Navigation – Plan du site
Enseignements EHESS
Histoire
Histoire et civilisations de l’Europe
Monde méditerranéen

Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle

Jean Boutier
p. 261-262

Texte intégral

Jean Boutier, directeur d’études

Histoire sociale et culturelle de l’Europe

1En début d’année, un certain nombre de séances ont été à nouveau consacrées à la pratique de la comparaison. Elle a été abordée ici à partir du « lieu » de la comparaison, et du sens que les historiens donnent à ce « lieu ». Reprenant les réflexions d’Edward P. Thompson sur l’histoire comme « discipline du contexte », il s’est agi d’essayer de distinguer « lieu » et « contexte ». Un exemple a ainsi été construit, à partir de la figure d’un immigrant paysan suisse, anabaptiste, qui s’installe dans les années 1780 dans une petite ferme en Bas-Limousin dans la région de Beaulieu, sous la protection d’un seigneur noble de la région et est l’un des premiers à cultiver localement la pomme de terre. La figure est à peine documentée ; elle n’émerge que lorsque l’immigrant fait savoir, en 1793, qu’il refuse, pour des raisons religieuses, que son fils soit enrôlé dans l’armée lors de la levée des 200 000 hommes en février 1793. Le « lieu » ne peut être ici pris comme un contexte explicatif : s’il n’est pas sans lien avec l’installation pendant une vingtaine d’années, il ne rend compte que très partiellement d’une trajectoire énigmatique. Une première discussion autour du livre récent d’Angelo Torre, Luoghi, a permis de poursuivre la réflexion sur la dimension spatiale de la comparaison historique, et sur les approches où cette dimension spatiale est à la fois pertinente et féconde, et ce en tenant compte de la variabilité des échelles auxquelles peut s’appliquer la comparaison. L’exercice à l’échelle urbaine conduit fréquemment à l’enquête multisite, comme l’étude en cours présentée par Christelle Rabier (London School of Economics) sur les systèmes urbains de santé à l’époque moderne.

2La comparaison a été ensuite appliquée à un dossier plus classique, fréquemment mobilisé dans le séminaire depuis plusieurs années, celui du « grand tour » d’éducation des jeunes nobles. Il a été abordé cette fois-ci à travers un corpus de textes que l’on retrouve à travers la plupart des pays européens : les conseils donnés par un père à la veille du départ de son fils en voyage qui dessinent les lignes directrices d’un programme et met en forme à la fois une philosophie aristocratique de la connaissance (fondée sur un refus de la médiation) et une éthique du « courtisan » dont le modèle italien original s’infléchit au gré des configurations politiques. Les dossiers abordés concernent l’Angleterre – les plus nombreux – mais aussi la France et les États italiens. La poursuite de l’éducation à distance par le père de famille s’appuie, par-delà ces conseils, sur la figure – essentielle – du précepteur (gouverneur, « tutor », « bearleader », « hoffmeister »), qui connaît une spécialisation nouvelle à partir du XVIIe siècle, d’une part avec la distinction, de plus en plus fréquente, du précepteur à domicile et du précepteur en voyage, d’autre part avec la forte professionnalisation du précepteur dès le XVIIe siècle, qui fait entre autres jouer les compétences transnationales de certains groupes issus des conflits politiques et religieux du temps (les protestants français émigrés vers l’Angleterre, les Jésuites chassés d’Espagne au lendemain de la suppression de la Compagnie...), C’est dans ce cadre qu’est intervenue Maria-Pia Paoli (École normale supérieure de Pise, Italie), maître de conférences Invitée, avec une série de séminaires sur l’éducation du prince en Europe aux XVIIe et XVIIIe siècles.

3Un certain nombre de travaux en cours ont été présentés au cours du séminaire, concernant le mécénat aristocratique, à partir du cas florentin ; la circulation et l’accueil des musiciens étrangers en Europe ; les échanges scientifiques entre la France et l’Italie à partir de l’activité des membres correspondants italiens de l’Académie des sciences de Paris dans les années 1699-1793.

4Comme chaque année, une série de huit séances a été consacrée à une introduction aux pratiques de la recherche en histoire, dans le cadre de la formation méthodologique et réflexive des étudiants de master.

5Divers séminaires et conférences concernant une histoire comparée de l’Europe moderne ont été présentés aux Universités de Florence et de Pise (Italie) et au Warburg Institute à Londres ; une intervention sur l’écriture historienne a été faite à l’école doctorale de printemps de l’Association des sociologues de langue française en Tunisie. Enfin, la publication à l’automne 2011 d’un atlas de l’histoire de France a été l’occasion de plusieurs séminaires et participations à des débats sur les usages de la cartographie pour la recherche historique.

Publications

  • « Rencontre autour du cadavre. Quelques réflexions préliminaires », dans Rencontre autour du cadavre. Actes du colloque de Marseille, BMVR, 15, 16 et 17 décembre 2010, sous la dir. d’Hervé Guy, Agnès Jeanjean, Anne Richier, Aurore Schmitt, Ingrid Sénépart et Nicolas Weydert, Saint-Germain-en-Laye, GAAF, 2012, p. 17-19.
  • « Die italienischen akademien im gelehrten Europa der Aufklärung. Gelehrtennetzwerke und Zirkulation des Wissens », dans Italien in Europa. Die Zirkulation der ideen im Zeitalter der aufklärung, sous la dir. de Frank Jung et Thomas Kroll, Laboratorium aufklärung, Band 15, Paderborn, Wilhelm Fink Verlag, 2012, p. 335-381.
Haut de page

Pour citer cet article

Référence papier

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS,  | 2013, 261-262.

Référence électronique

Jean Boutier, « Histoire comparée des noblesses européennes, XVIe-XVIIIe siècle », Annuaire de l’EHESS [En ligne],  | 2013, mis en ligne le 16 juillet 2015, consulté le 21 juillet 2017. URL : http://annuaire-ehess.revues.org/21801

Haut de page

Auteur

Jean Boutier

Articles du même auteur

Haut de page

Droits d’auteur

EHESS

Haut de page
  • Logo L’École des hautes études en sciences sociales
  • Revues.org