Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Europe centrale et orientale

Histoire sociale et politique du rapport nation/confession dans l’Europe du Sud-Est à la sortie des Empires

Nathalie Clayer
p. 289-291

Texte intégral

Nathalie Clayer, directrice d’études

États, nations et confessions dans l’Europe du Sud-Est à la sortie des Empires

1Les trois premières séances du séminaire ont été consacrées à la présentation d’une synthèse sur les musulmans du Sud-Est européen dans l’entre-deux-guerres, qui doit faire l’objet d’un chapitre d’un livre co-écrit avec Xavier Bougarel. On s’est attaché à analyser les principales transformations politiques et sociales, ainsi que les évolutions religieuses qui se produisent durant cette période. Ainsi, on a souligné, dans le contexte de montée des autoritarismes et de nationalisation des sociétés, l’existence de liens entre la question de la migration des musulmans vers la Turquie, celle de leur statut légal (et de l’écart entre celui-ci et la réalité vécue au quotidien) et celle des réformes agraires et de la colonisation. On a ensuite étudié de plus près le processus de construction de minorités, en tenant compte non seulement des politiques publiques, mais aussi des dynamiques sociales intra-minoritaires. En ce qui concerne les formes de mobilisation, on a vu qu’elles avaient été très contraintes (limitation à l’échelle locale et aux formes associatives), Sur le plan religieux, la rupture causée par l’abolition du califat et du poste de eyhülislam en Turquie, ainsi que par la fermeture des medrese et des tekke, permettent de renforcer les processus de nationalisation et d’institutionnalisation des structures religieuses. Parallèlement, de nouveaux réseaux de formation et de circulation du savoir islamique se développent en lien avec des réseaux transnationaux (Ahmadiyya, al-Azhar) et en fonction d’évolutions sociales et politiques locales.

2Dans un second temps, comme l’année passée, le séminaire a eu pour but d’analyser les (non) spécificités des rapports entre religions, constructions nationales et constructions étatiques dans l’Europe du Sud-Est. Nous avons travaillé toujours dans une approche dialogique entre, d’un côté, l’analyse de travaux portant sur différents cas (Bulgarie, Yougoslavie, France, Allemagne, Iran) et soulevant différentes questions théoriques (citoyenneté, historicisation, écarts entre politique nationale et politiques locales, conception et mise en œuvre des politiques comme interaction plus que comme action, effectivité des politiques publiques), et, de l’autre, la suite de l’enquête sur « Églises » et école dans l’Albanie de l’entre-deux-guerres.

3Nous avons repris l’enquête en analysant le moment (1933-1935) que l’on pourrait qualifier de « guerre scolaire », engendré par la nationalisation des écoles en Albanie en 1933. Nous avons montré que celui-ci doit être analysé selon différentes perspectives (relations internationales et notamment italo-albanaises ; dynamique impulsée par le courant laïcisant au sein du ministère de l’Éducation ; développement complexe d’une situation conflictuelle au plan national et au plan local) sans oublier la perspective du Vatican et les perspectives individuelles, que nous n’avons pas pu cependant traiter en détail faute de sources. Nous avons ensuite étudié la réouverture des écoles confessionnelles (1936-1937), en partie due à l’avis de la Cour de justice internationale, comme un double moment de renégociation des rapports de force entre différents groupes hétérogènes d’acteurs. Nous avons également analysé le rétablissement de l’enseignement de la religion dans les écoles d’État et ses modalités (1937-1939) – un processus ignoré dans l’historiographie existante – à une époque où le roi et son entourage décident de lutter contre le communisme (réel ou imaginé) et de développer un nouveau type de loyauté et de nationalisme. Il ne s’agit d’ailleurs pas d’un retour à une situation antérieure, comme le montre également l’analyse, que nous avons faite pour clore cette enquête, des manuels de religion, tels qu’ils sont élaborés à cette époque par rapport aux manuels précédents.

4Par ailleurs, une séance a été assurée par Husnija Kamberović, directeur de l’Institut d’histoire de Sarajevo, invité sur la chaire sécable de l’IISMM (Institut d’études de l’Islam et des sociétés du monde musulman), Celle-ci a porté sur le rôle de Mehmed Spaho dans la vie politique de Bosnie-Herzégovine entre 1918 et 1939.

Publications

  • Avec Tassos Anastassiadis, Society, Politics and State Formation in Southeastern Europe during the 19th Century, Athens, Alpha Bank-Historical Archives, 2011.
  • « Introduction : Beyond the incomplete of failed modernization paradigm » dans Society, Politics and State Formation in Southeastern Europe during the 19th Century, op. cit., p. 11-32.
  • « The Bektashi institutions in Southeastern Europe : Alternative Muslim official ctructures and their limits », Die Welt des Islams, n° 52, 2012, p. 183-203.
  • « Albanie et populations albanophones d’ex-Yougoslavie », dans Les conversions à l’islam en Asie mineure et dans les Balkans aux époques seldjoukide et ottomane. Bibliographie raisonnée (1800-2000), sous la dir. de Gilles Grivaud et Alexandre Popovic, Athènes, École française d’Athènes, p. 697-701, ainsi qu’une centaine de notices.
  • « Akh -Q diriyya » [Akhi-Qadiriyya], The Encyclopaedia of Islam, Third Edition, Part 2011-4, p. 21-22.
  • « Abd B b » [Abdi Baba], The Encyclopaedia of Islam, Third Edition, Part 2011-3, p. 2.
  • « Abd al-B q, Shaykh » [Abd Baqi Shaykh], The Encyclopaedia of Islam, Third Edition, Part 2011-1, p. 2.
  • « Keçi Sütünden Biraya : Osmanli Sonrasi Arnavutluk’ta Sosyal Dönü ümler ve Beslenme », dans Bir Allame-i Cihan : Stefanos Yerasimos (1942-2005), [nnsan ve Toplum Dizisi], sous la dir. d’Edhem Eldem, Ersu Pekin et Aksel Tibet, Istanbul, IFEA-Kitapyayinevi, vol. 1, 2012, p. 197-207.
  • « Tixhanija. Reformizmi dhe ringjalla islamike në Shqipërinë e periudhës mes dy luftrave », Annuario. Vjetari shqiptar për studimet historike dhe anthropologjike, Tirana, 1, 2011, p. C.
  • « O Theos sti “Hora ton Mercedes”. Oi Thriskeutikes koinotites stin Alvania apo to 1990 », dans Anasyntheseis kai nees dynamikes stis Balkanikes koinonies meta to 1990, sous la dir. d’Aikaterini S. Markou, Athènes, Irodotos, 2011, p. 41-98.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Nathalie Clayer, « Histoire sociale et politique du rapport nation/confession dans l’Europe du Sud-Est à la sortie des Empires », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 289-291.

Référence électronique

Nathalie Clayer, « Histoire sociale et politique du rapport nation/confession dans l’Europe du Sud-Est à la sortie des Empires », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21829

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org