Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde ibérique

L’institution des autorités

Jean-Frédéric Schaub et Anna Joukovskaïa
p. 284-286

Texte intégral

Jean-Frédéric Schaub, directeur d’études
Silvia Sebastiani, maîtresse de conférences

La race à l’âge moderne : expériences, classifications et idéologies d’exclusion

1Le séminaire a porté sur deux domaines d’étude. D’un côté, notre objet central : les catégories raciales comme mode de description des groupes sociaux, en Europe même comme en situation coloniale. D’un autre côté, un objet qui n’est pas au centre du séminaire, mais ne peut en être isolé : le racisme comme idéologie politique. Dans le premier cas, deux éléments sont indispensables : 1) une théorie de la transmission des caractères physiques et moraux à travers les tissus et les fluides du corps ; 2) la conviction que certains groupes ou peuples sont inaptes au changement historique. Dans le cas du racisme, on attend également deux éléments constitutifs : 1) une théorie de la hiérarchie des races ; 2) une hantise de la contamination par métissage.

2Le racisme se distingue de l’usage plus ancien des catégories raciales en ce qu’il tend à devenir une lecture du monde à la fois exclusive et globale. Mais, à l’époque moderne, les catégories raciales ne se diffusent pas au détriment d’autres formes d’explication de la diversité des sociétés. Ainsi, le cadre d’explication climatique, cosmologique, ou encore les descriptions cosmétiques, persistent en concurrence ou en composition avec les catégories raciales. L’antisémitisme médiéval et moderne dans ses relations avec le jeu politique, la négrophobie dans ses relations avec la généralisation de l’esclavage, la distribution des statuts des individus et des groupes en situation coloniale, la question des « sauvages » (les paysans, les classes sociales les plus humbles) à l’intérieur de l’Europe « civilisée », et les liens entre ces phénomènes et les clivages de genre seront notamment examinés.

3Le séminaire a commencé par une présentation du concept d’idéologie – appliquée aux catégories raciales – dans l’article fondateur de Barbara Jeane Fields sur la race en tant qu’idéologie. Il s’est poursuivi autour de la question proprement médiévale de l’invisibilité de la différence juive et des processus de visibilisation qu’elle a appelés. Les travaux de Dominique Iogna-Prat, Pierre Savy et de Diane Hughes ont servi de base aux discussions sur ces points. De l’autre côté de la ligne qui sépare la division religieuse de la conversion forcée, nous avons poursuivi autour du thème de la seconde invisibilisation des Juifs, une fois contraints de rejoindre la communion chrétienne. La notion proposée par Yimiyau Yovel de the other within et les travaux de David Nirenberg sur la racialisation de l’écart religieux ont été les fils conducteurs de nos réflexions sur ces points. Nous avons ensuite abordé le dossier, en plein renouvellement, de l’interprétation des statuts de pureté de sang dans le monde ibérique à l’âge moderne. Partant des études désormais classiques de Linda Martz sur le cas emblématique de Tolède, nous avons abordé la controverse actuelle telle que Max Sebastian Hering Torres en a dressé le panorama complexe. Pour finir, nous nous sommes interrogés sur les conditions du transfert vers les Amériques de l’ensemble de ces processus et de ces pratiques, tous expérimentés en péninsule Ibérique. Les cas étudiés en Amérique hispanique par Ann Twinam sur les processus de blanchiment et de David Cahill sur la construction des catégories raciales dans la vice-royauté du Pérou, ont permis de reconstituer la circulation et la contamination de plusieurs modèles de stigmatisation.

4Le séminaire a bénéficié de la présence de Ronald Raminelli (Universidade Fedéral Fluminense) qui a présenté une conférence intitulée : « Les interdits de la couleur. Les métis au Brésil et au Portugal c. 1640-1750 ». Pour nos doctorants, nous avons été à l’initiative de trois manifestations : le 15 mars, un atelier organisé avec l’Université de Cambridge, à travers la personne de John Roberston, sous le titre « L’histoire intellectuelle : un dialogue entre historiographies française et britannique » ; le 14 mai, un colloque de doctorants sur « L’usage des Imprimés. Réception et diffusions des savoirs issus de l’Amérique (XVIe-XVIIe siècles) » ; les 14 et 15 juin, un colloque de doctorants organisé à Paris avec l’Université de Yale, sur le thème « Transitions et modernités/Transitions to modernity ».

