe et machine est un mot vide de sens”. Les Bolcheviks en quête d’outils de communication (1917-1923) », Revue historique, vol. 4, n° 660, 2011, p. 853-873.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Larissa Zakharova, « Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 291-293.

Référence électronique

Larissa Zakharova, « Outils de communication, modes de gouvernement, rapports sociaux au XXe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 24 octobre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21832

Haut de page

Auteur

Larissa Zakharova

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org