Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Études allemandes

Pratiques pénales et espaces de la justice (mondes germaniques, XVIe-XVIIIe siècle)/Souveraineté partagée et construction des appartenances dans l’Allemagne moderne

Christophe Duhamelle et Falk Bretschneider
p. 280-282

Texte intégral

Christophe Duhamelle, directeur d’études
Falk Bretschneider, maître de conférences

Identités, appartenances, territoires : le Saint-Empire à l’époque moderne

1Le séminaire, cette année, a choisi comme fil directeur : « penser les frontières ». La frontière interne présente en effet dans le Saint-Empire moderne des caractères particuliers. Elle structure fortement l’espace politique – à tel point que l’Empire est encore souvent présenté comme une collection de plus de trois cents « États ». Mais la densité même des frontières oblige à s’interroger sur leur nature, sur la porosité qui va de pair avec leur omniprésence, ainsi que sur les instances régulatrices et les règles communes qui animent la coexistence de ces territoires. C’est pourquoi l’étude de la frontière s’avère être une approche efficace du contexte impérial, c’est-à-dire d’une articulation singulière entre diversités politiques, sociales et confessionnelles qui, en conférant une grande importance – comme l’avait montré le séminaire de l’année précédente – aux figures de l’espace et du temps organisant la hiérarchie, les interactions et les conflits dans l’Empire, permet également un retour comparatif vers des problèmes généraux. Le séminaire, en cherchant au sein des actualisations sociales les plus situées l’imbrication entre l’étagement des pouvoirs politiques, la coexistence des confessions et la fabrique locale des identités, explore en effet les possibilités de proposer l’étude de l’Empire à une compréhension plus générale des mécanismes politiques, juridiques, sociaux et religieux de l’Europe moderne. Cette année, nous avons souhaité nourrir cette réflexion comparative en consacrant deux séances aux frontières intérieures en France et en Italie.

2Travailler la frontière suppose de varier les échelles et la plupart des séances de cette année se sont attachées à relier entre elles les différentes focales. Au plus près du local – par exemple dans l’étude des paroisses dont les contours chevauchent les frontières – c’est le festonnement ambigu de la limite territoriale qui est apparue, de même qu’à l’échelle de la principauté territoriale l’étude des esclaves ou des condominats a permis de relativiser cette formule même de « territoire » ; l’échelle supra-territoriale enfin (celle des Cercles d’Empire ou des relations entre gouvernements princiers) relativise aussi, cette fois par le « haut », l’homogénéité, suggérée à tort par la notion de frontière, des entités qu’elle sépare. Le séminaire s’est attaché également à pister les pratiques de la frontière – celles des conflits frontaliers, si nombreux et si peu étudiés, celles des migrants, celles des institutions et des acteurs du bannissement, pratique pénale mettant particulièrement bien en exergue la difficulté à définir la frontière, celles des pèlerins, celles de groupes sociaux à composante supra-territoriale comme la noblesse. Finalement, la frontière est apparue non comme une répartition géographique dans l’Empire, mais bien comme un des éléments majeurs de son fonctionnement politique, confessionnel et social – comme une matrice davantage que comme une limite.

3Le séminaire, cette année, a également mieux mis en valeur les séances méthodologiques et historiographiques – dont une, consacrée à la présentation des revues et des Instruments de travail électroniques sur l’espace germanique, a été organisée en collaboration avec la bibliothèque de l’Institut historique allemand qui nous a accueillis. Deux séances ont été consacrées aux possibilités offertes par les systèmes d’information géographique, une autre aux archives, certaines enfin ont abordé des « manières de faire » souvent laissées à la décision empirique du chercheur : comment choisir les sources que l’on cite ? Que faire des « histoires » dont les sources ne livrent pas la fin ?

4La plupart des séances ont été assurées par les deux enseignants, mais le séminaire s’est enrichi de contributions extérieures : Mareike König, Mathieu Marraud et Anne Varet-Vitu, Sandrine Robert, Antonio Stopani, Marie-Vic Ozouf-Marignier, Wulf Wäntig ainsi que deux doctorants participant au séminaire : Rachel Renault et Sébastien Schick.