Jean-Frédéric Schaub, directeur d’études
Anna Joukovskaïa, chargée de recherche au CNRS

Les empires modernes. Recherches croisées sur les institutions de gouvernement

5Le séminaire a porté sur les processus qui commandent l’évolution des systèmes impériaux sous l’Ancien Régime. Les terrains abordés, en priorité, sont l’empire russe et les monarchies ibériques du XVe au XVIIIe siècle. Dans les trois cas (empires russe, portugais et espagnol), on assiste à l’Époque moderne à des phénomènes d’expansion et d’extension considérables qui interdisent d’analyser les processus institutionnels selon le modèle de la monarchie royale ou, moins encore, de la cité-État. Pour autant des différences fondamentales opposent ces espaces politiques. Du côté ibérique, le droit savant et la patrimonialisation des charges de justice sont les piliers du système ; tandis que du côté russe la coutume domine et la juridiction demeure une fonction attachée au commandement militaire. Nous faisons jouer la confrontation entre des expériences de recherche réalisées sur des terrains différents et qui sollicitent des historiographies qui n’ont pas toujours convergé. Cette année, le séminaire s’est porté sur les institutions, les pratiques et les personnels de gouvernement dans les différents empires, à plusieurs échelles d’observation. On a prêté attention aussi bien aux juridictions et aux administrations locales, voire aux dispositifs d’arbitrage, qu’aux instances de consultation et de décision centrales. Les enquêtes en cours suscitent des interrogations sur les processus de professionnalisation des personnels, ainsi que sur la hiérarchie des rouages institutionnels et des corps qui les servent. Elles appellent une critique de certains lieux communs de l’historiographie, à commencer par l’usage de la notion de « bureaucratie ».

6Nous avons commencé par revenir sur les notions d’empire à l’orée de l’âge moderne, autour de l’héritage du Saint-Empire d’un côté (James Muldoon), et de la critique de la notion historiographique de « Troisième Rome » (Daniel B. Rowland), Puis nous avons abordé l’historiographie des relations entre pouvoir central et empire dans les deux cas considérés, à partir des travaux novateurs de Regina Grafe et Alejandra Irigoin pour l’empire espagnol (Bargaining for Absolutism) et plus classiques de Richard Hellie pour la Russie (The Expanding Role of the State), Ensuite la question du servage et de l’esclavage en situation impériale a fait l’objet de plusieurs séances, qui par nature appelaient des comparaisons avec le séminaire sur les catégories raciales. Les recherches de Luis Felipe Alencastro, Alessandro Stanzani et Peter Kolchin ont fait l’objet de nos discussions. Pour finir, nous avons étudié les relations entre formation des noblesses et dynamique militaire dans le mouvement de formation impériale, à partir des études désormais classiques d’André Berelowitch, d’I. Anthony et A. Thompson. Nous avons discuté les présentations de deux collègues invités : Rui Santos (Université nouvelle de Lisbonne) ; « Vittorino Maglhâes Godinho, historien de l’empire portugais » ; Maria José Rodrigez Salgado (London School of Economics) : « Oran and Tanger : the Spanish and the British Empires in North Africa in Early Modem Times ».

Publications

Jean-Frédéric Schaub

  • « Note about some discontent in the historical narrative », dans Writing the History of the Global : Challenges for the 21st Century, sous la dir. de Maxine Berg, Londres, British Academy, 2012, p. 48-65.
  • « Le monde comme interprétation : quand l’historien se fait traducteur », Critique, n° 779, 2012, p. 292-302.
  • « The case for a broader atlantic history », Nuevo Mundo Mundos Nuevos, Coloquios, 2012, http://nuevomundo.revues.org/​63478.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean-Frédéric Schaub et Anna Joukovskaïa, « L’institution des autorités », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 284-286.

Référence électronique

Jean-Frédéric Schaub et Anna Joukovskaïa, « L’institution des autorités », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 23 mai 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21823

Haut de page

Auteurs

Jean-Frédéric Schaub

Silvia Sebastiani

Articles du même auteur

Anna Joukovskaïa

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org