Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Littérature et société en Grèce ancienne

Claude Calame
p. 268-271

Texte intégral

Claude Calame, directeur d’études (*)

Polyphonie chorale et fonctions rituelles dans la tragédie grecque

1À la faveur des études sur le genre aussi bien qu’en raison de la réflexion sur les fonctions politiques de la tragédie classique, les parties chorales du drame attique ont connu un remarquable regain d’intérêt. Rompant avec les perspectives idéalistes induites par le questionnement sur l’essence du tragique, l’interrogation sur les postures énonciatives et sur les fonctions du groupe choral dans la tragédie grecque a focalisé l’attention sur son rôle interprétatif et parfois critique vis-à-vis de l’action héroïque dramatisée, dans une identification probable avec la voix absente de l’auteur. Cette voix d’ordre en quelque sorte herméneutique se combine avec des réactions affectives, en probable coïncidence avec celles que le drame suscite auprès du public assemblé dans le sanctuaire-théâtre consacré à Dionysos. Mais les aspects « performatifs » de la voix chorale tragique renvoient aussi à l’efficacité rituelle et poétique de chants rythmés dérivant des différentes formes de la poésie mélique.

2L’interrogation sur l’identité du chœur tragique et sur sa polyphonie a permis de mettre en question une série de définitions idéalisantes de la tragédie attique ; ces définitions se sont avérées centrées sur la recherche d’une essence du héros tragique quand ce n’est pas sur l’ontologie d’un tragique inspiré par la poétique du romantisme allemand. Le nécessaire retour aux catégories indigènes exigé par une approche anthropologique de la tragédie dans l’Athènes du Ve siècle a conduit à une enquête sur les désignations de la tragédie dans les textes contemporains, essentiellement chez Aristophane. Au croisement de différents champs lexicaux, la représentation tragique se déploie dans le vaste champ sémantique de la choralité et du mélos en tant que chant à fonction rituelle ; ces chants tragiques sont composés par des auteurs qui sont désignés à la fois en tant que poètes, au sens étymologique du terme, et comme éducateurs des citoyens. Les poèmes choraux chantés par les protagonistes de l’Ion d’Euripide ont constitué le terrain d’investigation pour des formes hymniques qui sont réinterprétées pour être insérées dans la pragmatique d’une forme poétique complexe, avec des fonctions rituelles, religieuses et politiques (au sens grec du terme) qui sont encore à explorer.

3En relation avec le propos du séminaire de recherche, les étudiant(e) s ont pu prendre part aux deux journées du colloque international organisé au Centre AnHiMA en collaboration avec Pierre Ellinger (Université Paris-Diderot) sur « Du récit au rituel par la forme esthétique : pragmatique cultuelle des formes discursives et des images en Grèce ancienne ». Les conférences de Gabriella Pironti (Université Federico II de Naples) et de David Bouvier (Université de Lausanne) ont permis d’aborder d’autres aspects de la poétique hellène, de même d’ailleurs que les deux journées doctorales en littérature grecque organisées entre la Scuola Normale Superiore de Pise, l’Université de Pise, l’Université Paris-Sorbonne, l’ENS de la Rue d’Ulm et l’EHESS (par le biais du Centre AnHiMA), Le séminaire de recherche a été complété par un enseignement de neuf séminaires à la Scuola di San Carlo à Modène (École d’études doctorales en SHS) sous le titre : « Les modes de la mémoire culturelle grecque : pragmatique poétique et rituelle, entre fiction et histoire ». Cet enseignement a été suivi par une conférence sur le même sujet à l’Université de Sienne.