Publications

Falk Bretschneider

  • Dossier thématique « Praxis der Grenze – Konflikte und Umgänge mit Territorialgrenzen im Alten Reich », dans Jahrbuch für Regionalgeschichte, n° 29, 2011, p. 35-110.
  • « “Unzucht Im Zuchthaus”. Sexualité, violence et comportements sociaux dans les institutions d’enfermement au XVIIIe siècle », dans Francia. Forschungen zur westeuropäischen Geschichte, n° 38, 2011, p. 77-92.
  • « Gewalt und Disziplin. Dynamiken der Gehorsamsproduktion in der Einsperrung (18. und 19. Jahrhundert) », dans Update ! Perspektiven der Zeitgeschichte. Zeitgeschichtetage 2010, sous la dir. de Linda Erker, Alexander Salzmann, Lucile Dreidemy et Klaudija Sabo, Innsbruck, Vienne, Bozen, StudienVerlag, 2012, p. 349-357.
  • « Stockhaus, Festung, Waisenhaus. Orte der Einsperrung im frühneuzeitlichen Dresden », dans Flexen, Mörder, Duellanten. Dresdner Kriminalfälle der Frühen Neuzeit = Dresdner Hefte, n° 107, 2011, p. 69-78.
  • « Enfermements. Circulation et croisement des pratiques dans l’espace germanique à l’époque moderne », dans Enfermements. Le cloître et la prison (Ve-XVIIIe siècle), sous la dir. d’Isabelle Heullant-Donat, Julie Claustre et Élisabeth Lusset, Paris, Publications de la Sorbonne, 2011, p. 211-230.
  • Participation à l’Enzyklopädie der Neuzeit, sous la dir. de Friedrich Jäger, Stuttgart, Weimar, J. B. Metzler : entrées « Verbannung » (vol. 14, Vater-Wirtschaftswachstum, 2011, col. 29-36) et « Zuchthaus » (vol. 15, Wissen-Zyklizität, 2012, col. 571-578).

Christophe Duhamelle

  • « Gerterode (Eichsfeld) im Alten Reich : unsichere Grenzen, selbstsichere Akteure ? », Jahrbuch für Regionalgeschichte, n° 29, 2011, p. 63-74.
  • « “Il ne manque plus que le bonnet rouge”. La formation de l’opinion villageoise dans les conflits contre les réformes éclairées (Thuringe, fin du XVIIIe siècle) », dans S’exprimer en temps de troubles. Conflits, opinion(s) et politisation de la fin du Moyen Âge au début du XXe siècle, sous la dir. de Laurent Bourquin, Philippe Hamon, Pierre Karila-Cohen et Cédric Michon, Rennes, Presses universitaires de Rennes, 2011, p. 131-144.
  • Avec Stéphane Baciocchi, « La distribution des corps saints des catacombes à l’époque moderne : de Rome aux nations », dans Pratiques du transnational. Terrains, preuves, limites, sous la dir. de Jean-Paul Zuñiga, Paris, Bibliothèque du Centre de recherches historiques-EHESS, 2011, p. 101-120.
  • « Pèlerinage et économie dans l’Empire au XVIIIe siècle », dans Religione e istituzioni religiose nell’economia europea. 1000-1800 ; Religion and religious institutions in the European economy. 1000-1800. Atti della « Quarantatreesima Settimana di Studi », sous la dir. de Francesco Ammannati, 8-12 maggio 2011, Florence, Firenze University Press (Fondazione Istituto Internazionale di Storia Economica « F. Datini » Prato), 2012, p. 713-727.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Christophe Duhamelle et Falk Bretschneider, « Pratiques pénales et espaces de la justice (mondes germaniques, XVIe-XVIIIe siècle)/Souveraineté partagée et construction des appartenances dans l’Allemagne moderne », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 280-282.

Référence électronique

Christophe Duhamelle et Falk Bretschneider, « Pratiques pénales et espaces de la justice (mondes germaniques, XVIe-XVIIIe siècle)/Souveraineté partagée et construction des appartenances dans l’Allemagne moderne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 22 novembre 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21820

Haut de page

Auteurs

Christophe Duhamelle

Articles du même auteur

Falk Bretschneider

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org