4De la part du directeur d’études, les questions de la pragmatique des différentes formes de la poésie grecque et du rôle qu’y joue le rythme dans ses différentes manifestations vocales, musicales et corporelles, en relation avec la posture énonciative et la voix d’autorité du poète et des chanteurs, ont fait l’objet de plusieurs exposés ; à l’EHESS même dans le séminaire « Musique et globalisation » animé par Emmanuelle Olivier, au Paris Chicago Center à l’occasion de l’atelier Chicago-Paris sur la construction rituelle des actes de parole efficace, à l’Université de Paris Sorbonne-nouvelle-Paris 3 pour une journée d’étude consacrée aux différentes formes du rythme, à Épineuil au cours du colloque organisé par l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne sur l’individu et la fonction en Grèce et à Rome, à l’Université de Lausanne à propos de la poésie érotique et de la physiologie du désir amoureux, à l’Université de Bâle sur le rôle du regard dans cette même poésie érotique grecque, plus loin encore à l’Université de Belgrade dans le cadre d’un grand colloque international sur la poétique dans le monde gréco-romain ou à l’Université de la Calabre pour trois interventions d’anthropologie historique sur mythe, rite et formes poétiques en Grèce ancienne. Les formes chantées de la poésie mélique grecque jouent aussi un rôle déterminant, par la performance musicale et rituelle, dans le cursus d’ordre initiatique auxquels étaient soumis jeunes gens et jeunes filles en tout cas jusqu’à l’époque classique. Différents aspects de cette éducation musicale d’ordre cultuel ont été au centre d’interventions à l’Université d’été du NPA (Société Louise-Michel), au colloque du CLELIA (ENS) à Évian-les-Bains sur le genre dans la poésie grecque, à l’Université Paris Descartes dans un colloque international sur compétence et performance dans différentes formes de poésie orale, à l’Université Paris-Diderot dans le cadre du séminaire d’ethnopoétique, à l’Université de Rio de Janeiro comme conférence inaugurale du Congrès national des études classiques au Brésil avec une focalisation sur l’éducation musicale dans la Sparte archaïque, à l’Université de Strasbourg pour une rencontre internationale sur les rites de passage dans différentes cultures de l’Antiquité méditerranéenne et orientale, enfin dans un colloque international organisé par l’Université de Paris 1-Panthéon-Sorbonne et le CNRS sur genre et sexualité dans les dialogues politiques de Platon.

5Notons encore que le livre consacré à Prométhée généticien a fait l’objet d’un débat à l’Université de Paris Descartes et d’un exposé dans un lycée de la région lausannois, tandis qu’une interrogation critique sur le caractère « naturel » et cognitif de la religion a été successivement présentée à l’Université d’été du NPA et au séminaire de l’EHESS sur le Dictionnaire dynamique des faites religieux.

6Enfin les travaux récents consacrés à la fiction, à la pragmatique et à la ritualisation dans des mythes grecs ont été au centre d’une journée d’études organisée au CRAL sous le titre : « De la mythologie à l’ethnopoétique : quelle littérature grecque ? ».

Publications

  • Poetiche dei miti nella Grecia antica, Lecce, Argo, 2011, 349 p.
  • « Funerary gold lamellae and Orphic papyrus commentaries : Same use, different purpose », dans “Orphic” Gold Tablets and Greek Religion. Further along the Path, sous la dir. de Radcliffe G. Edmonds, Cambridge, Cambridge University Press, 2011, p. 203-218.
  • « Hérodote, précurseur du comparatisme en histoire des religions ? Retour sur la dénomination et l’identification des dieux en régime polythéiste », dans Dans le laboratoire de l’historien des religions. Mélanges offerts à Philippe Borgeaud, sous la dir. de Francesca Prescendi et Youri Volokhine, Genève, Labor et Fides, 2011, p. 263-274.
  • « Myth and performance on the Athenian stage : Praxithea, Erechtheus, their daughters, and the etiology of autochthony », Classical philology, n° 106, 2011, p. 1-19.
  • « Hélène, cause de la guerre de Troie » et « Hélène, sujet et objet de désir », dans Hommes et femmes dans l’Antiquité grecque et romaine, sous la dir. de Sandra Boehringer et Violaine Sebillotte Cuchet, Paris, Armand Colin, 2011, p. 39-41 et 133-136.
  • « Le papyrus de Derveni entre pouvoir de la parole orale et pratique de l’écriture : pragmatique initiatique d’un poème orphique et de son commentaire », publication en ligne : http://chs.harvard.edu/​wa/​pageR?tn=ArticleWrapper&bdc=12&mn=3796.
  • « The homeric hymns as poetic offerings : Musical and ritual relationships with the Gods », dans The Homeric Hymns. Interpretative Essays, sous la dir. d’Andrew Faulkner, Oxford, Oxford University Press, 2011, p. 334-357.
  • « Sacrifice des filles d’Érechthée et autochtonie : fondations étiologiques dans l’Athènes classique », dans Les femmes, le féminin et le politique après Nicole Loraux, sous la dir. de Nathalie Ernoult et Violaine Sebillotte-Cuchet, colloque de Paris, INHA, novembre 2007, publication en ligne http://chs.harvard.edu/​wa/​pageR?tn=ArticleWrapper&bdc=12&mn=3826.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 268-271.

Référence électronique

Claude Calame, « Littérature et société en Grèce ancienne », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 28 juin 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21808

Haut de page

Auteur

Claude Calame

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org